Changer d'édition

May a réclamé un report du Brexit jusqu'au 30 juin

May a réclamé un report du Brexit jusqu'au 30 juin

Photo: AFP
International 20.03.2019

May a réclamé un report du Brexit jusqu'au 30 juin

La Première ministre Theresa May a annoncé mercredi aux députés britanniques avoir demandé à l'Union européenne un report du Brexit jusqu'au 30 juin.

(AFP) – «J'ai écrit ce matin au président du Conseil européen Donald Tusk pour l'informer que le Royaume-Uni souhaitait une extension de l'Article 50 (du Traité de Lisbonne qui régit la sortie d'un pays de l'UE, ndlr) jusqu'au 30 juin», a-t-elle dit. Le Brexit est censé théoriquement avoir lieu le 29 mars.


Juncker ne s'attend pas à une décision rapide sur le report du Brexit
Le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker a déclaré ce mercredi matin ne pas s'attendre à une décision sur le Brexit lors du sommet de l'Union européenne jeudi et vendredi.

Mais la dirigeante conservatrice n'a pas réussi à faire adopter l'accord de divorce qu'elle a conclu avec Bruxelles par le parlement, qui a aussi rejeté la semaine dernière une sortie sans accord.

Mme May avait pourtant longtemps exclu l'idée de ce report; elle en a fait porter la responsabilité à la Chambre des Communes «qui a rejeté l'accord pour la deuxième fois le 12 mars» et sur le président de la Chambre qui a refusé la tenue d'un nouveau vote sur le même texte cette semaine.

«Je ne veux pas d'un long report», a-t-elle affirmé, soulignant qu'il entrainerait une participation «inacceptable» aux élections européennes fin mai. Elle a aussi exclu la tenue d'élections générales au Royaume-Uni, estimant que les Britanniques veulent la mise en œuvre de leur vote pour sortir de l'UE de juin 2016.

En revanche, elle a annoncé qu'elle avait l'intention de représenter «dès que possible» son accord de divorce aux députés, avec des modifications, sans préciser la date. La demande de report du Brexit doit être acceptée à l'unanimité par les 27 dirigeants de l'UE, qui se réunissent jeudi et vendredi à Bruxelles.

Mais la Commission européenne a averti qu'un report jusqu'au 30 juin poserait «de graves risques juridiques et politiques», selon un document interne vu par l'AFP. Dans cette note présenté aux commissaires mercredi matin, l'exécutif européen plaide soit pour un report jusqu'au 23 mai, avant les élections européennes, soit jusqu'au moins fin 2019. «Toute autre option (comme par exemple une prorogation jusqu'au 30 juin 2019) entraînerait de graves risques juridiques et politiques pour l'UE», est-il écrit.


Sur le même sujet

Semaine cruciale pour le Brexit
Theresa May réunit lundi matin son gouvernement à l'entame d'une semaine stratégique pour le Brexit, qui pourrait voir le Parlement britannique dicter ses desiderata sur le processus de sortie de l'UE face à une Première ministre aux abois.
«On cherche une issue de secours»
Les dirigeants européens ont mis le Royaume-Uni au pied du mur jeudi, en avertissant qu'un nouveau rejet de l'accord de Brexit déboucherait sur un divorce chaotique. Xavier Bettel a estimé, quant à lui: «On ne cherche plus une porte de sortie, on cherche une issue de secours».
(de g. à dr.) Sebastian Kurz, chancelier de la République d'Autriche ; Donald Tusk, président du Conseil européen ; Giuseppe Conte, président du Conseil des ministres de la République italienne ; Xavier Bettel, Premier ministre, ministre d'État
L'UE pose ses conditions au report du Brexit
Theresa May va présenter jeudi à Bruxelles sa demande d'un report de trois mois du Brexit, censé avoir lieu dans huit jours, face à des dirigeants européens lassés des atermoiements britanniques.
Theresa May au 10, Downing Street, mercredi.
Le chaos s'installe au Parlement britannique
Les députés britanniques ont rejeté mercredi soir de justesse une sortie de l'Union européenne sans accord, et la Première ministre, Theresa May, a annoncé dans la foulée qu'elle allait leur soumettre à nouveau son accord de Brexit, qu'ils ont déjà rejeté deux fois.
A handout photograph released by the UK Parliament on March 13, 2019 shows the main opposition Labour Party leader Jeremy Corbyn speaking during the weekly Prime Ministers Questions session in the House of Commons in London on March 13, 2019. - Britain's finance minister and business chiefs on Wednesday urged the country to avoid a "no deal" Brexit after another crushing parliamentary defeat for Prime Minister Theresa May over her EU-divorce deal with Brussels. The fast-moving Brexit saga largely overshadowed the government's budget update that slashed the 2019 economic growth forecast, with the UK economy also hit by China's slowdown and trade war tensions. MPs will decide later Wednesday whether the country should leave the European Union without a deal, with analysts expecting parliament instead to favour delaying its departure beyond the March 29 exit date, in a further vote due Thursday. (Photo by MARK DUFFY / various sources / AFP) / RESTRICTED TO EDITORIAL USE - NO USE FOR ENTERTAINMENT, SATIRICAL, ADVERTISING PURPOSES - MANDATORY CREDIT " AFP PHOTO / MARK DUFFY / UK Parliament"