Changer d'édition

Nouvelle veillée d'armes en Belgique
International 3 min. 10.06.2020

Nouvelle veillée d'armes en Belgique

Le socialiste Paul Magnette voit ses troupes se radicaliser

Nouvelle veillée d'armes en Belgique

Le socialiste Paul Magnette voit ses troupes se radicaliser
Photo: AFP
International 3 min. 10.06.2020

Nouvelle veillée d'armes en Belgique

A la faveur de l'embellie sanitaire, les partis politiques reprennent les discussions en vue de la formation d’un gouvernement

De notre correspondant, Max Hellef (Bruxelles) - «La Vivaldi est définitivement morte». Ces mots auraient été prononcés lundi au siège du Parti socialiste par Paul Magnette, son président. La Vilvaldi est la coalition de partis qui était en gestation lorsque la crise sanitaire a éclaté en mars dernier. Paul Magnette tentait alors de fédérer les socialistes, les libéraux et les écologistes pour former un nouveau gouvernement fédéral. Mais pour obtenir une majorité confortable à la Chambre, il lui fallait aussi prendre à bord les chrétiens-démocrates flamands. Ce que ces derniers ont toujours conditionné à la présence de la N-VA de Bart De Wever au sein du futur exécutif. Une alliance qui rebute le PS.

Résultat: plus d'une année s'est écoulée depuis les élections législatives du 26 mai 2019 et la Belgique fédérale ne dispose toujours pas d'un exécutif de plein droit. Le pouvoir est exercé par la libérale francophone Sophie Wilmès dont le gouvernement en affaires courantes ne dispose que de 38 sièges sur 150 à la Chambre. Sa survie passe par la confiance et les pouvoirs spéciaux que la majorité des partis politiques lui ont momentanément concédés pour traverser la crise du covid-19.

Pratiquement inconnue il y a trois mois, la Première ministre Sophie Wilmès dispose désormais d'un véritable crédit
Pratiquement inconnue il y a trois mois, la Première ministre Sophie Wilmès dispose désormais d'un véritable crédit
Photo: AFP

Ces dernières semaines, l'horizon sanitaire s'éclaircissant, les discussions ont repris entre les partis. Paul Magnette et son homologue flamand Conner Rousseau ont tendu des perches à gauche comme à droite, pour finir par constater que ni les chrétiens-démocrates ni les libéraux du nord du pays n'étaient prêts à les suivre. La situation n'ayant pas évolué depuis l'hiver dernier, il ne resterait aux deux hommes qu'à faire le pas que la Flandre attend: intégrer la N-VA nationaliste dans le prochain gouvernement.

Simple à dire, mais difficile sinon impossible à faire. Car côté francophone, Ecolo refuse toujours mordicus d’entrer aux côtés du PS dans des discussions avec la N-VA. Quant à Paul Magnette, il voit ses troupes se radicaliser. Un rapprochement inattendu entre le libéral Georges-Louis Bouchez et le secrétaire général du syndicat socialiste FGTB Robert Vertenueil a valu à ce dernier son éviction. C’est désormais le très rouge Thierry Bodson qui assure l’intérim à la tête d’une FGTB toujours plus proche des communistes du PTB. Elle vomit la droite libérale francophone et le nationalisme flamand.


A white flag in flies in the wind atop the Royal Palace in Brussels on March 23, 2020, during a national lockdown in Belgium to curb the spread of COVID-19 (novel coronavirus). (Photo by THIERRY ROGE / BELGA / AFP) / Belgium OUT
La Belgique reste orpheline d'un «vrai» gouvernement
Le gouvernement fédéral «de plein droit» qui aurait dû sortir des urnes le 26 mai 2019 se fait toujours attendre.

L'éventuelle montée de Sophie Wilmès en première ligne des négociations pourrait rebattre les cartes. Pratiquement inconnue il y a trois mois, la Première ministre dispose désormais d'un véritable crédit. Elle a tenu les rênes du pays tout au long de la crise sanitaire. Sophie Wilmès doit aussi préparer l'avenir. Les pouvoirs spéciaux dont bénéficie son gouvernement s'éteindront le 27 juin prochain et ne seront probablement pas renouvelés.

Le socialiste Magnette ne voit aucun obstacle, dit-il, à ce que la libérale Wilmès prenne la direction des négociations. Quant à la N-VA, il estime qu'elle ne peut «supplier pour faire partie du gouvernement» sans accepter de prendre en compte le programme du PS. Or celui-ci, loin de vouloir mettre le pays à la diète, entend injecter quelque 37,5 milliards d'euros dans son économie et l'aide aux particuliers, avant même de parler de la relance. Le chantier est, il est vrai, énorme: en trois mois, le déficit public de la Belgique a triplé sinon quadruplé (40 à 45 milliards d’euros), la dette publique se rapproche dangereusement des 120% du PIB, la croissance dégringole, le chômage explose…

Faute de successeur au gouvernement Wilmès à la mi-septembre, de nouvelles élections pourraient être organisées à l'automne.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

De nouvelles pistes pour sortir le pays de la crise
Joachim Coens et Georges-Louis Bouchez, les deux informateurs, ont été prolongés dans leur mission par le roi des Belges. Ils veulent explorer de nouvelles pistes. L’idée de former un «gouvernement de crise» revient par ailleurs à la surface.
Chairman of the Belgian French-speaking right wing political party Reformist Movement (Mouvement Reformateur - MR) Georges-Louis Bouchez (R) and chairman of the Belgian Flemish-speaking right wing party Christian Democratic and Flemish (Christen-Democratisch en Vlaams - CD&V) Joachim Coens (L) arrive for a meeting with the King at the Royal Palace in Brussels, Friday 20 December 2019. - Georges-Louis Bouchez and Joachim Coens are both the King "informers". They negociate and lead the talks to form a new Belgian Federal Government, and inform the Belgium's King on their progress for a possible coalitions following May 26, 2019 Federal elections. (Photo by DIRK WAEM / BELGA / AFP) / Belgium OUT