Changer d'édition

Lufthansa supprime 22.000 postes
International 3 min. 11.06.2020

Lufthansa supprime 22.000 postes

Lufthansa supprime 22.000 postes

Photo: AFP
International 3 min. 11.06.2020

Lufthansa supprime 22.000 postes

AFP
AFP
L'impact de la pandémie de coronavirus continue de déstabiliser le secteur aérien: le numéro 1 européen annonce ce jeudi la suppression de 22.000 emplois, soit 16% de ses effectifs mondiaux.

(AFP) -  Plombé par la chute du trafic aérien mondial causée par la pandémie de coronavirus, Lufthansa va fortement réduire la voilure, alors que la reprise du transport ne s'opère que très lentement dans le monde. «Nous allons avoir 22.000 postes équivalent temps plein en moins au sein du groupe Lufthansa, dont la moitié en Allemagne», a ainsi indiqué le groupe jeudi. Le transporteur allemand assure toutefois vouloir éviter, «dans la mesure du possible», des licenciements secs, grâce à des mesures de «chômage partiel» et des accords avec les syndicats.

La direction a ainsi revu ses propres estimations à la hausse: début juin, le patron de Lufthansa, Carsten Spohr, avait estimé à seulement 10.000 le nombre d'employés en trop. Lufthansa, qui détient également les compagnies européennes SWISS, Austrian, Brussels Airlines et Eurowings, compte 135.000 salariés dans le monde. Comme pour l'ensemble du secteur aérien, la pandémie de coronavirus a eu un grave impact sur l'activité de Lufthansa.


(FILES) In this file photo taken on March 27, 2020 airplanes of German airline Lufthansa are parked at the "Franz-Josef-Strauss" airport in Munich, southern Germany, amid novel coronavirus COVID-19 pandemic. - Lufthansa says on May 7, 2020 in talks for German govt to take 25% stake in 9 bn-euro rescue (Photo by Christof STACHE / AFP)
L'Allemagne s'apprête à subir une récession
Le produit intérieur brut allemand du premier trimestre, publié vendredi, devrait donner un avant-goût du choc infligé par la pandémie de coronavirus à la première économie européenne, avant un plongeon bien plus brutal au printemps.

Au plus fort de la crise, le groupe n'offrait que 3% du nombre habituel de sièges sur ses vols, proposant ainsi le même nombre de liaisons que dans les années 50. 700 avions, sur les 763 détenus par le groupe, ont été cloués au sol au pic de la pandémie, tandis que le nombre de passagers s'est effondré de 98% en avril sur un an. La crise a coûté à Lufthansa une perte nette jamais vue de 2,1 milliards d'euros au premier trimestre 2020.

Ces suppressions d'emplois s'inscrivent dans un plan de restructuration, annoncé début juin par la direction du groupe, et qui suscite la polémique dans le pays. Pour éviter la faillite, Lufthansa a en effet reçu 9 milliards d'euros d'aides publiques et de crédits garantis par l'État allemand, moyennant une entrée de Berlin au capital à hauteur de 20%. L'État devient ainsi le principal actionnaire du groupe, mais il a renoncé à intervenir dans la gestion de l'entreprise. Du coup, Berlin se voit à présent accusé de cofinancer les coupes claires dans les effectifs.


Wirtschaft, Politik, Lokales, Luxair,   Foto: Anouk Antony/Luxemburger Wort
«Luxair s'apprête à subir de lourdes pertes»
Comme tout le secteur aérien, la compagnie nationale luxembourgeoise Luxair subit de plein fouet la crise du coronavirus. La décision de fermer l'aéroport du Findel lundi envoie «la plupart de ses 3.000 employés au chômage partiel», comme l'explique le PDG, Adrien Ney.

«Neuf milliards d'euros pour une entreprise qui en vaut 4 milliards (en Bourse), tout en renonçant à avoir son mot à dire sur les décisions prises: lorsque Lufthansa annonce supprimer 22.000 postes, le gouvernement fédéral est responsable!», s'est ainsi indigné sur Twitter le chef du parti Die Linke (gauche radicale), Bernd Riexinger. «Sans une réduction significative des coûts de personnels pendant la crise, nous gâcherons la possibilité d'un meilleur redémarrage, et risquons d'affaiblir Lufthansa», justifie Michael Niggemann, responsable des ressources humaines au conseil exécutif du groupe.

La pandémie marquant désormais le pas en Europe, et les mesures de restrictions se desserrant, les compagnies aériennes redémarrent doucement leur activité. D'ici septembre, Lufthansa veut desservir à nouveau 90% de ses destinations locales habituelles et 70 de ses long-courriers. Mais «la demande dans le trafic aérien va visiblement reprendre très lentement», commente l'entreprise. Lufthansa compte garder au sol 300 de ses avions encore en 2021 et 200 en 2022, signe qu'il anticipe une lente reprise de la demande. Le groupe devrait également se séparer de 100 appareils.

Le groupe allemand n'est pas isolé: depuis plusieurs semaines, c'est l'ensemble du secteur aérien qui souffre. Le voyagiste allemand TUI, a annoncé en mai la suppression de 10% de ses effectifs, dont une grande partie dans ses compagnies aériennes charter. De nombreuses compagnies ont annoncé des suppressions d'emplois, dont Air Canada (au moins 19.000 employés), British Airways (12.000, soit 30% des effectifs) ou l'américaine Delta (10.000), tandis que d'autres ont fait faillite.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Luxair ajoute Faro à son plan de vol
Et de six! La compagnie nationale annonce pouvoir décoller vers la capitale de l'Algarve à compter du 31 mai. Une destination à ajouter à Lisbonne, Porto, Stockholm, Hambourg et Munich.
26.9. Wi / Findel / Flughafen / Luxair Services / Flugzeuge / Luftfahrt  Foto:Guy Jallay
L'Allemagne s'apprête à subir une récession
Le produit intérieur brut allemand du premier trimestre, publié vendredi, devrait donner un avant-goût du choc infligé par la pandémie de coronavirus à la première économie européenne, avant un plongeon bien plus brutal au printemps.
(FILES) In this file photo taken on March 27, 2020 airplanes of German airline Lufthansa are parked at the "Franz-Josef-Strauss" airport in Munich, southern Germany, amid novel coronavirus COVID-19 pandemic. - Lufthansa says on May 7, 2020 in talks for German govt to take 25% stake in 9 bn-euro rescue (Photo by Christof STACHE / AFP)
«Il faut un minimum de cohérence entre pays de l'UE»
Déconfinement, investissement ferroviaire ou encore législation européenne sur les droits des passagers, les ministres européens des Transports de l'UE avancent encore en ordre dispersé. De son côté, François Bausch plaide pour davantage de coopération.
die Luxair Boeingflotte fast gänzlich am Boden / Foto: Serge Braun
«Luxair s'apprête à subir de lourdes pertes»
Comme tout le secteur aérien, la compagnie nationale luxembourgeoise Luxair subit de plein fouet la crise du coronavirus. La décision de fermer l'aéroport du Findel lundi envoie «la plupart de ses 3.000 employés au chômage partiel», comme l'explique le PDG, Adrien Ney.
Wirtschaft, Politik, Lokales, Luxair,   Foto: Anouk Antony/Luxemburger Wort
Lufthansa négocie un rachat d'une part de TAP
Selon le quotidien économique portugais Jornal de Negocios, la compagnie aérienne allemande a entamé des négociations pour racheter 45% du capital de sa concurrente portugaise à son principal actionnaire privé. Lufthansa se serait allié avec United Airlines.
Le secteur aérien limite ses liaisons avec la Chine
Air France ou British Airways ont pris la décision de suspendre leurs vols vers la Chine face à la propagation du coronavirus qui a déjà fait 170 morts. D'autres compagnies, par contre, ont réduit la voilure ou font preuve de vigilance à l'instar de Cargolux.
(FILES) This file photo taken on June 27, 2019 shows airport workers loading a Boeing 777 of the airline company Air France parked in the tarmac at the Roissy-Charles de Gaulle Airport, in Roissy, north of Paris. - A number of airlines say they are halting or reducing flights to China as the country struggles to contain the spread of the deadly coronavirus. China has advised its citizens to postpone trips abroad and cancelled overseas group tours, while several countries have urged their citizens to avoid travel to China if possible. The coronavirus epidemic has killed 132 people, infected nearly 6,000, and spread to some 15 countries. Air France suspended its three weekly flights to Wuhan on January 24, 2020. On January 29, 2020 it announced that flights to Beijing and Shanghai would be suspended from Friday. (Photo by JOEL SAGET / AFP)