Changer d'édition

Nicolas Schmit attend les autres commissaires
International 2 min. 01.10.2019

Nicolas Schmit attend les autres commissaires

Ursula von der Leyen va peut-être devoir faire une croix sur les candidats français et belge.

Nicolas Schmit attend les autres commissaires

Ursula von der Leyen va peut-être devoir faire une croix sur les candidats français et belge.
Photo: AFP
International 2 min. 01.10.2019

Nicolas Schmit attend les autres commissaires

Si pour le futur commissaire européen à l'Emploi, «l'examen de passage» s'est bien déroulé au Parlement européen, d'autres prétendants pour de hautes fonctions auprès d'Ursula von der Leyen ont déjà été retoqués. Les candidats roumains et hongrois doivent ainsi être remplacés.

(pj avec AFP) Pour Nicolas Schmit, c'est fait. Ce mardi matin, le Luxembourgeois a passé l'entretien devant accréditer sa nomination au poste de commissaire européen à l'Emploi. Au terme des trois heures d'échanges, face aux eurodéputés de quatre commissions, le «candidat» reconnaissait avoir franchi «un exercice fatigant mais stimulant». Certains de ses homologues, pourtant proposés par la future présidente de la Commission européenne, n'auront pas cette chance.

En effet, Ursula von der Leyen (remplaçante de Jean-Claude Juncker à la tête de la Commission) a été contrainte de revoir sa composition d'équipe. Les eurodéputés la forçant à réclamer à la Roumanie et à la Hongrie deux nouveaux candidats aux postes de Commissaires.


Nicolas Schmit sous le feu des questions
Désigné commissaire européen à l'Emploi, le politicien luxembourgeois (LSAP) va être évalué par quatre commissions du Parlement. Un grand oral de trois heures prévu ce mardi 1er octobre pour valider sa nomination.

Ainsi, avant même leur oral de confirmation, la sociale-démocrate roumaine Rovana Plumb (Transports) et le Hongrois Laszlo Trocsanyi (PPE, droite, Voisinage et Élargissement) ont été jugés «inaptes» en raison de conflits d'intérêt présumés. 

Son CV fait bonne impression

La conservatrice allemande von der Leyen avait déjà dû affronter une vive polémique à propos de l'intitulé d'un portefeuille de commissaire associant migrations et «mode de vie européen», qu'elle a pour l'instant refusé de modifier.

Après le rejet de son candidat initial, le Premier ministre hongrois, Viktor Orban, a proposé un nouveau nom, celui de l'ambassadeur hongrois à Bruxelles, Oliver Varhelyi. M. Orban a expliqué avoir volontairement choisi cette fois-ci «un technocrate», et non «un politique». «Son CV fait bonne impression», a commenté le porte-parole de Mme von der Leyen. 

D'autres remaniements

Avec les Roumains, les discussions restent en cours. Mercredi, un nom devrait être révélé. Si le postulant est validé, il devra, lui et son collègue roumain, se plier à l'exercice de l'audition par les eurodéputés. La série des 26 passages devant s'achever le 8 octobre. 

Mais la future présidente de la Commission n'en a peut-être pas fini avec les remaniements. En effet, si l'office antifraude européen (Olaf), a écarté des poursuites administratives ou judiciaires à l'encontre du candidat polonais Janusz Wojciechowski, une autre enquête reste ouverte.

Française et Belge dans le viseur

Les investigations portent sur la Française Sylvie Goulard (prétendant au commissariat au Marché intérieur). L'ancienne eurodéputée se voit reprocher des arrangements avec l'emploi de fonds européens au profit du recrutement d'un attaché parlementaire fantôme.


Vice-Prime Minister and Foreign Minister Didier Reynders speaks to the press before a Minister's council meeting of the Federal Government in Brussels on April 28, 2017.  / AFP PHOTO / BELGA / VIRGINIE LEFOUR / Belgium OUT
Didier Reynders accumule les déboires
Le candidat belge à la Commission européenne est cette fois accusé de menaces de mort et harcèlement. Le nom de l'ancien ministre a déjà été cité dans des dossiers financiers et fiscaux délicats pour lesquels il vient tout juste d'être blanchi.

Par ailleurs, des suspicions portent aussi sur la candidature de Didier Reynders. Le Belge est en effet mis en cause dans une affaire de menaces de mort et harcèlement. Mauvais genre pour un ex-ministre. 

S'il ne veut commenter aucune de ces nominations, le Luxembourgeois est impatient de connaître la liste définitive des commissaires européens, comme lui. «Initialement, l'ensemble du collège devait être élu par le Parlement européen, le 23 octobre. Mais cela va peut-être s'avérer compliqué de tenir ce délai», redoute le candidat socialiste.  




Sur le même sujet

Première explication de texte pour von der Leyen
La présidente de la nouvelle Commission européenne a déploré, lundi, la controverse sur sa décision de créer des commissariats aux questions migratoires et à la protection du mode de vie européen.
European Commission President German Ursula von der Leyen gives a press conference to announce the names of the new European commissioners, on September 10, 2019 at the European Commission in Brussels. (Photo by Kenzo TRIBOUILLARD / AFP)
Von der Leyen sous pression
La nouvelle présidente de la Commission européenne était sous pression jeudi pour retirer l'intitulé controversé «protection du mode de vie européen» du portefeuille du commissaire chargé du dossier migration, face aux protestations de députés européens.
TOPSHOT - European Commission President German Ursula von der Leyen smiles as she gives a press conference to announce the names of the new European commissioners, on September 10, 2019 at the European Commission in Brussels. (Photo by Kenzo TRIBOUILLARD / AFP)
Le Luxembourg ne choisit pas von der Leyen
Seuls deux eurodéputés luxembourgeois voteront pour Ursula von der Leyen ce mardi. Lors d'une conférence de presse, les six parlementaires élus ont fait connaître leur point de vue sur le choix qu'ils feront pour désigner la ou le successeur au poste de Jean-Claude Juncker.
Christophe Hansen, Charles Goerens, Tilly Metz, Nicolas Schmit, Monica Semedo et Isabel Wiseler feront des choix divers pour désigner le futur président de la Commission européenne.