Changer d'édition

Négociations opiniâtres entre Londres et Bruxelles
International 4 min. 07.12.2020 Cet article est archivé

Négociations opiniâtres entre Londres et Bruxelles

«Nous verrons si nous pouvons avancer», a lâché ce week-end le négociateur européen Michel Barnier.

Négociations opiniâtres entre Londres et Bruxelles

«Nous verrons si nous pouvons avancer», a lâché ce week-end le négociateur européen Michel Barnier.
Photo: AFP
International 4 min. 07.12.2020 Cet article est archivé

Négociations opiniâtres entre Londres et Bruxelles

Britanniques et Européens poursuivent lundi d'âpres négociations pour tenter de trouver un accord post-Brexit, des heures décisives après des mois d'impasse afin d'éviter un échec aux lourdes conséquences économiques.

(AFP) - Le Premier ministre britannique Boris Johnson et la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen tireront dans la soirée le bilan de ces deux jours supplémentaires de discussions entamées dimanche, un «nouvel effort» qui s'apparente à une dernière chance. 

L'issue des pourparlers, jusque tard dans la nuit de dimanche à lundi, reste incertaine. «Il serait prématuré» de parler d'avancées à ce stade, a dit dimanche soir à l'AFP une source européenne. «Il est impossible de prédire le résultat. Le chemin est très étroit», a confié une autre source proche des discussions. «Mon instinct me dit que c'est 50/50, je ne pense pas qu'on puisse être trop optimiste», a estimé le Premier ministre irlandais Micheal Martin sur la chaîne RTE. 


Anti-Brexiteer activist Steve Bray holds placards and an EU-themed umbrella as he stands outside a conference centre in central London on December 4, 2020, as talks continue on a trade deal between the EU and the UK. - With just a month until Britain's post-Brexit future begins and trade talks with the European Union still deadlocked, the UK government on Tuesday urged firms to prepare as it scrambles to finish essential infrastructure. (Photo by Tolga Akmen / AFP)
Les négociations post-Brexit au bord du gouffre
Londres et Bruxelles touchaient vendredi aux limites de leurs concessions pour trouver un accord post-Brexit, sous la menace d'un veto de la France qui craint pour l'avenir de ses pêcheurs.

Le négociateur européen Michel Barnier doit faire un point des discussions tôt lundi aux ambassadeurs des Vingt-Sept, puis auprès du groupe des eurodéputés qui suivent le dossier. Il s'était montré très prudent au début de cette nouvelle séquence en raison de l'impossibilité depuis mars de trouver un compromis entre Londres et l'UE. «Nous verrons si nous pouvons avancer», avait-il lâché. 

«Nous allons travailler très dur pour obtenir un accord», a pour sa part promis son homologue David Frost, en arrivant dimanche à Bruxelles. Les négociateurs travaillent sous la pression inexorable du calendrier puisqu'un éventuel accord commercial - de plus de 700 pages - devra encore être ratifié par les parlements britannique et européen avant d'entrer en vigueur le 1er janvier. Sans oublier l'extrême vigilance des Etats membres qui espèrent un accord, mais s'inquiètent de concessions trop importantes aux Britanniques. 

Nouveau choc économique 

Le Premier ministre irlandais, dont le pays sera en première ligne en cas d'échec, a appelé les négociateurs à faire preuve de «toute la créativité possible». Le secrétaire d'Etat français aux Affaires européennes, Clément Beaune, a répété dimanche qu'en cas d'accord «non conforme» aux intérêts de la France, en particulier pour ses pêcheurs, Paris pourrait mettre son «veto». En cas de «no deal», «il vaut mieux le savoir maintenant qu'à Noël», a-t-il dit au Journal du Dimanche. 


La pêche apparaît aujourd'hui comme le sujet le plus compliqué des négociations
La pêche reste au cœur des préoccupations du Brexit
Si la question reste source de désaccord entre Bruxelles et Londres, la France se veut rassurante. Le Premier ministre français Jean Castex promet ainsi de son côté un plan pour la pêche qui ne sera pas «la sacrifiée» du Brexit.

L'accès des pêcheurs européens aux eaux britanniques, un sujet hypersensible pour certains Etats membres, fait partie des trois points qui bloquent les discussions, avec la façon de régler les différends dans le futur accord et les garanties exigées par l'UE en matière de concurrence en échange d'un accès britannique sans quota ni tarif à son grand marché. Des rumeurs faisant état d'avancées sur la pêche dimanche soir ont été sèchement démenties par des sources gouvernementales britanniques: «Il n'y a pas eu de percée». 

Sur les conditions de concurrence équitable, destinées à garantir une convergence en matière d'aides publiques, de normes sociales ou environnementales, la difficulté est de trouver un mécanisme qui respecte la souveraineté retrouvée du Royaume-Uni après son divorce tout en protégeant les intérêts européens. L'Allemagne, qui occupe actuellement la présidence de l'Union, a rappelé qu'elle n'accepterait pas un accord «à n'importe quel prix»


European and British flags.
Tout oppose Londres et Bruxelles sur l'après-Brexit
Le Premier ministre britannique Boris Johnson a conditionné ce vendredi la poursuite des négociations commerciales à «un changement fondamental d'approche» de la part des Européens, malgré la menace d'un «no deal» le 1er janvier. Le fossé se creuse plus que jamais.

Quel que soit le résultat des négociations lundi soir, la future relation avec Londres devrait de toute façon être l'un des sujets chauds du sommet européen jeudi et vendredi à Bruxelles. Depuis son départ officiel de l'UE, le 31 janvier dernier, le Royaume-Uni continue d'appliquer les règles européennes. Ce n'est qu'à la fin de cette période de transition, le 31 décembre, qu'interviendra sa sortie du marché unique et de l'union douanière. 

Faute d'accord, les échanges entre Londres et l'UE se feront dès le 1er janvier selon les seules règles de l'Organisation mondiale du commerce (OMC), synonymes de droits de douane ou de quotas, au risque d'un nouveau choc pour des économies déjà fragilisées par la pandémie de coronavirus. 

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Si la question reste source de désaccord entre Bruxelles et Londres, la France se veut rassurante. Le Premier ministre français Jean Castex promet ainsi de son côté un plan pour la pêche qui ne sera pas «la sacrifiée» du Brexit.
La pêche apparaît aujourd'hui comme le sujet le plus compliqué des négociations
Avec moins d'un mois devant lui pour arriver à un accord avec les Européens et aucune garantie de succès, le gouvernement britannique a pressé mardi les entreprises de hâter les préparatifs aux changements majeurs qui surviendront dans tous les cas.
An Anti-Brexit demonstrator hold placards as EU chief negotiator Michel Barnier (C), wearing a protective face covering to combat the spread of the coronavirus, and members of his team, walks through central London on November 30, 2020 after leaving the conference centre where talks continue on a trade deal between the EU and the UK. - Last-ditch Brexit trade talks continued in London with fishing rights remaining an "outstanding major bone of contention," according to British foreign minister Dominic Raab. (Photo by DANIEL LEAL-OLIVAS / AFP)
A quelques jours de la fin de période de transition sur la sortie du Roayume-Uni, la présidente de la Commission européenne a réaffirmé mercredi son intention de trouver un accord commercial. A condition, prévient-elle, que celui-ci n'affecte pas «l'intégrité du marché unique».
European Commission President Ursula Von Der Leyen speaks during a debate on the next EU council and last Brexit devlopement during a plenary session at the European Parliament in Brussels on November 25, 2020. (Photo by Olivier HOSLET / POOL / AFP)
Pas question pour le Royaume-Uni de retirer une loi controversée sur la sortie du pays de l'Union européenne. Une conduite qui ne devrait pas affecter les négociations sur la future relation commerciale, entrées dans leur dernière ligne droite.
Anti-Brexiteer activist Steve Bray holds an EU flag and a placard as he stands alongside a sign about Brexit posted on a busstop shelter in Westminster, central London on October 28, 2020. - Britain and the European Union launched an all-out round of Brexit talks vowing to work round the clock to seal a trade deal in the slender time left. (Photo by JUSTIN TALLIS / AFP)
Le Premier ministre britannique Boris Johnson a conditionné ce vendredi la poursuite des négociations commerciales à «un changement fondamental d'approche» de la part des Européens, malgré la menace d'un «no deal» le 1er janvier. Le fossé se creuse plus que jamais.
European and British flags.