Changer d'édition

Négociations sur le Brexit: l'UE «ne se laissera pas impressionner»
International 2 min. 08.06.2018

Négociations sur le Brexit: l'UE «ne se laissera pas impressionner»

Le négociateur en chef de l'Union européenne pour le Brexit, Michel Barnier, parle lors d'une conférence de presse après le cycle de négociations de cette semaine au siège de l'UE à Bruxelles le 8 juin 2018.

Négociations sur le Brexit: l'UE «ne se laissera pas impressionner»

Le négociateur en chef de l'Union européenne pour le Brexit, Michel Barnier, parle lors d'une conférence de presse après le cycle de négociations de cette semaine au siège de l'UE à Bruxelles le 8 juin 2018.
AFP
International 2 min. 08.06.2018

Négociations sur le Brexit: l'UE «ne se laissera pas impressionner»

Le négociateur en chef de l'Union européenne pour le Brexit, Michel Barnier, a averti ce vendredi que l'UE ne se «laissera pas impressionner» par le Royaume-Uni dans les négociations sur leur futur partenariat après le retrait britannique.

(AFP) - «Nous ne nous laisserons pas impressionner, je ne me laisserai pas impressionner par cette forme de +blame game+», le jeu des reproches instauré par «certains» au Royaume-Uni qui «cherchent à nous faire porter à nous la responsabilité des conséquences» d'un retrait de l'UE, a déclaré M. Barnier lors d'une conférence de presse à Bruxelles. 

 Evoquant les discussions en cours sur la forme que prendrait la relation entre les deux parties après le Brexit tant en matière économique que stratégique, le Français a souligné un paradoxe: «jusqu'à présent dans tous les papiers britanniques que nous recevons et que je lis attentivement (...) il y a une demande de statu quo, une forme de continuité assez paradoxale alors que ce pays a pris lui-même la décision de quitter l'Union européenne», a noté Michel Barnier. 

 «Ainsi le Royaume-Uni semble vouloir maintenir tous les bénéfices de la relation actuelle tout en sortant de notre cadre réglementaire, de notre cadre de supervision commune et de sa mise en oeuvre», a-t-il poursuivi. Le départ britannique est prévu fin mars 2019, et les deux camps se sont accordés sur l'idée d'une période de transition jusqu'à fin 2020, période nécessaire pour négocier un accord de libre-échange, notamment une fois le Royaume-Uni devenu un pays tiers. 

Le Royaume-Uni contre l'Union européenne

«Si nous voulons construire une nouvelle relation il faut une base de confiance, il faut aussi plus de réalisme sur ce qui est et sera possible, et sur ce qui ne l'est pas», a asséné M. Barnier. Outre-Manche, les tensions au sein du gouvernement britannique restent fortes entre partisans d'un Brexit «dur» et «doux». Lors d'un dîner organisé en début de semaine, privé mais dont plusieurs médias ont obtenu un enregistrement, le ministre britannique des Affaires étrangères Boris Johnson a évoqué l'UE comme un «ennemi» à combattre. Le Brexit sera «irréversible» mais «il risque de ne pas être celui que nous voulons», a-t-il ajouté.

M. Johnson a ainsi estimé que le risque était grand de voir le Royaume-Uni accepter un accord violant de nombreuses «lignes rouges» des tenants d'un Brexit sans concession, tel que lui le défend, maintenant le pays «emprisonné en orbite autour de l'UE, dans l'union douanière et dans une large mesure au sein du marché unique». 

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Les Britanniques auront des papiers européens jusqu'en 2020
Un projet de loi prévoit de mettre en place l'«approche généreuse» prévue par la Commission européenne et permettre aux 4.600 citoyens britanniques installés au Luxembourg de s'adapter aux changements que le Brexit va provoquer dans leurs droits.
An anti-Brexit protester draped in a composite if the EU and Union flag walks past more flags outside the Houses of Parliament in London on March 4, 2019. - Britain's Prime Minister Theresa May has promised to return to parliament with an EU Withdrawl Bill for lawmakers to have a 'meaningful vote' by March 12. Unless there is a negotiated delay Britain will leave the EU on March 29. (Photo by Tolga Akmen / AFP)
Theresa May demande «du temps» pour obtenir un accord modifié
La Première ministre britannique Theresa May a souligné mardi devant les députés qu'elle avait «besoin de temps» pour discuter avec l'UE de modifications à l'accord de Brexit conclu avec Bruxelles qui puissent satisfaire son parlement, prolongeant ainsi l'incertitude sur les modalités du divorce.
Theresa May: «Dès que nous aurons réalisé les progrès nécessaires, nous proposerons un nouveau vote».
Donald Tusk: «Nous ne voulons pas construire un mur»
L'Union européenne ne souhaite pas ériger «un mur» la séparant du Royaume-Uni après le Brexit, même si leur divorce conduira de manière inévitable à desserrer leurs liens, a déclaré mercredi le président du Conseil européen Donald Tusk.
Conference de presse de Xavier Bettel et le président du Conseil Européen Donald Tusk, au chateau de Sennigen, le 07 Mars 2018. Photo: Chris Karaba
Londres rejette le projet de traité de divorce de l'UE
La Première ministre britannique Theresa May a vertement répliqué mercredi au projet de traité de divorce tout juste dévoilé par l'UE, assurant qu'elle n'accepterait «jamais» ses dispositions concernant l'Irlande du Nord, qui menacent selon elle l'intégrité du pays.
Theresa May: «Le projet d'accord publié par la Commission, s'il est mis en œuvre, nuirait au marché commun britannique».