Changer d'édition

Macron déconfine la France à feu doux
International 4 min. 24.11.2020

Macron déconfine la France à feu doux

Le président Macron a annoncé plus de souplesse, pile au moment où la France franchit le cap des 50.000 décès liés au covid.

Macron déconfine la France à feu doux

Le président Macron a annoncé plus de souplesse, pile au moment où la France franchit le cap des 50.000 décès liés au covid.
Photo : AFP
International 4 min. 24.11.2020

Macron déconfine la France à feu doux

A compter de samedi, l'Hexagone verra se lever une partie des restrictions. Et même si le président de la République rouvre commerces et offre plus de libertés de mouvements, chaque reprise d'infection covid ou la flambée du nombre d'hospitalisations pourra tout remettre en cause.

26 minutes pour dire aux Français ce qu'il en sera des semaines, et mois à venir. Emmanuel Macron aura pris son temps, mardi soir lors d'une allocution télévisée, pour expliquer ce qui allait changer dans le quotidien de ses 66 millions de concitoyens dans les jours et semaines à venir. A commencer par cette annonce : tous les commerces pourront accueillir à nouveau de la clientèle dès ce samedi 28 novembre au matin. Une mesure qui évitera sans doute un autre rush des frontaliers, français ou belges, vers le Luxembourg...

«Je sais combien l'attente est grande et combien cela participe à notre quotidien dans la vie de nos centres-villes», a souligné le chef de l'Etat, alors que les dernières semaines ont été marquées par d'intenses pressions des élus et des professionnels pour rouvrir à l'approche des fêtes de fin d'année. Le gouvernement consent même à ce que les boutiques puissent rester ouvertes jusqu'à 21h, mais à chaque fois selon des «protocoles sanitaires stricts» que le président n'a pas déterminés.

Comme au Luxembourg depuis la Toussaint, la France s'apprête à son tour à vivre sous couvre-feu. Ce sera chose faite à compter du 15 décembre. Mais selon un horaire plus strict que celui appliqué au Grand-Duché et sur lequel la police veille : il sera ainsi interdit de se déplacer sans motif valable entre 21h à 7h. Et seules les soirées de Noël et Nouvel An pourront souffrir d'exceptions, mais sans possibilités ces soirs-là de rassemblements sur la voie publique.

Alors que mercredi la Chambre des députés luxembourgeois s'apprête à restreindre les activités (cafés-restaurants fermés, pratiques sportives interdites, cinémas confinés, casino à l'arrêt), la France suit le chemin inverse donc. Cinémas, théâtres et musées pourront rouvrir le 15 décembre, si la situation sanitaire le permet.

Et Macron a fixé l'objectif sanitaire : si les nouvelles contaminations demeurent autour des 5.000 cas quotidiens et le nombre de personnes en réanimation entre 2.500 et 3.000, alors «le confinement pourra être levé» le 15 décembre. Une date à partir de laquelle les activités extrascolaires en salle seront à nouveau envisageables, alors qu'elles pourront reprendre en plein air dès le weekend à venir.


La vaccination considérée comme «un geste civique»
Alors que les nouvelles mesures sanitaires doivent entrer en vigueur ce jeudi, Jean-Claude Schmit, directeur de la Santé, revendique mardi l'ambition de faire descendre le nombre de nouvelles infections à «50 par jour». Et détaille le processus d'inoculation à venir du vaccin.

 Mardi, lors d'une visioconférence avec des responsables du monde sportif, le président de la République avait plaidé pour cette reprise des activités et du sport pour les mineurs courant décembre. Cette demande émanait aussi des médecins qui alertent sur les dangers de la sédentarité chez les ados et les enfants. Pour les sportifs amateurs, en revanche, une ouverture des salles de sport n'est pas programmée avant «le 20 janvier», si l'évolution de la pandémie à la baisse se confirme.

Enfin, concernant la vaccination anti-covid,  Emmanuel Macron a annoncé que celle-ci ne serait pas obligatoire. Un propos faisant écho au choix avancé par le Premier ministre luxembourgeois. Par contre, contrairement à Xavier Bettel ou Paulette Lenert qui pronostiquent désormais l'arrivée des premières doses anti-covid pour mi-décembre, le président français s'est laissé plus de marges. La campagne débuterait «dès fin décembre, début janvier» pour «les personnes les plus fragiles». 

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.