Changer d'édition

Nouvelles manifestations d'agriculteurs en Espagne
International 5 14.02.2020

Nouvelles manifestations d'agriculteurs en Espagne

Le centre de Valence, troisième du pays, a été totalement paralysé ce 14 février

Nouvelles manifestations d'agriculteurs en Espagne

Le centre de Valence, troisième du pays, a été totalement paralysé ce 14 février
Photo: AFP
International 5 14.02.2020

Nouvelles manifestations d'agriculteurs en Espagne

Des milliers de tracteurs bloquent plusieurs villes du pays ce 14 février. Depuis deux semaines, les agriculteurs défilent pour alerter sur leur situation et réclament des prix équitables.

(AFP) - Des milliers d'agriculteurs ont de nouveau manifesté ce 14 février en Espagne pour exiger des «prix justes» pour leur production et ont notamment bloqué avec leurs tracteurs le centre de Valence (est), la troisième ville du pays. «L'agriculture ne se jette pas à la poubelle», «la campagne et le monde rural se meurent», pouvait-on lire sur des pancartes et des banderoles dans ces rassemblements convoqués par les principaux syndicats agricoles. 

Dans la matinée, le centre de Valence a été totalement paralysé par des centaines de tracteurs et des milliers de manifestants. D'autres manifestations avaient lieu dans les Asturies (nord), en Catalogne (est) ainsi qu'en Andalousie (sud), où des tracteurs ont bloqué des routes dans la région de Cordoue. Depuis fin janvier, les manifestations d'agriculteurs se succèdent dans toute l'Espagne, une mobilisation d'une rare ampleur.

Les syndicats critiquent la pression exercée sur les prix par la grande distribution qui ne laisse au final qu'un très petit revenu aux producteurs, la concurrence de pays à bas salaires hors de l'Union européenne ainsi que la hausse du salaire minimum décidée par le gouvernement de coalition de gauche.

Le ministre de l'Agriculture Luis Planas doit rencontrer en fin de journée les représentants du groupe de supermarchés à bas prix Mercadona, numéro un en Espagne et accusé par les agriculteurs d'étrangler les producteurs en tirant les prix vers le bas.


Les socialistes espagnols ont gagné les élections, mais pas forcément le droit de gouverner, alors que l'extrême-droite a fortement progressé.
Les socialistes espagnols vainqueurs sans majorité
En pleine crise catalane, l'extrême droite a bondi dans les urnes. Malgré leurs bons résultats, les socialistes espagnols et les conservateurs ne peuvent pas prétendre diriger le pays, faute d'alliance, plongeant le pays dans l'incertitude.

Selon les syndicats, les secteurs les plus touchés sont les fruits et légumes et l'olive, l'Espagne étant le premier producteur mondial d'huile d'olive. Cette production souffre en outre des droits de douane punitifs imposés depuis octobre par les Etats-Unis sur des produits européens. 


Sur le même sujet

Le Luxembourg premier pays à bannir le glyphosate
En interdisant, sans exception, le controversé désherbant au 31 décembre 2020, le Grand-Duché fait office de pionnier en Europe. Mais sans attendre la date limite émise par le gouvernement, plus de la moitié des exploitants agricoles s’en passent déjà.
La COP25 n'a pas répondu à l'urgence climatique
La conférence climat de l'ONU qui s'est terminée dimanche à Madrid n'a pas été à la hauteur de l'urgence climatique regrette notamment la ministre de l'Environnement Carole Dieschbourg (Déi Gréng). Les participants ont finalement adopté un accord a minima sans s'entendre sur des points essentiels en raison des réticences de certains Etats.
Chile's Minister of Environment and COP25 president Carolina Schmidt (R) talks to Brazilian Secretary for National Sovereignty and Citizenship Fabio Mendes Marzano during the closing plenary session of the UN Climate Change Conference COP25 at the 'IFEMA - Feria de Madrid' exhibition centre, in Madrid, on December 15, 2019. - A marathon UN climate summit wrapped up with little to show, squeezing hard-earned compromises from countries over the global warming battle plan but falling well short of what science says is needed to tackle the emergency. (Photo by OSCAR DEL POZO / AFP)