Changer d'édition

Macron veut rouvrir les écoles le 11 mai
International 3 min. 13.04.2020 Cet article est archivé

Macron veut rouvrir les écoles le 11 mai

A ce jour, la France a enregistré 14.967 morts en lien avec le covid-19.

Macron veut rouvrir les écoles le 11 mai

A ce jour, la France a enregistré 14.967 morts en lien avec le covid-19.
Photo : AFP
International 3 min. 13.04.2020 Cet article est archivé

Macron veut rouvrir les écoles le 11 mai

Le président de la République française a prolongé le confinement d'un mois, en évoquant toutefois déjà les conditions d'un retour à la vie normale. A commencer par les scolaires.

«Nous demanderons aux personnes plus vulnérables de rester confinées, même après le 11 mai.» Pour les autres Français, voilà le nouvel horizon des mesures de confinement tel que l'a défini, lundi soir, le président français dans une intervention de près d'une demi-heure. «Le lundi 11 mai ne sera possible que si nous continuons d'être civiques, responsables, de respecter les règles et que si la propagation du virus a effectivement continué à ralentir», a-t-il ajouté.

Mais cette date ne sera pas celle de la reprise pleine et entière de l'économie de l'Hexagone, a prévenu Emmanuel Macron. D'ici un mois, le président français entend que crèches, écoles, collèges, lycées rouvrent progressivement dans l'Hexagone. Par contre, pour l'enseignement supérieur «pas avant l'été». A cette même échéance, cafés, hôtels «resteront fermés», pour les salles de spectacle, rien avant juillet, a clairement souligné le chef de l'Etat. Pour le reste des activités économiques, «des règles sanitaires strictes devront s'imposer» d'ici là.

Alors que la ministre de la Santé luxembourgeoise a annoncé que cette semaine, elle interviendrait sur l'éventuel déconfinement du pays et que l'Allemagne se prononcera mercredi, Emmanuel Macron a donc fait connaitre son choix au terme de ce week-end de Pâques. Non sans avoir auparavant fait un (petit) mea culpa. «La France n'était à l'évidence pas assez préparée» à la crise du coronavirus, qui a révélé «des failles», a reconnu le président élu depuis mai 2017. 

Même si «l'épidémie commence à marquer le pas», il y a eu «des insuffisances comme dans tous les pays du monde, nous avons manqué de blouses, de gants, de gel hydroalcoolique, nous n'avons pas pu distribuer autant de masques que nous l'aurions voulu», a-t-il souligné en évoquant des «ratés». Par contre, d'ici un mois, le gouvernement sera en mesure d'assurer un «masque grand public» pour le quotidien de chaque Français.

Lorsque le confinement destiné à lutter contre l'épidémie de coronavirus commencera à être levé en France, le 11 mai, «nous serons en capacité de tester toute personne présentant des symptômes» pour pouvoir mettre les malades en quarantaine, a promis le président Macron. «Nous n'allons pas tester toutes les Françaises et tous les Français, ça n'aurait aucun sens. Mais toute personne ayant un symptôme doit pouvoir être testée. Les personnes ayant le virus pourront ainsi être mises en quarantaine, prises en charge et suivies par un médecin», a-t-il ajouté.

Quatre phrases à retenir de l'allocution

  • «Nous aurons des jours meilleurs. Et nous retrouverons les jours heureux, j'en ai la conviction. Et les vertus qui aujourd'hui nous permettent de tenir seront celles qui nous aideront à bâtir l'avenir: notre solidarité, notre confiance, notre volonté.»
  •  «Sachons nous réinventer, moi le premier  
  • «Je tâcherai de porter en Europe notre voix afin d'avoir plus d'unité et de solidarité (...) Mais nous sommes à un moment de vérité qui impose plus d'ambition, plus d'audace, un moment de refondation.»
  • «Les frontières de la France avec les pays non européens resteront fermées jusqu'à nouvel ordre.»

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

L'étude CON-VINCE a débuté au Grand-Duché
Le pays va se lancer dans une série de tests pour mieux comprendre comment le covid-19 se propage. Le chef du projet, le Pr Krüger, explique en quoi consistera cette enquête menée d'abord sur 1.500 personnes.
Prof. Rejko Krüger - Parkinson-Erkrankung - Photo : Pierre Matgé
Boris Johnson a quitté l'hôpital
A l'heure où le Royaume-Uni s'apprête à franchir le seuil des 10.000 victimes du covid-19, le Premier ministre est sorti de l'établissement qui le soignait pour l'infection depuis une semaine.
A handout image released by 10 Downing Street, shows Britain's Prime Minister Boris Johnson as he delivers a television address after returning to 10 Downing Street after being discharged from St Thomas' Hospital, in central London on April 12, 2020. - British Prime Minister Boris Johnson was discharged from hospital on Sunday, a Downing Street spokesman said, a week after being admitted for treatment for coronavirus and spending three days in intensive care. "The PM has been discharged from hospital to continue his recovery, at Chequers," the spokesman said, referring to the prime minister's country estate outside London. (Photo by Pippa FOWLES / 10 Downing Street / AFP) / RESTRICTED TO EDITORIAL USE - MANDATORY CREDIT "AFP PHOTO / 10 DOWNING STREET / PIPPA FOWLES" - NO MARKETING - NO ADVERTISING CAMPAIGNS - DISTRIBUTED AS A SERVICE TO CLIENTS
L'Allemagne condamne des actes anti-français
Le ministre allemand des Affaires étrangères a condamné des agressions verbales ou vexations subies récemment par des Français en déplacement dans les zones frontalières allemandes, moins touchées par le covid-19.
Lokales, Gemeinden an der Sauer unterzeichnen Brief gegen Schließung der Grenze zu Deutschland, Rosport, Foto: Lex Kleren/Luxemburger Wort
L'optimisme prudent de Paulette Lenert
De la patience et des efforts, c'est le message envoyé à la population par la ministre de la Santé lors de son point presse qui s'est tenu ce vendredi à la veille du long week-end pascal.
Politik, Corona-Virus, Pressekonferenz Xavier Bettel Paulette Lenert, , Foto: Guy Wolff/Luxemburger Wort