Changer d'édition

Madrid déjà submergée par la deuxième vague
International 2 min. 04.09.2020

Madrid déjà submergée par la deuxième vague

Le Premier ministre espagnol Pedro Sanchez se dit «inquiet face à l'évolution de l'épidémie à Madrid»

Madrid déjà submergée par la deuxième vague

Le Premier ministre espagnol Pedro Sanchez se dit «inquiet face à l'évolution de l'épidémie à Madrid»
Photo: AFP
International 2 min. 04.09.2020

Madrid déjà submergée par la deuxième vague

Près de l'aéroport de la capitale espagnole, l'armée de grues s'active 24h/24: ici doit sortir de terre en novembre «l'hôpital des pandémies». Mais la nouvelle vague de l'épidémie de covid-19 est déjà là, mettant à rude épreuve le système de santé.

(AFP) - «L'évolution de l'épidémie à Madrid nous inquiète»: le Premier ministre espagnol Pedro Sanchez a admis lundi poser un œil préoccupé sur la région de plus de 6,5 millions d'habitants qui représente depuis le début de l'épidémie près d'un tiers des plus de 29.000 morts du covid-19 dans le pays. Sur les sept derniers jours, Madrid concentre 73 des 191 morts et 30% des cas détectés.

La situation est «très, très préoccupante», admet la docteure Silvia Duran, porte-parole de l'association de médecins Amyts, évoquant «une rapidité de progression» de la courbe de contagion «similaire à celle du début de la pandémie». «Les centres de santé (où travaillent les médecins traitants payés par la région, ndlr) parviennent à contenir la deuxième vague» mais «les hôpitaux se préparent et 16% de leurs lits sont déjà occupés par des patients covid» contre 6% pour le reste du pays, poursuit-elle.


Women dance on the sand at an outdoor restaurant of a beach in Fregene near Rome, on August 14, 2020. - "Put your masks on!" repeats the DJ, shouting vainly into his microphone, but the  dancers below, dripping in sweat, don't seem to care. While the threat of a second wave of coronavirus looms nearer in several European countries, such as Spain, Italy is trying to stem new infections in the middle of "Ferragosto", the sacrosanct holiday weekend of August 15. (Photo by Tiziana FABI / AFP)
Italie et Espagne ferment leurs discothèques
Les deux pays méditerranéens ont renoué ce week-end avec les restrictions afin d'endiguer la résurgence du covid-19. Les autorités craignent en effet que la vie nocturne ne contribue à faire exploser les contaminations.

«Nous sommes au bord de l'effondrement», confirme José Molero, du syndicat Csit. «La prochaine étape sera quand la population ira directement à l'hôpital, faute de pouvoir être reçue par le médecin» traitant. Manque de personnel, de ressources et... de repos: les médecins sont «exsangues», épuisés car ils reçoivent «jusqu'à 60 patients» quotidiens, poursuit-il.

Densément peuplée, «hub» de transports du pays, Madrid est une «zone à haut risque», avait souligné lundi Fernando Simon, l'épidémiologiste en chef du ministère de la Santé. Mais la région, qui est compétente en matière de santé, se veut rassurante. «La situation est pour l'instant supportable», indique Antonio Zapatero, conseiller à la Santé publique de la région, concédant une hausse des cas depuis «un mois et demi» en particulier dans «le sud de la région».

Pour rappel, le tourisme représente 12% du PIB de l'Espagne qui reste la deuxième destination touristique au monde, avec 83,7 millions de visiteurs en 2019. Selon une enquête réalisée par le Statec en 2018, ce pays reste une des destinations de prédilection des résidents luxembourgeois, avec 7,6% de l'ensemble des voyages à l'étranger. A l'heure des retours de congé, cette donnée doit assurément être prise en compte par les autorités sanitaires luxembourgeoises.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Pour 15 pays, le Grand-Duché demeure zone à risque
Alors que le Luxembourg n’est plus considéré comme un pays à risque pour l’Allemagne depuis le 19 août il demeure classé rouge par certains Etats. En cause le seuil trop élevé de nouvelles infections lors des 14 derniers jours fixé par les autorités étrangères.
Holidaymakers on a motorbike (L) returning from Sardinia by ferry undergo a compulsory drive-through swab test on August 23, 2020 at the port of Civitavecchia, northwest of Rome, during the COVID-19 infection, caused by the novel coronavirus. - Italy has recorded 1,071 new cases of coronavirus in the last 24 hours, breaking the symbolic barrier of 1,000 cases per day for the first time since May 12, according to an official report published on August 22, 2020. "61% (of these new cases) are linked to holiday returns," and more specifically 45% (97 cases) concern returns from the island of Sardinia, which had been spared by the first wave of the virus but where the comings and goings of careless tourists and revellers have contributed to the spread of the virus. (Photo by Vincenzo PINTO / AFP)
L'Europe s'alarme d'un rebond de la pandémie
Bond des cas en Allemagne, revenue aux niveaux d'avril, progression inédite en France depuis mai, nouvelle vague en Espagne: à l'approche de la rentrée, le Vieux Continent tremble à l'idée d'un retour en force de l'épidémie.
A healthcare worker uses a swab to collect a sample at a temporary testing centre for the novel coronavirus in Madrid on August 17, 2020. - Just seven weeks after bringing its first coronavirus wave under control, experts say Spain is once again in a "critical" situation with the worst infection rate in Western Europe. (Photo by OSCAR DEL POZO / AFP)
Italie et Espagne ferment leurs discothèques
Les deux pays méditerranéens ont renoué ce week-end avec les restrictions afin d'endiguer la résurgence du covid-19. Les autorités craignent en effet que la vie nocturne ne contribue à faire exploser les contaminations.
Women dance on the sand at an outdoor restaurant of a beach in Fregene near Rome, on August 14, 2020. - "Put your masks on!" repeats the DJ, shouting vainly into his microphone, but the  dancers below, dripping in sweat, don't seem to care. While the threat of a second wave of coronavirus looms nearer in several European countries, such as Spain, Italy is trying to stem new infections in the middle of "Ferragosto", the sacrosanct holiday weekend of August 15. (Photo by Tiziana FABI / AFP)
Les Barcelonais appelés à «rester chez eux»
Cette recommandation lancée afin de freiner la reprise de l'épidémie de covid-19 concerne près de quatre millions de personnes. Le gouvernement régional catalan a également décidé de fermer cinémas ou discothèques.
A woman wearing a face mask holds a Catalan pro-independence estelada flag during a gathering to welcome the president of the Catalan language association Omnium Cultural, Jordi Cuixart, after leaving the prison for the weekend, in Barcelona, on July 17, 2020. - The nine Catalan separatist leaders, sentenced to jail for the 2017 secession attempt, left their prisons today to spend the weekend at home, under a semi-freedom situation, the regional government of Catalonia said. (Photo by Josep LAGO / AFP)
Les vacances des Belges désormais balisées
Critères sanitaires et état des frontières ont inspiré aux autorités une classification de l'Europe du tourisme. La Belgique élargit par ailleurs l'obligation du port du masque.
A member of the Catalan regional police force Mossos d'Esquadra controls a checkpoint on the road leading to Lleida on July 4, 2020. - Spain's northeastern Catalonia region locked down an area with around 200,000 residents around the town of Lerida following a surge in cases of the new coronavirus. (Photo by Pau BARRENA / AFP)
Les plages de Méditerranée n'attendent plus que vous
Si le déconfinement s'est amorcé un peu partout sur le Vieux Continent, la question des destinations de vacances autorisées reste d'actualité. Tour d'horizon des points de chute possibles durant les mois de juillet et août alors que l'accès aux pays situés hors UE sera exclu.
People enjoy the sunshine on the beach near Bournemouth Pier in Bournemouth, southern England on May 25, 2020, after some lockdown restrictions put in place to slow the spread of COVID-19 were eased earlier this month. - The British prime minister backed his top aide despite mounting pressure from within his own party to sack him over claims he broke coronavirus lockdown regulations. The prime minister faces the threat of his government's authority being undermined in the heat of a health crisis that has claimed nearly 37,000 lives in Britain and thrown one of the world's top 10 economies into its biggest downturn of modern times. (Photo by Glyn KIRK / AFP)