Changer d'édition

«Nous avons fait tout ce qui était en notre pouvoir»
International 22.10.2019 Cet article est archivé

«Nous avons fait tout ce qui était en notre pouvoir»

Pour sa dernière allocution devant le Parlement européen, Jean-Claude Juncker a fait part de sa déception quant au départ du Royaume-Uni de l'Union européenne.

«Nous avons fait tout ce qui était en notre pouvoir»

Pour sa dernière allocution devant le Parlement européen, Jean-Claude Juncker a fait part de sa déception quant au départ du Royaume-Uni de l'Union européenne.
Photo: EU/Etienne Ansotte
International 22.10.2019 Cet article est archivé

«Nous avons fait tout ce qui était en notre pouvoir»

Le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker a assuré mardi que l'Union européenne avait veillé à la mise en place d'un départ ordonné du Royaume-Uni, alors que l'UE restait suspendue à une ratification côté britannique.

(AFP) - «Je regretterai toujours la décision du Royaume-Uni de quitter l'Union européenne, mais au moins nous pouvons nous regarder en face et dire que nous avons fait tout ce qui était en notre pouvoir pour s'assurer que ce départ est ordonné», a-t-il affirmé mardi devant le Parlement européen à Strasbourg. 

Le chef de l'exécutif européen a soutenu l'hémicycle dans sa volonté, réaffirmée par les chefs de groupes politiques lundi soir, de ne ratifier l'accord du retrait qu'une fois assuré du soutien du Parlement britannique. «D'abord Londres, ensuite Bruxelles et Strasbourg!», a-t-il lancé, ce qui lui a valu une salve d'applaudissements des eurodéputés. 

De son côté, le président du Conseil européen Donald Tusk, également présent pour faire un bilan du dernier sommet européen, a fait état d'une «situation complexe à la suite des événements de ce week-end au Royaume-Uni, et la demande britannique pour une prolongation de la procédure de l'article 50» (la procédure de retrait, ndlr). «Je consulte les dirigeants (des 27) sur la façon de réagir, et déciderai dans les prochains jours», a-t-il expliqué. 

Cette réaction va dépendre «de ce que le Parlement britannique décidera, ou ne décidera pas», a-t-il poursuivi, appelant à «être prêt à tous les scénarios». Jean-Claude Juncker a assuré que la Commission avait travaillé «sans relâche pour négocier et renégocier un accord». «Cela m'a fait de la peine de passer tant de temps au cours de ce mandat à s'occuper du Brexit, quand je ne pensais à rien d'autre que la façon dont l'Union pourrait mieux faire pour ses citoyens», a-t-il regretté, évoquant «du temps gâché, de l'énergie gâchée». 


Sur le même sujet

Les députés européens ont approuvé mercredi l'accord commercial conclu par l'Union européenne avec le Royaume-Uni. Une décision qui met un point final à ce divorce initié en 2016, dans un contexte toujours tendu entre les deux rives de la Manche.
Le Premier ministre britannique s'est vu refuser, lundi, un vote du Parlement sur l'accord de Brexit décroché la semaine dernière à Bruxelles. Une nouvelle péripétie politique prolongeant la confusion à dix jours de la date prévue pour la sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne.
Les anti-Brexit ont applaudi le choix des députés qui ont adopté un amendement reportant l'approbation du Parlement.
Si les 27 pays de l'Union européenne ont validé, jeudi soir, l'accord sur le Brexit proposé par Boris Johnson, le Premier ministre luxembourgeois, Xavier Bettel, a fait part de sa lassitude face à un sujet qui monopolise l'attention depuis des mois.
Luxembourg's Prime minister Xavier Bettel talks to the press as he arrives for an European Union Summit at European Union Headquarters in Brussels on October 17, 2019. (Photo by ARIS OIKONOMOU / AFP)
A défaut d'avoir pu désigner l'ensemble de ses commissaires, Ursula von der Leyen ne prendra pas ses fonctions de présidente de la Commission européenne à la fin du mois. Le Luxembourgeois et son équipe vont donc diriger l'institution un mois supplémentaire.
L'actuel président de la Commission européenne n'est pas près de rendre les clés.
Un projet de loi prévoit de mettre en place l'«approche généreuse» prévue par la Commission européenne et permettre aux 4.600 citoyens britanniques installés au Luxembourg de s'adapter aux changements que le Brexit va provoquer dans leurs droits.
An anti-Brexit protester draped in a composite if the EU and Union flag walks past more flags outside the Houses of Parliament in London on March 4, 2019. - Britain's Prime Minister Theresa May has promised to return to parliament with an EU Withdrawl Bill for lawmakers to have a 'meaningful vote' by March 12. Unless there is a negotiated delay Britain will leave the EU on March 29. (Photo by Tolga Akmen / AFP)