Changer d'édition

Londres et l'UE loin d'un compromis autour du Brexit
International 3 min. 02.06.2020

Londres et l'UE loin d'un compromis autour du Brexit

Selon Michel Barnier, négociateur en chef européen, les Britanniques chercheraient à obtenir «une sorte de "best of" (...) des accords commerciaux».

Londres et l'UE loin d'un compromis autour du Brexit

Selon Michel Barnier, négociateur en chef européen, les Britanniques chercheraient à obtenir «une sorte de "best of" (...) des accords commerciaux».
Photo: AFP
International 3 min. 02.06.2020

Londres et l'UE loin d'un compromis autour du Brexit

Entravées par la pandémie, les négociations entre les représentants britanniques et européens Londres et Bruxelles reprennent mardi sans grand espoir de sortir de l'impasse, malgré la pression du calendrier et le risque d'un «no deal».

(AFP) - Qualifiant la situation de «sérieuse», le négociateur européen, Michel Barnier, a appelé les Britanniques à «plus de réalisme» lors d'un entretien publié mardi dans Le Monde. Il leur reproche de chercher à obtenir «une sorte de "best of" (...) des accords commerciaux» conclus par l'UE dans le passé, sans les contreparties. Lundi, le 10 Downing street a accusé Bruxelles de vouloir introduire dans la négociation des «propositions déséquilibrées qui attacheraient le Royaume-Uni aux règles ou aux standards» européens, et a dénoncé des exigences «sans précédent dans les accords de libre-échange».


ARCHIV - 10.04.2019, Großbritannien, London: Die Sterne einer EU-Fahne scheinen durch eine britische Fahne hindurch. (zu dpa "Das vergessene Brexit-Drama: Es wird wieder einmal schwierig") Foto: Yui Mok/PA Wire/dpa +++ dpa-Bildfunk +++
Les discussions post-Brexit dans l'impasse
A quelques jours de la reprise des négociations entre les représentants de l'Union européenne et du Royaume-Uni, le projet d'accord sur les futures relations entre les deux parties est au point mort. Mais pour l'eurodéputé luxembourgeois Christophe Hansen, «l'objectif reste de trouver un accord global».

Après trois séances de discussions entamées début mars, à raison d'une par mois, le fossé reste béant. Et des tensions émergent, comme un récent échange de lettres cinglant entre Michel Barnier et son homologue David Frost. La situation est compliquée par la pandémie de coronavirus qui oblige la centaine de négociateurs de part et d'autre à travailler par visioconférence, pour tenter de trouver comme prévu un accord d'ici la fin de l'année. Pour Michel Barnier, ce nouveau cycle de pourparlers, qui débute dans l'après-midi et se poursuivra jusqu'à vendredi matin, devrait permettre «de savoir si le Royaume-Uni veut quitter le marché intérieur et l'union douanière (...) avec ou sans accord avec nous». 


EU Chief Negotiator - Task Force for the Preparation and Conduct of the Negotiations with the United Kingdom under Article 50 TEU. 2015-2016- Michel Barnier leave at the end of the press conference at  the European Commission in Brussels, on April 24, 2020. (Photo by Olivier Matthys / POOL / AFP)
Bruxelles monte le ton face à Londres
Le négociateur en chef de l'UE sur le Brexit, le très policé Michel Barnier, a accablé vendredi les Britanniques, à l'issue d'une semaine de discussions sur les futures relations post-Brexit.

La semaine devrait «confirmer qu'on est dans une impasse. Les positions sont très figées. Un revirement serait une surprise», estime une source européenne. Un bilan des discussions doit être établi en juin lors d'une rencontre au plus haut niveau entre la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen, celui du Conseil européen Charles Michel, et le Premier ministre britannique Boris Johnson. Londres avait fait de ce point d'étape une date butoir en menaçant de ne pas poursuivre les pourparlers si les progrès n'étaient pas suffisants. Mais c'était avant le choc causé par la pandémie, qui a précipité le Vieux Continent dans une récession historique. 

Pour Bruxelles, la relation avec Londres après le divorce du 31 janvier, fin de 47 années de vie commune, est passée au second plan face à l'urgence d'une relance économique. «Il n'y a pas grand-chose à attendre de ces nouvelles discussions. Mais je ne pense pas que les Britanniques iront à la rupture en l'absence de progrès. La situation a totalement changé avec le virus», estime l'expert Anand Menon du centre de recherches «The UK in a Changing Europe». «La vraie négociation politique - avec ses choix, ses compromis - on ne la voit pas venir avant la fin de l'été. Août, septembre, octobre. En vue d'un accord à l'automne», prévoit une source diplomatique. 


Exterior cleaning contractor Robin Barclay from Flamingo Exterior Cleaning voluntarily disinfects public surfaces in Ayr town Centre on the west coast of Scotland on April 18, 2020 as life in Britain continues under lockdown to halt the spread of the coronavirus COVID-19 illness. - Malcolm Bennet and Robin Barclay, owners of Flamingo Exterior Cleaning, have been donating their time and materials to clean and disinfect public spaces in towns around Aryshire on the west coast of Scotland as a way of contributing to the fight against the spread of the new coronavirus amid a deadly global pandemic. (Photo by ANDY BUCHANAN / AFP)
La pandémie pèse même sur le Brexit
Les négociations entre l'Union européenne et le Royaume-Uni sur leur relation post-Brexit reprennent lundi. Mais la longue interruption pour cause d'épidémie de covid-19 rend incertaine la perspective d'un accord d'ici fin décembre.

Londres doit toutefois se prononcer avant la fin du mois de juin sur une demande de report de la fin de la période de transition pour une année, voire deux. Le gouvernement britannique a exclu cette possibilité à maintes reprises, même si c'était l'UE qui le demandait. Tout en affichant des positions incompatibles sur les principaux sujets de la négociation - architecture de l'accord (un ou plusieurs), conditions de concurrence loyale (sur les normes environnementales, sociales, fiscales, ce qu'on appelle le «level playing field»), règlement des différends, droits d'accès des pêcheurs aux eaux britanniques - les deux parties affirment vouloir trouver un compromis. 


European Commission's Head of Task Force for Relations with Britain Michel Barnier gives a press conference as he reports on the first round of EU-Britain negociations at the EU headquarters in Brussels on March 5, 2020. (Photo by Fran�ois WALSCHAERTS / AFP)
Un projet d'accord post-Brexit «ambitieux»
Le négociateur en chef de l'UE a envoyé ce vendredi aux Etats membres son rapport sur les discussions sur le Brexit. Michel Barnier se montre même optimiste et espère que sa note pourra servir de nouveau contrat commercial entre les Européens et le Royaume-Uni.

«Sur le level playing field, il n'y a aucun mouvement de Londres et les choses pourraient donc mal se terminer», avertit M. Barnier. Quant à l'objectif de trouver un accord sur la pêche avant le 1er juillet, pourtant érigé en priorité par l'UE, il semble désormais abandonné. «Ce n'était pas une échéance fictive, mais elle a peu de chance de se réaliser», reconnaît la source diplomatique. Selon plusieurs observateurs, Londres pourrait être tenté par un «no deal», dont l'effet potentiellement dévastateur serait alors attribué aux conséquences économiques du choc de la pandémie. 


Sur le même sujet

«Un nouvel élan» aux négociations post-Brexit
Alors que le fossé est béant entre leurs positions, les dirigeants de l'UE et le Britannique Boris Johnson appellent à trouver «rapidement un terrain d'entente sur les principes qui sous-tendent tout accord». Car pour le moment, «on n'est nulle part», résume un haut responsable européen.
European Council President Charles Michel (R) and European Commission President Ursula von der Leyen are sen on screen as they hold a videoconference  prior to EU-UK talks via videoconference, at the European Council building in Brussels on June 15, 2020. - EU chiefs held a videoconference with the British prime minister on June 15 to breathe new life into stalled post-Brexit trade talks, with both sides entrenched in long-held positions. Expectations are low for the long-planned meeting, with all sides agreeing last week that trade negotiations would be intensified over the coming months. (Photo by Francisco Seco / POOL / AFP)
Les discussions post-Brexit dans l'impasse
A quelques jours de la reprise des négociations entre les représentants de l'Union européenne et du Royaume-Uni, le projet d'accord sur les futures relations entre les deux parties est au point mort. Mais pour l'eurodéputé luxembourgeois Christophe Hansen, «l'objectif reste de trouver un accord global».
ARCHIV - 10.04.2019, Großbritannien, London: Die Sterne einer EU-Fahne scheinen durch eine britische Fahne hindurch. (zu dpa "Das vergessene Brexit-Drama: Es wird wieder einmal schwierig") Foto: Yui Mok/PA Wire/dpa +++ dpa-Bildfunk +++
Johnson appelle les Britanniques à la patience
Le Premier ministre britannique, de retour aux affaires, a appelé lundi ses compatriotes à continuer à respecter le confinement qui a permis au Royaume-Uni de «commencer à inverser» la courbe de la pandémie.
TOPSHOT - Britain's Prime Minister Boris Johnson gives a statement in Downing Street in central London on April 27, 2020 after returning to work following more than three weeks off after being hospitalised with the COVID-19 illness. - British Prime Minister Boris Johnson returns to work on Monday more than three weeks after being hospitalised with the novel coronavirus and spending three days in intensive care. Johnson, one of the highest-profile people to have contracted the virus, returned to 10 Downing Street on Sunday evening. (Photo by DANIEL LEAL-OLIVAS / AFP)
Bruxelles monte le ton face à Londres
Le négociateur en chef de l'UE sur le Brexit, le très policé Michel Barnier, a accablé vendredi les Britanniques, à l'issue d'une semaine de discussions sur les futures relations post-Brexit.
EU Chief Negotiator - Task Force for the Preparation and Conduct of the Negotiations with the United Kingdom under Article 50 TEU. 2015-2016- Michel Barnier leave at the end of the press conference at  the European Commission in Brussels, on April 24, 2020. (Photo by Olivier Matthys / POOL / AFP)
La pandémie pèse même sur le Brexit
Les négociations entre l'Union européenne et le Royaume-Uni sur leur relation post-Brexit reprennent lundi. Mais la longue interruption pour cause d'épidémie de covid-19 rend incertaine la perspective d'un accord d'ici fin décembre.
Exterior cleaning contractor Robin Barclay from Flamingo Exterior Cleaning voluntarily disinfects public surfaces in Ayr town Centre on the west coast of Scotland on April 18, 2020 as life in Britain continues under lockdown to halt the spread of the coronavirus COVID-19 illness. - Malcolm Bennet and Robin Barclay, owners of Flamingo Exterior Cleaning, have been donating their time and materials to clean and disinfect public spaces in towns around Aryshire on the west coast of Scotland as a way of contributing to the fight against the spread of the new coronavirus amid a deadly global pandemic. (Photo by ANDY BUCHANAN / AFP)
A la recherche de l'impossible accord commercial
L'Union européenne entrera samedi dans la seconde phase des négociations avec Londres, celle portant sur la relation future, en particulier au niveau économique. Etat des lieux avant ces discussions qui s'annoncent intenses.
ARCHIV - 10.04.2019, Großbritannien, London: Die Sterne einer EU-Fahne scheinen durch eine britische Fahne hindurch. Am 31.01.2020 soll Großbritannien die EU verlassen.  (zu dpa «"We will miss them"») Foto: Yui Mok/PA Wire/dpa +++ dpa-Bildfunk +++