Changer d'édition

Mais qui sont ces candidats au pouvoir?
International 3 min. 25.09.2022
Elections législatives en Italie

Mais qui sont ces candidats au pouvoir?

L'extrême droite et ses alliés vont-ils l'emporter haut la main?
Elections législatives en Italie

Mais qui sont ces candidats au pouvoir?

L'extrême droite et ses alliés vont-ils l'emporter haut la main?
Photo: AFP
International 3 min. 25.09.2022
Elections législatives en Italie

Mais qui sont ces candidats au pouvoir?

Trois anciens chefs de gouvernement et deux leaders d'extrême droite. Coup de projecteur sur ceux qui briguent le poste de chef du gouvernement.

Silvio Berlusconi (Forza Italia) ne fait plus «Cavaliere» seul

Ancien Premier ministre, milliardaire, patron de clubs de foot et de chaînes TV, son influence reste considérable en Italie: et à bientôt 86 ans, Silvio Berlusconi entend rester au centre du jeu politique. Si son parti Forza Italia n'est crédité que de 8% des suffrages, «Il Cavaliere» s'est coalisé avec les deux formations de la droite nationaliste, Fratelli d'Italia et la Lega.

En cas de victoire de l'alliance, M. Berlusconi pourrait devenir le deuxième personnage de l'Etat en prenant la présidence du Sénat. Un poste prestigieux qui aurait aussi l'avantage d'assurer une certaine immunité judiciaire à cet habitué des prétoires.


A man holds a flag with the logo of Italian far-right party Fratelli d'Italia (Brothers of Italy) and the inscription Giorgia Meloni as he waits for the arrive of leader of Fratelli d'Italia Giorgia Meloni in Bagnoli, quarter of Naples, Southern Italy, on September 23, 2022 on the occasion of the closing of the campaign ahead of the upcoming general political elections on September 25. (Photo by Eliano Imperato / Controluce via AFP)
L'extrême droite au pouvoir?
Ce samedi, l'extrême droite est habitée d'un fol espoir à la veille des législatives: faire de Giorgia Meloni la première dirigeante d'un parti post-fasciste à conduire le gouvernement d'un pays fondateur de l'Europe communautaire.

Giorgia Meloni (Fratelli d'Italia) l'admiratrice de Mussolini

Sera-t-elle la première dirigeante d'extrême droite cheffe de gouvernement d'un pays fondateur de l'Union européenne? Giorgia Meloni, 45 ans, milite depuis trois décennies dans des groupuscules et formations issus du Mouvement social italien (MSI), parti post-fasciste créé après la Seconde Guerre mondiale par des nostalgiques de Benito Mussolini.

Pendant la campagne, cette oratrice de talent n'a cessé d'envoyer des gages de respectabilité aux électeurs effrayés par son héritage idéologique, assurant que les «nostalgiques du fascisme» n'avaient «pas leur place» dans son parti. Eurosceptique, défenseure d'une Europe des nations mais atlantiste, celle dont la devise est «Dieu, patrie, famille» affirme, pour rassurer Bruxelles, que l'Italie restera aux côtés de ses partenaires pour soutenir l'Ukraine contre la Russie.

Enrico Letta (Parti démocrate) mise sur la jeunesse

Ephémère Premier ministre entre avril 2013 et février 2014, Enrico Letta aspire à revenir aux affaires. Mais si ce juriste de 56 ans un peu austère a scellé un accord électoral avec la gauche écologiste et tient sa place de deuxième dans les sondages derrière Mme Meloni, ses chances restent hypothétiques. Son programme pour le climat séduit les jeunes mais c'est précisément chez eux que l'abstention est la plus forte. Un certain nombre d'électeurs de gauche jugent par ailleurs son positionnement trop centriste.

Matteo Salvini (Ligue) veut éviter le naufrage

Il avait porté la Ligue à près de 18% des suffrages lors des législatives de 2018, était devenu ministre de l'Intérieur et vice-Premier ministre: quatre ans plus tard, Matteo Salvini est à peine au-dessus de 10% des intentions de vote, plombé par l'ascension fulgurante de Giorgia Meloni et Fratelli d'Italia. La lutte contre l'immigration reste le principal cheval de bataille de ce Milanais de 49 ans qui, quand il était à l'Intérieur, avait bloqué en Méditerranée plusieurs navires humanitaires ayant secouru des centaines de migrants, ce pour quoi il est poursuivi devant un tribunal sicilien.

Giuseppe Conte, un Mouvement 5 Etoiles... filantes

Propulsé Premier ministre après la vague dégagiste des législatives de 2018 puis débarqué pour laisser à l'ancien patron de la BCE Mario Draghi la charge de mettre en œuvre le plan de relance post-pandémie, Giuseppe Conte et le M5S ne sont plus que l'ombre d'eux-mêmes: premier parti italien il y a quatre ans avec 32% des voix, ils ne sont plus crédités que de 10 à 13% des suffrages.

Le M5S, mouvement participatif apolitique fondé par un comédien, a d'abord gouverné avec la Ligue, puis le PD, pour finalement rejoindre la grande coalition de Mario Draghi début 2021, avant de la faire imploser avec l'aide de la droite. Résultat: une hémorragie de parlementaires et de cadres, dont le chef de la diplomatie Luigi di Maio. M. Conte, 58 ans, veut pourtant toujours peser. Selon un sondage YouTrend du 29 août, sa cote de confiance reste élevée, à 30%, derrière le chef de l'Etat Sergio Mattarella (58%), M. Draghi (54%) et Mme Meloni (35%), mais devant MM. Letta (25%) et Salvini (24%).

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Ce samedi, l'extrême droite est habitée d'un fol espoir à la veille des législatives: faire de Giorgia Meloni la première dirigeante d'un parti post-fasciste à conduire le gouvernement d'un pays fondateur de l'Europe communautaire.
A man holds a flag with the logo of Italian far-right party Fratelli d'Italia (Brothers of Italy) and the inscription Giorgia Meloni as he waits for the arrive of leader of Fratelli d'Italia Giorgia Meloni in Bagnoli, quarter of Naples, Southern Italy, on September 23, 2022 on the occasion of the closing of the campaign ahead of the upcoming general political elections on September 25. (Photo by Eliano Imperato / Controluce via AFP)
À peine la page Draghi a-t-elle été tournée que l'Italie se retrouve en campagne électorale avec la décision jeudi du président Sergio Mattarella de dissoudre le parlement, provoquant des élections anticipées qui devraient se tenir fin septembre ou début octobre.
TOPSHOT - This handout photo taken and released on July 21, 2022, by the press office of the presidential Quirinale Palace shows Italian President Sergio Mattarella (R) signing the decrete to dissolve the Parliament in front of Italy resigning Prime Minister Mario Draghi (L). - Draghi resigned on July 21, after the country's fractious parties torpedoed his national unity government, kicking off a snap election campaign which could bring the far-right to power. (Photo by Handout / Quirinale Press Office / AFP) / RESTRICTED TO EDITORIAL USE - MANDATORY CREDIT "AFP PHOTO / QUIRINALE PALACE PRESS OFFICE" - NO MARKETING - NO ADVERTISING CAMPAIGNS - DISTRIBUTED AS A SERVICE TO CLIENTS