Changer d'édition

Magnette et De Wever ont jeté l’éponge
International 3 min. 18.08.2020 Cet article est archivé

Magnette et De Wever ont jeté l’éponge

Et pendant ce temps-là, la crise sanitaire se poursuit en Belgique. Le covid-19 a déjà fait 9.935 victimes dans le pays.

Magnette et De Wever ont jeté l’éponge

Et pendant ce temps-là, la crise sanitaire se poursuit en Belgique. Le covid-19 a déjà fait 9.935 victimes dans le pays.
Photo : AFP
International 3 min. 18.08.2020 Cet article est archivé

Magnette et De Wever ont jeté l’éponge

Max HELLEFF
Max HELLEFF
En Belgique, le roi Philippe devrait désigner dans les prochains jours un ou plusieurs successeurs aux préformateurs démissionnaires. Et le pays n'a toujours pas de gouvernement établi...

De notre correspondant Max Helleff (Bruxelles) - Il n’y a pas eu de surprise. Lundi, peu avant midi, Paul Magnette et Bart De Wever ont présenté leur démission au roi Philippe. Les présidents respectifs du PS francophone et de la N-VA nationaliste flamande n’ont pu rassembler suffisamment de partis politiques autour de leur projet pour obtenir une majorité parlementaire. Le souverain tient toutefois sa décision en délibéré. Il entame parallèlement des consultations avec les présidents des formations ayant été impliquées dans les discussions après les élections, a fait savoir le Palais. C’est-à-dire à peu près tout le monde, sauf les extrêmes. 

A ce stade, le roi a le choix entre deux options. Soit pousser les deux préformateurs à poursuivre leur travail malgré leur aveu d’échec, ce qui paraît peu crédible. Soit désigner une personnalité politique qui aurait à son tour la délicate mission de créer le consensus pour former le gouvernement attendu depuis les élections du 26 mai 2019.


(From L) N-VA chairman Bart De Wever, King Philippe of Belgium and PS chairman Paul Magnette arrive ahead of a meeting with the King at the Royal Palace in Brussels, on August 8, 2020, regarding the formation of a new government after the federal elections of 26 May 2019. (Photo by NICOLAS MAETERLINCK / BELGA / AFP) / Belgium OUT
La parole est au roi Philippe
La réaction du souverain belge est particulièrement attendue ce lundi face à l'échec patent des négociations gouvernementales. La classe politique retient son souffle.

Mais dans ce cas qui choisir? Les libéraux se sont essayés à l’exercice, en juillet dernier, avant d’être débarqués par le duo Magnette-De Wever. Le choix des Verts constituerait quant à lui une démarche originale, les écologistes n’ayant jamais tenu un tel rôle à ce jour.

A moins évidemment que dans une tradition typiquement belge du consensus, les deux solutions soient mixées en une seule. Un écologiste pourrait former un duo avec un libéral. Après tout, c’est une alliance improbable entre les Verts et les Bleus qui, en fin de semaine dernière, a conduit Paul Magnette et Bart De Wever à constater la faillite de leur mission.


Un an sans gouvernement en Belgique, «c’est honteux !»
Les Belges jugent sévèrement l’absence de majorité au fédéral, une année après la chute du gouvernement Michel.

Retour donc à la case départ. Dans moins de trois mois, la Belgique aura battu son record historique des 541 jours sans exécutif de plein droit. En 2010-2011, c’est en effet le temps qu’il avait fallu à Elio Di Rupo pour former son «gouvernement papillon». Le socialiste n’avait réussi à tenir à l’écart la N-VA de Bart De Wever qu’au prix d’une sixième réforme de l’Etat synonyme de régionalisation accrue.

Depuis, Albert II (qui était encore chef de l’Etat) a été pointé du doigt pour son rôle resté flou dans les négociations. «Je pense que le roi a fait tout son possible en 2010 pour me rendre la tâche difficile, devait déclarer Bart de Wever en 2016. Nous étions de loin le plus grand parti mais aussi celui auquel on a laissé le moins d'initiative». Rien de semblable ne serait constaté aujourd’hui même si, selon certaines indiscrétions, les conseillers royaux auraient demandé à Philippe de faire part de sa mauvaise humeur pour faire monter la pression.

Une «éminence grise»

De leur côté, les milieux économiques ne cachent pas leur impatience. Pieter Timmermans, le patron de la Fédération des entreprises de Belgique (FEB), met en garde: «Nous allons perdre 10% de notre prospérité et avoir 150.000 à 200.000 chômeurs de plus». Plutôt qu’un retour aux urnes, il souhaite qu’une «éminence grise» consulte les ténors politiques, la Banque nationale, le Bureau du plan et les partenaires sociaux. «Il ou elle doit faire le point sur les besoins dans les domaines socio-économique, écologique et numérique puis trouver qui se montre prêt à embarquer.»

Reste à voir si ce recours à une personnalité extérieure ne reviendrait pas à constater la «délégitimation de la classe politique» évoquée lundi par Le Soir. En Flandre, De Standaard donne dans le même temps la parole au libéral Egbert Lachaert, lequel s’attend à des élections en 2021. Le record des 541 jours serait alors largement battu. 


Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

La parole est au roi Philippe
La réaction du souverain belge est particulièrement attendue ce lundi face à l'échec patent des négociations gouvernementales. La classe politique retient son souffle.
(From L) N-VA chairman Bart De Wever, King Philippe of Belgium and PS chairman Paul Magnette arrive ahead of a meeting with the King at the Royal Palace in Brussels, on August 8, 2020, regarding the formation of a new government after the federal elections of 26 May 2019. (Photo by NICOLAS MAETERLINCK / BELGA / AFP) / Belgium OUT
Arlon accueille un château gonflable géant
C'est simple : cette animation est aussi vaste que deux stades de football réunis... C'est même dans son genre la plus grande de Belgique. Autant dire que les amateurs de loisirs d'exception sont attendus dans la ville wallonne les 21, 22 et 23 août.
Les Verts referment la piste gouvernementale
Les propositions du tandem De Wever-Magnette pour former un gouvernement en Belgique ne sont pas au goût d'Ecolo et de Groen. Les deux partis les jugent trop éloignées de leur philosophie.
Ecolo party's co-chairpersons Zakia Khattabi and ean-Marc Nollet react at the end of a press conference on May 27, 2019 in Brussels, one day after regional, federal and European elections. (Photo by BRUNO FAHY / BELGA / AFP) / Belgium OUT
Magnette et De Wever reverront le roi le 8 août
Dix jours après le début de leur mission, les présidents du PS et de la N-VA ont fait rapport au roi des Belges Philippe sur l'état d'avancement de leurs discussions à propos de la constitution d'un gouvernement après les élections législatives du 26 mai... 2019.
(From L) N-VA chairman Bart De Wever, King Philippe of Belgium and PS chairman Paul Magnette walk after a meeting with the King at the Royal Palace in Brussels, on July 31, 2020, regarding the formation of a new government after the federal elections of 26 May 2019. (Photo by NICOLAS MAETERLINCK / BELGA / AFP) / Belgium OUT