Changer d'édition

Marchandages autour du prochain Premier ministre belge
International 3 min. 07.09.2020

Marchandages autour du prochain Premier ministre belge

L’attribution du poste de Premier ministre pourrait servir à calmer la Flandre avec, par exemple, la nomination du socialiste francophone Paul Magnette qui représente la première famille politique au plan national.

Marchandages autour du prochain Premier ministre belge

L’attribution du poste de Premier ministre pourrait servir à calmer la Flandre avec, par exemple, la nomination du socialiste francophone Paul Magnette qui représente la première famille politique au plan national.
Photo: AFP / archives
International 3 min. 07.09.2020

Marchandages autour du prochain Premier ministre belge

Max HELLEFF
Max HELLEFF
L’accord de la coalition Vivaldi reste à négocier et pourtant les tractations vont déjà bon train pour savoir qui conduira le futur gouvernement fédéral.

De notre correspondant, Max Hellef (Bruxelles) – Bart De Wever fulmine. La perspective d’un gouvernement fédéral où ne serait pas représentée la N-VA l’a mis en position offensive: «Si nous (la N-VA nationaliste flamande) étions effectivement mis de côté, ce serait un drame pour la Flandre, pour les électeurs flamands. Car cela veut dire que ce gouvernement fédéral n’aurait pas de majorité en Flandre, il serait dominé par les partis francophones.»

Bart De Wever a raison. Numériquement en force, la communauté flamande ne sera pourtant représentée qu’en minorité au sommet de l'Etat si la coalition esquissée vendredi par le libéral flamand Egbert Lachaert accouche du prochain exécutif fédéral.


Minister-President of Wallonia Paul Magnette arrives to a meeting on the Comprehensive Economic and Trade Agreement (CETA), a planned EU-Canada free trade agreement, at the Lambermont Residence in Brussels, Belgium, October 26, 2016. REUTERS/Eric Vidal
L’ultimatum de Paul Magnette
Le socialiste veut renvoyer les Belges aux urnes si aucun accord de gouvernement n’est conclu d'ici le 17 septembre.

Faisons les comptes. Parmi les sept partis qui composent cette coalition baptisée «Vivaldi», quatre sont flamands – soit les partis libéral, écologiste, socialiste et chrétien-démocrate. Mais depuis les législatives du 26 mai 2019, ils ne représentent «que» 48% des électeurs du nord du pays. Le reste des voix est allé pour l’essentiel à la N-VA de Bart De Wever et au Vlaams Belang (extrême droite).

Cette situation n’est pas une première. De 2014 à 2019, le gouvernement Michel n'a pu compter que sur le soutien d'une minorité de députés francophones. La Flandre l'appuyait au contraire majoritairement. Le Mouvement réformateur de Charles Michel avait été le seul parti du sud du pays à accepter de s’allier avec la N-VA, ce qui avait valu au libéral de recevoir le poste de Premier ministre en récompense.


Une touche de bleu dans les négociations belges
Les supputations vont bon train autour de la nomination mardi par le roi du libéral flamand Egbert Lachaert. Celui qui passe pour un allié potentiel de la N-VA devra rendre rapport au roi le 28 août.

Toutefois, parier sur une présence minoritaire flamande au sein du prochain gouvernement pourrait s’annoncer autrement explosif. Le risque n’est pas moindre de réveiller les vieilles querelles communautaires, celles qui font le lit du nationalisme flamand.

Dans ce contexte, l’attribution du poste de Premier ministre pourrait servir essentiellement à calmer la Flandre. En toute logique, il devrait revenir au socialiste francophone Paul Magnette qui représente la première famille politique au plan national (PS au sud, SP.A au nord). Problème : les trois précédents chefs de gouvernement (Elio Di Rupo, Charles Michel et Sophie Wimès toujours en poste) étaient francophones. Pour la Flandre, c’en est trop.

Négociations encore longues

Paul Magnette reste donc prudent. «S’il y a consensus, je suis dispo», explique-t-il. Cependant, le socialiste sait déjà qu’il ne bénéficiera pas de l’appui de Georges-Louis Bouchez, le président des libéraux francophones, désireux de voir Sophie Wilmès continuer au 16, rue de la Loi. Le libéral flamand Egbert Lachaert - qui connaît une belle ascension depuis qu’il a été nommé missionnaire puis préformateur (avec le socialiste flamand Conner Rousseau) par le roi – se verrait bien lui aussi à la tête du gouvernement. Mais, en définitive, le poste tant convoité pourrait bien échoir à un chrétien-démocrate flamand du CD&V. L’opération permettrait de rassurer cette Flandre de droite qui a longtemps hésité à tourner le dos à la N-VA de Bart De Wever pour s'associer aux rouges francophones.

Le choix du Premier ministre viendra coiffer une négociation qui s’annonce encore longue avant qu'un accord de gouvernement ne soit conclu. Il y sera question d’équilibre budgétaire, d’emploi, du social, du nucléaire et surtout de la réforme de la loi sur l’IVG. Les chrétiens-démocrates flamands n’en veulent pas. La gauche y tient dur comme fer. Trouver un consensus sur ce marqueur de l’évolution de la société belge sera extrêmement douloureux.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Une touche de bleu dans les négociations belges
Les supputations vont bon train autour de la nomination mardi par le roi du libéral flamand Egbert Lachaert. Celui qui passe pour un allié potentiel de la N-VA devra rendre rapport au roi le 28 août.
La parole est au roi Philippe
La réaction du souverain belge est particulièrement attendue ce lundi face à l'échec patent des négociations gouvernementales. La classe politique retient son souffle.
(From L) N-VA chairman Bart De Wever, King Philippe of Belgium and PS chairman Paul Magnette arrive ahead of a meeting with the King at the Royal Palace in Brussels, on August 8, 2020, regarding the formation of a new government after the federal elections of 26 May 2019. (Photo by NICOLAS MAETERLINCK / BELGA / AFP) / Belgium OUT
La mission des informateurs belges prolongée
Après un mois de discussions avec les partis politiques, les deux informateurs royaux n'ont pu aboutir à une solution. Le roi Philippe leur demande de poursuivre le travail jusqu'au 28 janvier.
Georges-Louis Bouchez et Joachim Coens sont toujours à la recherche de la bonne formule.