Changer d'édition

Michel Barnier de retour à Londres pour négocier
International 27.11.2020

Michel Barnier de retour à Londres pour négocier

Michel Barnier reprendra les négociations en face-à-face dès cette fin de semaine à Londres.

Michel Barnier de retour à Londres pour négocier

Michel Barnier reprendra les négociations en face-à-face dès cette fin de semaine à Londres.
Photo: AFP
International 27.11.2020

Michel Barnier de retour à Londres pour négocier

Le négociateur en chef de l'UE sur le Brexit a annoncé qu'il se rendrait dans la capitale britannique, vendredi, pour poursuivre la discussion sur un accord commercial post-Brexit avec le Royaume-Uni.

(AFP) -  Interrompues la semaine passée après un cas de covid-19 dans l'équipe du négociateur français, les négociations en face-à-face s'apprêtent à reprendre. Et le temps presse. Londres et Bruxelles n'ont en effet plus que quelques semaines pour s'entendre sur un accord qui entrerait en vigueur le 1er janvier prochain, quand le Royaume-Uni, qui a officiellement quitté l'UE le 31 janvier dernier, cessera d'appliquer les normes européennes de manière transitoire. 

Plusieurs sources européennes avaient laissé entendre ces derniers jours que Michel Barnier ne se rendrait dans la capitale britannique qu'en cas de «signaux positifs» de l'autre côté de la Manche. Les Européens se disent lassés et frustrés par le surplace dans les négociations mais il n'est pas question pour eux d'arrêter les discussions. «Les mêmes divergences importantes persistent», a regretté dans son tweet le Français, qui doit faire le point sur les négociations vendredi avec les Etats membres, puis avec les ministres de la Pêche des quelques pays particulièrement concernés par cette question. 


European Commission President Ursula Von Der Leyen speaks during a debate on the next EU council and last Brexit devlopement during a plenary session at the European Parliament in Brussels on November 25, 2020. (Photo by Olivier HOSLET / POOL / AFP)
Bruxelles ne veut pas d'un Brexit à n'importe quel prix
A quelques jours de la fin de période de transition sur la sortie du Roayume-Uni, la présidente de la Commission européenne a réaffirmé mercredi son intention de trouver un accord commercial. A condition, prévient-elle, que celui-ci n'affecte pas «l'intégrité du marché unique».

L'accès des pêcheurs européens aux eaux britanniques constitue l'un des trois points de blocage dans les pourparlers avec les garanties en matière de concurrence réclamées aux Britanniques et la manière de régler les différends dans le futur accord. Sans traité commercial au 1er janvier pour régir leur relation, Londres et Bruxelles courent le risque d'un nouveau choc économique, qui viendrait s'ajouter à celui provoqué par l'épidémie de coronavirus. 

La discussion est d'autant plus compliquée qu'il faut aussi laisser du temps aux Parlements européen et britannique pour ratifier cet accord. Le Parlement européen est prêt à ratifier un accord jusqu'aux derniers jours de décembre, mais plusieurs sources considèrent que sans texte définitif la semaine prochaine, ce calendrier sera compliqué à tenir.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

La pêche bloque toujours les négociations post-Brexit
A dix jours de la rupture définitive, un accord entre Londres et Bruxelles reste suspendu à un compromis sur la pêche suffisamment incertain pour que l'UE se dise prête à négocier jusqu'à la fin de l'année, voire plus... quitte à accepter le choc d'un «no deal».
(FILES) In this file photo taken on September 28, 2020 Seamen working on the French trawler "Le Marmouset III" empty the fish caught in the English Channel from the trawling net, especially cuttlefish destined for the Spanish market. - The scramble for a post-Brexit trade deal headed into a new week on December 20, 2020 after talks were overshadowed by the coronavirus crisis and broke up with no breakthrough on fishing rights. Britain intends to assume control over its waters on January 1, but is ready to allow continued access to EU fishing fleets for a transitional period under new terms. EU fishermen fear that losing any access to the rich UK fishing waters will threaten their livelihoods. (Photo by Nicolas GUBERT / AFP)
Bruxelles ne veut pas d'un Brexit à n'importe quel prix
A quelques jours de la fin de période de transition sur la sortie du Roayume-Uni, la présidente de la Commission européenne a réaffirmé mercredi son intention de trouver un accord commercial. A condition, prévient-elle, que celui-ci n'affecte pas «l'intégrité du marché unique».
European Commission President Ursula Von Der Leyen speaks during a debate on the next EU council and last Brexit devlopement during a plenary session at the European Parliament in Brussels on November 25, 2020. (Photo by Olivier HOSLET / POOL / AFP)
Londres ignore l'ultimatum de l'UE sur le Brexit
Pas question pour le Royaume-Uni de retirer une loi controversée sur la sortie du pays de l'Union européenne. Une conduite qui ne devrait pas affecter les négociations sur la future relation commerciale, entrées dans leur dernière ligne droite.
Anti-Brexiteer activist Steve Bray holds an EU flag and a placard as he stands alongside a sign about Brexit posted on a busstop shelter in Westminster, central London on October 28, 2020. - Britain and the European Union launched an all-out round of Brexit talks vowing to work round the clock to seal a trade deal in the slender time left. (Photo by JUSTIN TALLIS / AFP)
Tout oppose Londres et Bruxelles sur l'après-Brexit
Le Premier ministre britannique Boris Johnson a conditionné ce vendredi la poursuite des négociations commerciales à «un changement fondamental d'approche» de la part des Européens, malgré la menace d'un «no deal» le 1er janvier. Le fossé se creuse plus que jamais.
European and British flags.