Changer d'édition

«Ne paniquez pas», l'appel d'une femme guérie du covid-19
International 3 min. 12.03.2020 Cet article est archivé

«Ne paniquez pas», l'appel d'une femme guérie du covid-19

Cela fait maintenant une semaine qu'Elizabeth Schneider se sent mieux. Elle a recommencé à faire ses courses, mais évite les grands rassemblements et continue de travailler depuis son domicile.

«Ne paniquez pas», l'appel d'une femme guérie du covid-19

Cela fait maintenant une semaine qu'Elizabeth Schneider se sent mieux. Elle a recommencé à faire ses courses, mais évite les grands rassemblements et continue de travailler depuis son domicile.
Photo: AFP
International 3 min. 12.03.2020 Cet article est archivé

«Ne paniquez pas», l'appel d'une femme guérie du covid-19

Elizabeth Schneider, une Américaine de 37 ans qui s'est remise de son infection au nouveau coronavirus en se soignant chez elle, veut partager ce message. «Mais pensez aux personnes à risque et restez à la maison si vous vous sentez malade.»

(AFP) - Elle vit dans l'Etat de Washington, épicentre américain du virus comptant plus de 260 cas et au moins deux douzaines de décès, le plus lourd bilan enregistré aux Etats-Unis. Elizabeth Schneider, détentrice d'un doctorat en bioingénierie, a envie de «donner un peu d'espoir aux gens» avec l'histoire de son infection relativement bénigne, probablement typique de la grande majorité des cas.

«Evidemment, il ne faut pas être trop nonchalants, car il y a beaucoup de personnes âgées ou qui ont des problèmes de santé qui restent vulnérables», tempère-t-elle. «Nous devons être extrêmement vigilants et penser à nous isoler des autres.» Cette semaine, les autorités sanitaires américaines ont déclaré, citant des données chinoises, que 80% des cas de la maladie étaient bénins, alors que les cas graves nécessitant une hospitalisation affectaient principalement les personnes de plus de 60 ans et celles souffrant de maladies cardiaques ou pulmonaires.

Jour de fête

Mme Schneider a commencé à ressentir des symptômes s'apparentant à ceux d'une grippe le 25 février, trois jours après être allée à une fête qui a ensuite été identifiée comme le lieu d'infection d'au moins cinq autres personnes. «Je me suis réveillée fatiguée, mais ce n'était rien de plus que ce que je ressens habituellement le matin quand je dois aller travailler», raconte-t-elle. A midi, elle éprouve cependant un mal de tête, de la fièvre et des courbatures. Elle décide de quitter le bureau de l'entreprise de biotechnologie où elle travaille et rentre chez elle. Elle constate plus tard souffrir d'une fièvre élevée.

«A ce moment-là, j'ai commencé à trembler de façon incontrôlable, et j'ai senti des picotements dans mes extrémités... c'était un peu inquiétant.»                  Elle se tourne vers les médicaments contre la grippe en vente libre pour traiter ses symptômes. La fièvre diminue au fil des jours. «Je pensais que je n'avais certainement pas le coronavirus», assure Mme Schneider, qui n'a jamais éprouvé la toux ou les essoufflements associés à la maladie. 

«Curiosité scientifique»

Quelques jours plus tard, elle découvre cependant sur la page Facebook d'un ami que plusieurs invités qu'elle avait côtoyés à la fête avaient développé des symptômes similaires. Plusieurs de ces personnes s'étaient vu refuser le test pour le coronavirus, car elles ne présentaient pas de problèmes respiratoires. Supposant qu'elle n'aurait pas non plus accès au test, elle décide de s'inscrire au Seattle Flu Study, un programme de recherche sur la grippe qui lui envoie un kit d'échantillonnage nasal à renvoyer par la poste. «J'ai finalement reçu un appel me disant que j'avais le covid-19». Sa mère pleure en apprenant ce diagnostic, mais Mme Schneider reste positive.

«Je n'aurais probablement pas ressenti ça si j'avais été gravement malade», avoue-t-elle, «mais du point de vue de la curiosité scientifique, j'ai trouvé que c'était très intéressant». Au moment d'être diagnostiquée, ses symptômes avaient déjà disparu, mais les autorités sanitaires locales lui demandent de rester à la maison encore 72 heures. Cela fait maintenant une semaine qu'elle se sent mieux. Elle a recommencé à faire ses courses, mais évite les grands rassemblements et continue de travailler depuis son domicile.

«Si vous pensez que vous l'avez, vous devriez vous faire tester», conseille l'Américaine. «Et si vos symptômes ne mettent pas votre vie en danger, restez simplement chez vous, prenez des médicaments en vente libre, buvez beaucoup d'eau, et regardez les émissions que vous voulez voir.»


Sur le même sujet

Apparu en décembre 2019 en Chine, le covid-19 s'est depuis propagé dans plus de 110 pays à travers le monde. Au Grand-Duché, sept cas ont officiellement été détectés et plusieurs dizaines de personnes ont été placées en quarantaine. Retour en chiffres sur un phénomène mondial.
Un cas de covid-19 détecté en interne jeudi matin, et la direction de l'établissement a fait le choix de limiter l'accès à l'hôpital au strict minimum. De plus, l'ensemble du service touché et la vingtaine d'employés font l'objet de mesures de protection.
Lokales, Coronavirus, Covid-19, Hopitaux Robert Schuman, HRS, Foto: Chris Karaba/Luxemburger Wort
Jamais depuis le début de l'épidémie, le Luxembourg n'avait connu une telle recrudescence de personnes infectées. Pour la première fois, la contamination ne provient pas de l'étranger.
TOPSHOT - A medical worker wears protective goggles as she prepares to measure motorists' body temperatures  at the Slovenian-Italian border crossing near Nova Gorica, on March 11, 2020, after Slovenia's government announced it would close its border with Italy, hard hit by the outbreak of COVID-19, the new coronavirus. - Italy's neighbours Austria and Slovenia announced on March 10 Tuesday strict travel restrictions and other measures in the wake of similar moves by Rome to limit the spread of the new coronavirus. (Photo by Jure Makovec / AFP)
Le Laboratoire national de santé de Dudelange a été officiellement validé pour effectuer les tests de coronavirus depuis la fin janvier. Près de 300 tests y ont déjà été réalisés en date du 11 mars. Le Dr Trung Nguyen Nguyen, virologue en chef, explique comment ça fonctionne.
Elle arrive au Luxembourg
L'épidémie de grippe s'installe un peu partout et commence également sa progression au Luxembourg: 27 personnes ont d'ailleurs été recensées la semaine dernière, selon le Laboratoire National du Grand-Duché. Mais que faire pour éviter d'être contaminé? Quels sont les symptômes? On vous dit tout.
 le Laboratoire National du Grand-Duché relevait lui, 27 cas de grippe entre le 19 et le 25 décembre dernier.