Changer d'édition

Nouveau rebond dans l'affaire des tueries du Brabant
International 3 min. 03.01.2022
Société

Nouveau rebond dans l'affaire des tueries du Brabant

En 2017, des recherches avaient été relancées le long du canal de Bruxelles par des policiers.
Société

Nouveau rebond dans l'affaire des tueries du Brabant

En 2017, des recherches avaient été relancées le long du canal de Bruxelles par des policiers.
Photo : AFP
International 3 min. 03.01.2022
Société

Nouveau rebond dans l'affaire des tueries du Brabant

Max HELLEFF
Max HELLEFF
Les «révélations» d'un ex-gangster bruxellois pointant deux anciens complices font l'objet de vérifications et relancent les interrogations au sujet des tueurs du Brabant.

De notre correspondant Max HELLEFF (Bruxelles) -  Témoignage tangible ou nouvelle mystification ? L'affaire des tueurs du Brabant, le «cold case» belge le plus célèbre du XXe siècle, a fait sa réapparition ces derniers jours à la faveur d'une interview donnée dans la presse par un truand bruxellois.


Tueurs du Brabant: des ex-enquêteurs sous les verrous
L’affaire des Tueurs du Brabant vient de connaître un rebondissement inattendu avec les arrestations de deux anciens policiers en charge de ce dossier dans les années 80. Un ex-membre de la brigade de surveillance et de recherche (BSR), aujourd’hui âgé de 70 ans, est inculpé pour les mêmes préventions qu’un autre inspecteur admis également à la retraite. La justice les soupçonne d’avoir volontairement caché des informations relatives à l’enquête et d'avoir participé à une association de malfaiteurs en vue de commettre des délits.

Il y a une semaine, Alain Moussa, 70 ans, a été interpellé par la police après avoir fait des «révélations» au journal La Dernière Heure. Selon lui, deux ex-gangsters qui ont défrayé la chronique dans les années 80, à savoir Philippe De Staercke et Dominique Salesse, ont fait partie de la bande des tueurs du Brabant. Interrogé, De Staercke a rejeté ces accusations en les qualifiant d'absurdes: «Moussa est un mythomane toxicomane et toujours ivre». Deux perquisitions ont été effectuées à Ganshoren et à Asse (au nord de Bruxelles). Une arme de poing, des téléphones portables et du matériel informatique ont été saisis. Depuis, les personnes interrogées par la police ont été relâchées.

On n'en sait pas davantage. Eric Van Duyse, le porte-parole du parquet fédéral, s'est contenté d'affirmer qu'un travail de vérification est en cours.

La presse belge rappelle que Philippe De Staercke, Alain Moussa et Dominique Salesse ont bien fait partie d'un gang, mais il s'agissait de la «bande de Baasrode». «Dans les années 1980, ils ont commis des braquages de banques, de bijouteries et de bureaux de poste. Ils ont aussi été longtemps soupçonnés d'avoir fait partie des tueurs du Brabant, responsables de 28 assassinats entre 1982 et 1985. Ils ont toujours nié.»

Alain Moussa a toutefois décidé de changer de version. Un certain  Daniel B. a confirmé certains de ses propos. L'affaire en est là pour l'instant.


Nouvelles recherches dans l'enquête sur les tueries du Brabant
Les inspecteurs chargés de l'enquête sur les tueries du Brabant ont débuté lundi une nouvelle opération de recherche dans le domaine Wilde Heide à Tildonk, près de Haecht, peut-on lire mardi dans Het Nieuwsblad et De Standaard.

Ces dernières années, le dossier des tueurs du Brabant est régulièrement réapparu à la surface, avec ses suspects et ses théories. Plusieurs ex-gangsters ont été réinterrogés. Les recherches menées sur un ancien policier soupçonné d'être le «géant» - un  membre de la bande resté dans les mémoires pour sa haute taille - n'ont mené à rien. Des fouilles ont plusieurs fois fait chou blanc.

L'affaire des tueurs du Brabant conserve ainsi sa part de mystère. Nul ne sait pourquoi cette bande a semé la terreur dans la région qui entoure Bruxelles dans la première partie des années 80. Pourquoi avoir massacré 28 personnes, notamment dans plusieurs supermarchés appartenant à la chaîne Delhaize, pour un butin somme toute réduit. Bien des théories ont été échafaudées dans les décennies qui ont suivi, dont l'une a conclu à la volonté de déstabiliser l'Etat belge par la violence. Aucune preuve décisive n'a toutefois été apportée.

Sous la pression des familles des victimes, l'ancien gouvernement Michel avait promis de reprendre l'affaire à zéro. L'idée que de nouveaux enquêteurs puissent reprendre le dossier avec un regard neuf était séduisante. En 2015, l'extension du délai de prescription de 30 à 40 ans pour les crimes punissables d'une peine de réclusion à perpétuité avait été faite sur mesure pour l'affaire des tueurs du Brabant. Peine perdue à ce jour : l'enquête patauge toujours.

En novembre dernier, le bourgmestre d'Alost Christoph D'Haese a regretté qu'il ne reste plus que «mille jours» avant que le dossier ne soit cette fois bel et bien prescrit. Il sera refermé de fait en 2025. « Je demande au ministre de la Justice de prendre ses responsabilités, sans quoi nous pouvons craindre le pire», a déclaré Christoph D'Haese, expliquant que le nombre d'enquêteurs dédiés à cette affaire a été réduit.

En 1985, 8 personnes avaient été tuées et 9 autres blessées au Delhaize d'Alost.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Plusieurs affaires ont conduit ces dernières semaines les autorités académiques à réguler les activités folkloriques estudiantines.
About 300 French university and high school students are held back by French police inside the train station in Nantes, western France, before they could interrupt rail traffic April 3, 2006. Students and unions in France prepare for a general strike with demonstrations to protest the First Job Contract law (CPE) throughout the country on Tuesday.  REUTERS/Daniel Joubert