Changer d'édition

Londres imposera des contrôles moins rigoureux
International 2 min. 12.06.2020

Londres imposera des contrôles moins rigoureux

Si le gouvernement britannique vient de faire un geste concernant la circulation des biens venant de l'UE, l'inverse n'est pas encore d'actualité.

Londres imposera des contrôles moins rigoureux

Si le gouvernement britannique vient de faire un geste concernant la circulation des biens venant de l'UE, l'inverse n'est pas encore d'actualité.
Photo: Shutterstock
International 2 min. 12.06.2020

Londres imposera des contrôles moins rigoureux

Avant une rencontre virtuelle le 15 juin, l'UE et Londres vont intensifier leurs négociations pour tenter de trouver un accord sur leur relation post-Brexit. En attendant, le gouvernement britannique a décidé d'assouplir sa politique de contrôle aux frontières sur les biens.

 (AFP) - Pour ne pas trop pénaliser les entreprises, déjà victimes des effets économiques de la pandémie de coronavirus, le gouvernement britannique va faire preuve de souplesse vis-à-vis des biens importés de l'Union européenne à partir de 2021. C'est-à-dire à l'issue de la période de transition post-Brexit qui s'achève fin décembre. Le but de ces contrôles était notamment de «garder nos frontières sûres» et de «traiter sur un pied d'égalité» les pays avec lesquels commerce le Royaume-Uni, avait expliqué le gouvernement en février.

Mais selon le Financial Times, un «régime temporaire plus léger» est prévu pour les biens importés de l'UE dans les ports d'entrée comme Douvres, qu'il y ait ou non un accord conclu avec l'Union européenne. En revanche, il est toujours prévu que les biens exportés du Royaume-Uni dans l'UE soient soumis à des contrôles complets.

«Nous avons conscience de l'impact que le coronavirus a eu sur les entreprises britanniques et lorsque nous reprendrons le contrôle de nos lois et de nos frontières à la fin de cette année, nous adopterons une approche pragmatique et flexible pour aider les entreprises à s'adapter aux changements et aux opportunités d'être en dehors du marché unique et de l'union douanière», a indiqué une source gouvernementale.


ARCHIV - 10.04.2019, Großbritannien, London: Die Sterne einer EU-Fahne scheinen durch eine britische Fahne hindurch. (zu dpa "Das vergessene Brexit-Drama: Es wird wieder einmal schwierig") Foto: Yui Mok/PA Wire/dpa +++ dpa-Bildfunk +++
Les discussions post-Brexit dans l'impasse
A quelques jours de la reprise des négociations entre les représentants de l'Union européenne et du Royaume-Uni, le projet d'accord sur les futures relations entre les deux parties est au point mort. Mais pour l'eurodéputé luxembourgeois Christophe Hansen, «l'objectif reste de trouver un accord global».

Le Royaume-Uni négocie avec l'Union européenne pour définir leurs relations commerciales à la fin de la période de transition, des discussions qui sont jusqu'à présent dans l'impasse. Ces négociations vont s'intensifier, à partir de lundi, pour tenter de trouver un accord à temps, le gouvernement britannique refusant catégoriquement de prolonger la période de transition. Sans accord, les seules règles de l'Organisation mondiale du commerce (OMC), avec leurs droits de douanes élevés, s'appliqueraient aux relations commerciales entre les anciens partenaires.

Deuxième pays le plus endeuillé au monde par la pandémie, avec plus de 41.000 morts, le Royaume-Uni a aussi subi de plein fouet son impact économique. Le PIB s'est effondré de 20,4% en avril, soit le premier mois complet du confinement mis en place le 23 mars pour l'endiguer, a annoncé vendredi le Bureau national des statistiques (ONS). Le pays sort progressivement des restrictions mises en place, avec la réouverture lundi de l'ensemble des commerces, mais les pubs et restaurants restent fermés.    

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Londres et l'UE loin d'un compromis autour du Brexit
Entravées par la pandémie, les négociations entre les représentants britanniques et européens Londres et Bruxelles reprennent mardi sans grand espoir de sortir de l'impasse, malgré la pression du calendrier et le risque d'un «no deal».
(FILES) In this file photo taken on March 2, 2020 European Union chief Brexit negotiator Michel Barnier (R) and the British Prime Minister's Europe adviser David Frost pose for a photograph at start of the first round of post-Brexit trade deal talks between the EU and the United Kingdom, in Brussels. - Incapable of the slightest advance for three past months, British and Europeans seem to be embarking on a dead end when approaching, with a certain tension, the fourth round of negotiations, yet crucial on their post-Brexit relationship, that will take place on June 2, 2020. (Photo by Olivier HOSLET / POOL / AFP)
Johnson appelle les Britanniques à la patience
Le Premier ministre britannique, de retour aux affaires, a appelé lundi ses compatriotes à continuer à respecter le confinement qui a permis au Royaume-Uni de «commencer à inverser» la courbe de la pandémie.
TOPSHOT - Britain's Prime Minister Boris Johnson gives a statement in Downing Street in central London on April 27, 2020 after returning to work following more than three weeks off after being hospitalised with the COVID-19 illness. - British Prime Minister Boris Johnson returns to work on Monday more than three weeks after being hospitalised with the novel coronavirus and spending three days in intensive care. Johnson, one of the highest-profile people to have contracted the virus, returned to 10 Downing Street on Sunday evening. (Photo by DANIEL LEAL-OLIVAS / AFP)
Bruxelles monte le ton face à Londres
Le négociateur en chef de l'UE sur le Brexit, le très policé Michel Barnier, a accablé vendredi les Britanniques, à l'issue d'une semaine de discussions sur les futures relations post-Brexit.
EU Chief Negotiator - Task Force for the Preparation and Conduct of the Negotiations with the United Kingdom under Article 50 TEU. 2015-2016- Michel Barnier leave at the end of the press conference at  the European Commission in Brussels, on April 24, 2020. (Photo by Olivier Matthys / POOL / AFP)
La pandémie pèse même sur le Brexit
Les négociations entre l'Union européenne et le Royaume-Uni sur leur relation post-Brexit reprennent lundi. Mais la longue interruption pour cause d'épidémie de covid-19 rend incertaine la perspective d'un accord d'ici fin décembre.
Exterior cleaning contractor Robin Barclay from Flamingo Exterior Cleaning voluntarily disinfects public surfaces in Ayr town Centre on the west coast of Scotland on April 18, 2020 as life in Britain continues under lockdown to halt the spread of the coronavirus COVID-19 illness. - Malcolm Bennet and Robin Barclay, owners of Flamingo Exterior Cleaning, have been donating their time and materials to clean and disinfect public spaces in towns around Aryshire on the west coast of Scotland as a way of contributing to the fight against the spread of the new coronavirus amid a deadly global pandemic. (Photo by ANDY BUCHANAN / AFP)
Un projet d'accord post-Brexit «ambitieux»
Le négociateur en chef de l'UE a envoyé ce vendredi aux Etats membres son rapport sur les discussions sur le Brexit. Michel Barnier se montre même optimiste et espère que sa note pourra servir de nouveau contrat commercial entre les Européens et le Royaume-Uni.
European Commission's Head of Task Force for Relations with Britain Michel Barnier gives a press conference as he reports on the first round of EU-Britain negociations at the EU headquarters in Brussels on March 5, 2020. (Photo by Fran�ois WALSCHAERTS / AFP)