Changer d'édition

Merkel veut reprendre les commandes
International 4 min. 13.04.2021 Cet article est archivé

Merkel veut reprendre les commandes

Lundi, la chancelière allemande a qualifié cette troisième vague comme «peut-être pour nous la plus dure».

Merkel veut reprendre les commandes

Lundi, la chancelière allemande a qualifié cette troisième vague comme «peut-être pour nous la plus dure».
Photo: AFP
International 4 min. 13.04.2021 Cet article est archivé

Merkel veut reprendre les commandes

Le gouvernement allemand doit adopter mardi un durcissement de la loi sur la protection contre les infections lui conférant un pouvoir accru face aux régions pour combattre la pandémie après les ratés des dernières semaines.

(AFP) - Angela Merkel fait marche arrière. Si les régions avaient jusque-là bénéficié de liberté d'adapter leur dispositif anti-covid, la chancelière allemande entend bien y mettre fin. Son gouvernement doit ainsi adopter, mardi, un durcissement de la loi sur la protection contre les infections lui conférant un pouvoir accru face aux régions pour combattre la pandémie après les ratés des dernières semaines.


La Sarre relâche partiellement les restrictions
Ce mardi, le Land dirigé par Tobias Hans rouvre ses cafés, restaurants et cinémas. Une position à contre-courant du reste de l'Allemagne, où face à la troisième vague de covid-19 certains appellent à un renforcement des mesures.

L'objectif de ce texte, porté par les conservateurs et leur allié social-démocrate, vise à imposer des restrictions harmonisées sur tout le territoire, partout où le taux d'incidence épidémique est élevé.

«Nous sommes dans une situation dramatique (...) Il s'agit de sauver des vies», a affirmé le chef du groupe parlementaire conservateur Ralph Brinkhaus à la télévision publique ARD, estimant urgent de «tirer maintenant le 'frein d'urgence'», dispositif qui déclenche des règles obligatoires lorsqu'un seuil d'infection est atteint.

Jusqu'ici, les mesures de lutte contre le coronavirus ont été décidées laborieusement entre le gouvernement et les régions, compétentes en matière sanitaire en vertu du fédéralisme allemand. Mais ces dernières ont plus ou moins agi à leur guise, appliquant pour certaines, ignorant pour d'autres les décisions prises pourtant avec leur aval lors de réunions marathon avec la chancelière.

Résultat: un kaléidoscope de règles d'un endroit à l'autre entraînant une confusion grandissante. Le tout, ajouté à la lenteur de la campagne de vaccination, a généré une perte de confiance dans la capacité des autorités à gérer la crise, malvenue à moins de six mois des élections législatives.

«La plus dure»

Depuis des mois, Angela Merkel échoue à rallier certains barons régionaux à sa ligne stricte alors que la deuxième vague de la pandémie à l'automne, puis la troisième en mars, avec l'arrivée des variants, ont déferlé sur le pays.

«Cette troisième vague est peut-être pour nous la plus dure», a encore estimé la chancelière lundi, alors que le taux d'incidence s'élevait à 136,4 dans le pays et que le nombre des cas d'infection a dépassé les 3 millions depuis le début de la pandémie.

L'impossibilité d'imposer un confinement sévère à Pâques, pour laquelle elle a dû demander «pardon» à la population, puis l'assouplissement des restrictions dans certaines régions furent la goutte de trop pour la chancelière qui avait annoncé vouloir prendre les choses en main.

Selon le projet de loi dont l'AFP s'est procuré une copie, l'Etat fédéral pourra décider par ordonnance la mise en place de couvre-feu de 21h à 5h, la réduction des contacts entre personnes privées, la fermeture de magasins jugés non essentiels, là où le taux dépasse le seuil de 100 nouveaux cas pour 100.000 habitants sur trois jours.

Au-dessus de cette valeur, les écoles n'accueilleront que les élèves testés deux fois par semaine. Elles fermeront lorsque le taux d'incidence dépassera 200. «Il y a actuellement plus de 300 cantons qui dépassent ce seuil (de 100, ndlr), et dans plus de 50, l'incidence est supérieure à 200», a souligné lundi le porte-parole de la chancelière Steffen Seibert.

Critiques

L'idée consiste «à arriver le plus rapidement possible à une situation avec des taux d'infection plus bas grâce auxquels nous pourrons alléger les restrictions avec l'emploi de tests», a-t-il résumé. Le projet, encore en discussion lundi, devra être ratifié au mieux dès cette semaine à la chambre basse du parlement, le Bundestag, selon les vœux du gouvernement.


Ces règles en vigueur au Luxembourg et autour
Avec le vote, jeudi, de la onzième version de sa loi covid, le Grand-Duché dispose d'un nouveau régime sanitaire pour lutter contre le covid-19. Un dispositif différent de ses voisins. Tour d'horizon des mesures en place pour tenter de s'y retrouver.

La plupart des régions s'y sont ralliées, certaines sont réservées, comme la Basse-Saxe. Son ministre de l'Intérieur Boris Pistorius (SPD) a ainsi jugé «que prendre des pouvoirs aux régions en pleine crise (était) une grande erreur». L'association des municipalités a souligné de son côté que l'imposition de couvre-feu pouvait s'avérer «problématique au niveau constitutionnel».

Si les Verts sont plutôt favorables, les libéraux du FDP, de même que la gauche radicale Die Linke et l'extrême droite de l'AfD, ont de leur côté d'ores et déjà annoncé leur rejet du texte, qui pourrait être adopté sans passer par la chambre haute du Parlement, le Bundesrat, selon Brinkhaus. «Nous n'avons pas besoin d'avoir tout le monde à bord avec nous», a-t-il assuré.


Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Le gouvernement allemand a approuvé mardi un durcissement de sa loi sur la protection contre les infections lui permettant dorénavant d'imposer des restrictions harmonisées sur tout le territoire pour mieux combattre la pandémie de covid-19.
13.04.2021, Sachsen, Dresden: Mit Sperrband sind Freisitze von Restaurants in der Münzgasse der Altstadt abgesperrt. Foto: Robert Michael/dpa-Zentralbild/dpa +++ dpa-Bildfunk +++
Ce mardi, le Land dirigé par Tobias Hans rouvre ses cafés, restaurants et cinémas. Une position à contre-courant du reste de l'Allemagne, où face à la troisième vague de covid-19 certains appellent à un renforcement des mesures.
Avec le vote, jeudi, de la onzième version de sa loi covid, le Grand-Duché dispose d'un nouveau régime sanitaire pour lutter contre le covid-19. Un dispositif différent de ses voisins. Tour d'horizon des mesures en place pour tenter de s'y retrouver.
Le Land allemand sera le premier du pays à rouvrir les cinémas et les salles de sport après le lundi de Pâques, a annoncé son Premier ministre Tobias Hans. Une décision qui survient après qu'Angela Merkel a fait volte-face sur le confinement.
Saarbrücken. Saarlands Ministerpräsident Tobias Hans (CDU) und Wirtschaftsministerin Anke Rehlinger (SPD) treten am Samstag (2.5.2020) in der Saarbrücker Staatskanzlei vor die Landespressekonferenz und geben aktuelle Lockerungen im Rahmen der Corona-Pandemie bekannt.  (bub) Foto: BeckerBredel | Verwendung weltweit
Après avoir classé le département en "zone Covid à haut risque", Berlin impose des tests aux entrants sur son territoire depuis la Lorraine. L'Allemagne renonce toutefois à la quasi-fermeture imposée à la République tchèque et l'Autriche.
20.02.2021, Tschechien, Petrovice: Deutsche Polizeibeamte kontrollieren ein Fahrzeug am tschechisch-deutschen Grenzübergang Petrovice/Bahratal im Erzgebirge. Foto: Ondøej Hájek/CTK/dpa +++ dpa-Bildfunk +++
Les premiers signes d'aggravation de l'épidémie de coronavirus apparaissent dans la république fédérale, voisine du Luxembourg, alors qu'elle vient tout juste de débuter le déconfinement. La chancelière Angela Merkel s'inquiète d'un retour trop rapide à la normale.
A woman wearing a face mask stands next to a plate reading "Take care of each other - Stay healthy" in Berlin's Zoo as it partially reopens for the public on April 28, 2020 amid the novel coronavirus Covid-19 pandemic. (Photo by Tobias SCHWARZ / AFP)