Changer d'édition

Londres et l'UE lancent une négociation marathon
International 3 min. 29.06.2020

Londres et l'UE lancent une négociation marathon

David Frost a annoncé «vouloir prendre en compte les préoccupations de l'UE» durant ces discussions.

Londres et l'UE lancent une négociation marathon

David Frost a annoncé «vouloir prendre en compte les préoccupations de l'UE» durant ces discussions.
Photo: AFP
International 3 min. 29.06.2020

Londres et l'UE lancent une négociation marathon

Britanniques et Européens affichent un optimisme prudent au moment d'entamer ce lundi cinq semaines d'intenses discussions, destinées à progresser enfin sur la relation post-Brexit et éviter un «no deal» catastrophique en fin d'année.

(AFP) - Les pourparlers débutent par une rencontre physique de cinq jours à Bruxelles, la première depuis le mois de mars. Ils se poursuivront chaque semaine, alternativement à Londres et dans la capitale belge, jusqu'à fin juillet. L'intensification des discussions, d'un commun accord entre Londres et Bruxelles, doit permettre de leur donner «un nouvel élan», après quatre cycles de négociations troublés par le coronavirus et sans avancées majeures.

Le Premier ministre britannique Boris Johnson souhaite être fixé dès juillet sur la possibilité d'un compromis. «Plus vite nous parviendrons à un accord, mieux ce sera. Il n'y a aucune raison pour que les grandes lignes d'un accord politique ne puissent pas être définies au cours de l'été», a insisté un responsable britannique.


ARCHIV - 10.04.2019, Großbritannien, London: Die Sterne einer EU-Fahne scheinen durch eine britische Fahne hindurch. (zu dpa "Das vergessene Brexit-Drama: Es wird wieder einmal schwierig") Foto: Yui Mok/PA Wire/dpa +++ dpa-Bildfunk +++
Les discussions post-Brexit dans l'impasse
A quelques jours de la reprise des négociations entre les représentants de l'Union européenne et du Royaume-Uni, le projet d'accord sur les futures relations entre les deux parties est au point mort. Mais pour l'eurodéputé luxembourgeois Christophe Hansen, «l'objectif reste de trouver un accord global».

Cette perspective ambitieuse a cependant été poliment repoussée par les Européens, pour l'instant concentrés sur leur plan de relance post-coronavirus, et qui considèrent le mois d'octobre comme le véritable «moment de vérité» du Brexit. «C'est à ce moment-là que nous devrons être prêts à présenter un projet d'accord (...) si nous voulons qu'il soit ratifié avant la fin de l'année», a expliqué le négociateur européen, Michel Barnier, lors d'une intervention la semaine passée devant le European Policy Center.

Michel Barnier, qui attend «un signal» des Britanniques cette semaine, a promis d'être «constructif» et même de «faire preuve de créativité pour trouver un terrain d'entente». «Nous nous rendrons à Bruxelles en toute bonne foi afin de prendre en compte les préoccupations de l'UE», lui a répondu sur Twitter son homologue britannique, David Frost.

La Cour de justice de l'UE au cœur des discussions  

«Il doit s'agir d'une véritable négociation et certaines des positions irréalistes de l'UE devront changer», a ajouté M. Frost, promu dimanche conseiller à la sécurité nationale de Boris Johnson, mais qui gardera son rôle de négociateur sur le Brexit.

Les discussions, qui débutent ce lundi, se poursuivront toute la semaine par de courtes séances, en comité restreint, sur les sujets les plus problématiques. «Elles concerneront quelques dizaines de personnes, à un niveau plus politique que précédemment, pour rendre des arbitrages et définir ainsi des zones d'atterrissage», souligne une source proche des discussions.

Parmi les points de désaccord majeurs figure la question des garanties de concurrence équitable exigées par l'UE en matière fiscale, sociale ou environnementale, pour éviter de voir surgir une économie dérégulée à sa porte.


WO fr , Europäischer Gerichtshof Kirchberg , Eugh , Cour de Justice Europeenne , Neuer Dritter Turm , Tour 3 , Inauguration , Visite avec Francois Biltgen , Foto:Guy Jallay/Luxemburger Wort
L'Europe de moins en moins «luxembourgophile»
Luxembourg, capitale de l'Europe, au même titre que Bruxelles et Strasbourg. Voilà une vérité qui pourrait changer à l'avenir.

De même, les négociateurs discuteront cette semaine de la place de la Cour de justice de l'UE dans le futur texte, de l'accès aux eaux britanniques pour les pêcheurs européens, ainsi que de la forme de l'accord: soit d'une très large ampleur, couvrant tous les domaines de la relation, comme le souhaitent les Européens, soit un simple accord commercial assorti de petits accords sectoriels comme le réclament les Britanniques.    

Pour rappel, le Royaume-Uni, qui a quitté l'UE le 31 janvier, continue d'appliquer les règles européennes jusqu'au 31 décembre. Si aucun accord n'est négocié d'ici là, les seules règles de l'Organisation mondiale du commerce (OMC), avec leurs droits de douane élevés et leurs contrôles douaniers poussés, s'appliqueraient aux relations commerciales entre ces partenaires. De quoi affaiblir des économies déjà frappées de plein fouet par la pandémie de coronavirus.  

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

«Un nouvel élan» aux négociations post-Brexit
Alors que le fossé est béant entre leurs positions, les dirigeants de l'UE et le Britannique Boris Johnson appellent à trouver «rapidement un terrain d'entente sur les principes qui sous-tendent tout accord». Car pour le moment, «on n'est nulle part», résume un haut responsable européen.
European Council President Charles Michel (R) and European Commission President Ursula von der Leyen are sen on screen as they hold a videoconference  prior to EU-UK talks via videoconference, at the European Council building in Brussels on June 15, 2020. - EU chiefs held a videoconference with the British prime minister on June 15 to breathe new life into stalled post-Brexit trade talks, with both sides entrenched in long-held positions. Expectations are low for the long-planned meeting, with all sides agreeing last week that trade negotiations would be intensified over the coming months. (Photo by Francisco Seco / POOL / AFP)
Londres imposera des contrôles moins rigoureux
Avant une rencontre virtuelle le 15 juin, l'UE et Londres vont intensifier leurs négociations pour tenter de trouver un accord sur leur relation post-Brexit. En attendant, le gouvernement britannique a décidé d'assouplir sa politique de contrôle aux frontières sur les biens.
Londres et l'UE loin d'un compromis autour du Brexit
Entravées par la pandémie, les négociations entre les représentants britanniques et européens Londres et Bruxelles reprennent mardi sans grand espoir de sortir de l'impasse, malgré la pression du calendrier et le risque d'un «no deal».
(FILES) In this file photo taken on March 2, 2020 European Union chief Brexit negotiator Michel Barnier (R) and the British Prime Minister's Europe adviser David Frost pose for a photograph at start of the first round of post-Brexit trade deal talks between the EU and the United Kingdom, in Brussels. - Incapable of the slightest advance for three past months, British and Europeans seem to be embarking on a dead end when approaching, with a certain tension, the fourth round of negotiations, yet crucial on their post-Brexit relationship, that will take place on June 2, 2020. (Photo by Olivier HOSLET / POOL / AFP)
Un projet d'accord post-Brexit «ambitieux»
Le négociateur en chef de l'UE a envoyé ce vendredi aux Etats membres son rapport sur les discussions sur le Brexit. Michel Barnier se montre même optimiste et espère que sa note pourra servir de nouveau contrat commercial entre les Européens et le Royaume-Uni.
European Commission's Head of Task Force for Relations with Britain Michel Barnier gives a press conference as he reports on the first round of EU-Britain negociations at the EU headquarters in Brussels on March 5, 2020. (Photo by Fran�ois WALSCHAERTS / AFP)
Les divergences entre l'UE et Londres restent profondes
Des discussions sur le futur accord post-Brexit entre Londres et l'UE s'ouvrent ce lundi à Bruxelles dans un climat tendu et sous la pression du calendrier. D'autant que plusieurs points de friction sont susceptibles de bloquer les négociations.
ARCHIV - 29.01.2016, Belgien, Brüssel: Eine Flagge Großbritanniens weht vor dem Gebäuder der Europäischen Kommission. (zu dpa: «Politik und Wirtschaft wollen Klarheit für Zeit nach Brexit») Foto: Laurent Dubrule/EPA/dpa +++ dpa-Bildfunk +++
A la recherche de l'impossible accord commercial
L'Union européenne entrera samedi dans la seconde phase des négociations avec Londres, celle portant sur la relation future, en particulier au niveau économique. Etat des lieux avant ces discussions qui s'annoncent intenses.
ARCHIV - 10.04.2019, Großbritannien, London: Die Sterne einer EU-Fahne scheinen durch eine britische Fahne hindurch. Am 31.01.2020 soll Großbritannien die EU verlassen.  (zu dpa «"We will miss them"») Foto: Yui Mok/PA Wire/dpa +++ dpa-Bildfunk +++