Changer d'édition

Meluxina, le nouveau superordinateur du Luxembourg
Le superordinateur de l'université à Belval aura bientôt un homologue à Bissen

Meluxina, le nouveau superordinateur du Luxembourg

Le superordinateur de l'université à Belval aura bientôt un homologue à Bissen
International 14.06.2019

Meluxina, le nouveau superordinateur du Luxembourg

Marc AUXENFANTS
Marc AUXENFANTS
L'engin, d'une puissance de dix pétaflops, sera hébergé dans le datacenter de LuxConnect à Bissen. Dédié à la recherche, la médecine personnalisée et aux projets eHealth, il devrait à terme employer 50 personnes.

Le superordinateur n’a rien d’une sirène. Dévoilé sous le nom de Meluxina par le ministre de l’Économie Etienne Schneider (LSAP) ce mardi, il calcule cependant vite, très vite: à raison de 10.000.000.000.000.000 opérations à la seconde, soit une puissance de dix pétaflops. Hébergée, opérée et commercialisée par LuxConnect sur son site de Bissen, la machine est dédiée à la recherche, la médecine personnalisée et aux projets eHealth. Dans un premier temps, elle devrait générer une vingtaine d'emplois nouveaux, et à terme une cinquantaine.

Meluxina – dont le nom moins mythologique et plus technocratique est EuroHPC (pour European High-Performance Computing) – est un projet d’un milliard d’euros financé par la Commission européenne et 28 pays, dont le Luxembourg. L’objectif: développer un écosystème superinformatique de classe mondiale sur le Vieux Continent d’ici 2020.


Bissen, nouveau centre de gravité high-tech
Déjà ciblée par Google qui y a acheté 33 hectares en vue de l'installation éventuelle d'un datacenter et terre d'accueil de l'Automotive Campus, la commune hébergera également un superordinateur (HPC). L'un des huit qui verront le jour dans l'ensemble de l'UE, annonce vendredi la Commission européenne.

Pour son accueil et son hébergement, le site de Bissen a été sélectionné parmi huit datacenters européens. Il est exploité par LuxConnect, une société privée créée en 2006 à l'initiative du gouvernement luxembourgeois, avec pour objectif l’amélioration du réseau national de fibres noires – des fibres optiques brutes installées mais non encore activées  –  ainsi que la construction et l'exploitation de centres de données à haute performance. 



Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Bissen, nouveau centre de gravité high-tech
Déjà ciblée par Google qui y a acheté 33 hectares en vue de l'installation éventuelle d'un datacenter et terre d'accueil de l'Automotive Campus, la commune hébergera également un superordinateur (HPC). L'un des huit qui verront le jour dans l'ensemble de l'UE, annonce vendredi la Commission européenne.