Changer d'édition

Londres et Bruxelles s'opposent sur l'après-Brexit
International 4 min. 03.02.2020 Cet article est archivé

Londres et Bruxelles s'opposent sur l'après-Brexit

Le Premier ministre britannique Boris Johnson affirme que le Royaume-Uni ne compte pas faire de «concurrence déloyale» à l'UE ou s'engager dans «une course vers le bas» sur les normes.

Londres et Bruxelles s'opposent sur l'après-Brexit

Le Premier ministre britannique Boris Johnson affirme que le Royaume-Uni ne compte pas faire de «concurrence déloyale» à l'UE ou s'engager dans «une course vers le bas» sur les normes.
Photo: AFP
International 4 min. 03.02.2020 Cet article est archivé

Londres et Bruxelles s'opposent sur l'après-Brexit

Trois jours ont passé depuis la sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne, et la bataille de l'après a commencé ce lundi. Boris Johnson rejette l'alignement réclamé par Bruxelles sur les règles de l'UE comme «prix» à payer pour un accord de libre-échange.

(AFP) -  A distance, le ton s'est durci entre le Premier ministre britannique et le négociateur européen Michel Barnier. Ils ont chacun présenté leurs objectifs pour la nouvelle ère qui s'est ouverte vendredi avec la sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne. Les deux parties disposent d'une période de transition de 11 mois pour négocier un accord. Sinon, leurs échanges pourraient se retrouver très perturbés. Cela inquiète déjà les marchés financiers où le bras de fer engagé a fait chuter la livre lundi. «Nous sommes prêts à proposer un accord commercial très ambitieux comme pilier central du partenariat», a déclaré Michel Barnier.

Cet accord visera notamment à éliminer tous les droits de douanes et tous les quotas sur les biens échangés avec le continent, a-t-il précisé. Mais le Français a également prévenu que l'UE n'accepterait pas de voir émerger une économie dérégulée à sa porte, qui profiterait «d'avantages concurrentiels déloyaux». «Nous ne serons pas naïfs», a-t-il averti. «Plus le Royaume-Uni veut être proche (des règles, ndlr), plus l'accès au marché unique sera facile (...) c'est une question d'équité», a renchéri la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen.

«Un papillon qui  quitte sa chrysalide»

Le Premier ministre britannique a aussitôt répliqué que le Royaume-Uni ne comptait pas faire de «concurrence déloyale» à l'UE ou s'engager dans «une course vers le bas» sur les normes. Vindicatif, il a toutefois martelé que le Royaume-Uni ne serait pas forcé de s'aligner sur les règles de l'UE pour espérer un accord de libre-échange avec Bruxelles. «Allons-nous empêcher les voitures italiennes ou du vin allemand d'entrer dans ce pays sans droits de douane faute d'alignement de l'UE sur nos règles britanniques sur les touillettes à café en plastique ou sur les congés maternité? (...) Bien sûr que non», a-t-il lancé. «Alors j'espère que nos amis (européens) comprendrons qu'il est (...) inutile qu'un accord de libre-échange implique d'accepter toutes les règles de l'UE sur la concurrence, les subventions, la protection sociale, l'environnement ou autre», a-t-il ajouté.

Comparant son pays à un papillon qui «quitte sa chrysalide», l'artisan du Brexit a de nouveau exprimé les ambitions commerciales mondiales de son gouvernement en rappelant qu'il comptait négocier simultanément avec plusieurs pays hors de l'UE, des Etats-Unis à la Nouvelle-Zélande. «Nous sommes prêts pour ce jeu d'échecs multi-dimensionnel», «nous allons restaurer notre pleine souveraineté sur nos frontières, l'immigration, la concurrence, les règles», a-t-il insisté.


(FILES) In this file photo taken on January 05, 2020, the flags of the United Kingdom and the European Union are pictured. - Britain is set to leave the European Union at 2300 GMT on January 31, 2020, 43 months after Britons voted in the June 2016 referendum to leave the EU, ending more than four decades of economic, political and legal integration with its closest neighbours. (Photo by Kenzo TRIBOUILLARD / AFP)
Le Brexit, un trou béant dans les finances de l'UE
Douze milliards d'euros par an à partir de 2021, c'est le manque financier que laissera le départ du Royaume-Uni au budget européen. Ce qui complique encore les négociations entre les 27 sur le prochain budget à long terme de l'Union européenne.

Les négociations entre Londres et Bruxelles ne s'ouvriront que début mars et devront être menées tambour battant, puisque Boris Johnson refuse de prolonger au-delà du 31 décembre la période de transition pendant laquelle les Britanniques continueront d'appliquer les règles européennes. L'accès au marché unique du continent, fort de ses quelque 440 millions de consommateurs, est crucial pour Londres puisque l'UE reste son premier partenaire commercial. Sans accord, il faudra en revenir au cadre de l'Organisation mondiale du commerce, ce qui serait bien plus pénalisant.

La pêche, vitale pour plusieurs États

La pêche, sur laquelle les deux parties ont promis de s'entendre avant le 1er juillet, sera l'un des sujets sur lesquels «existe le risque de rupture le plus grave», a rappelé Michel Barnier, pour qui le futur accord devra garantir «un accès réciproque continu aux marchés et aux eaux avec des quotas stables». Les pêcheurs de plusieurs États membres, comme la France et le Danemark, sont dépendants des eaux britanniques. Ces dernières représentent 30% du chiffre d'affaires des pêcheurs français. De son côté, Boris Johnson a souligné que «reprendre le contrôle» de ces eaux poissonneuses était de première importance et qu'elles devraient être accessibles d'abord aux «bateaux britanniques».

La pêche pourrait constituer une monnaie d'échange dans ces discussions, par exemple pour l'accès au continent des services financiers britanniques, cruciaux pour la City de Londres. Un premier bilan sera dressé fin juin, ce qui devrait permettre d'évaluer le risque d'un «no deal» aux conséquences désastreuses qui va continuer à planer sur les discussions.

Pour rappel, le Royaume-Uni représentait en 2018 le cinquième partenaire commercial du Luxembourg avec un volume d'échanges s'élevant à 546,5 millions d'euros. Selon les données du Statec, il se place derrière l'Allemagne, la France, la Belgique et les Pays-Bas, et juste devant l'Italie.

Dans l'ensemble, le Luxembourg affichait en 2018 un volume d'échanges global de 10.831,7 millions d'euros avec l'Union européenne - Royaume-Uni compris.


Sur le même sujet

Voilà le D-Day pour le Brexit
Les Brexiters sont à la fête, les europhiles ont le cœur gros. Après plus de trois ans de déchirements, le Royaume-Uni devient vendredi le premier pays à quitter l'Union européenne.
A picture taken on January 30, 2020 shows the reflection of a Union Jack flag on the ground during an event to celebrate the friendship between Belgium and Britain, at the Grand-Place, in Brussels, on January 30, 2020. - Britain's departure from the European Union was set in law on January 29, amid emotional scenes, as the bloc's parliament voted to ratify the divorce papers. After half a century of sometimes awkward membership and three years of tense withdrawal talks, the UK will leave the EU at midnight Brussels time (2300 GMT) on January 31, 2020. (Photo by Kenzo TRIBOUILLARD / AFP)
Le Brexit, un trou béant dans les finances de l'UE
Douze milliards d'euros par an à partir de 2021, c'est le manque financier que laissera le départ du Royaume-Uni au budget européen. Ce qui complique encore les négociations entre les 27 sur le prochain budget à long terme de l'Union européenne.
(FILES) In this file photo taken on January 05, 2020, the flags of the United Kingdom and the European Union are pictured. - Britain is set to leave the European Union at 2300 GMT on January 31, 2020, 43 months after Britons voted in the June 2016 referendum to leave the EU, ending more than four decades of economic, political and legal integration with its closest neighbours. (Photo by Kenzo TRIBOUILLARD / AFP)
Le Brexit approuvé après trois ans de crise
Cette fois, «it's done»: les députés britanniques ont donné leur feu vert au grand saut. Londres va enfin pouvoir quitter l'Union européenne, même si les négociations à venir s'annoncent délicates à mener même pour un Boris Johnson conforté par ce vote.
A video grab from footage broadcast by the UK Parliament's Parliamentary Recording Unit (PRU) shows tellers announcing the result of a vote on the third reading of the European Union (Withdrawal Agreement) Bill, in the House of Commons in London on January 9, 2020. - The European Union (Withdrawal Agreement) Bill has cleared the House of Commons after getting its third reading by 330 votes to 231. (Photo by HO / PRU / AFP) / RESTRICTED TO EDITORIAL USE - NO USE FOR ENTERTAINMENT, SATIRICAL, ADVERTISING PURPOSES - MANDATORY CREDIT " AFP PHOTO / PRU "
Von der Leyen prédit un dialogue «dur» avec Londres
La présidente de la Commission européenne a déclaré ce mercredi s'attendre à des discussions «longues et difficiles» avec le Royaume-Uni sur la relation post-Brexit. Selon elle, il serait impossible de s'accorder sur «tous les aspects» d'ici à fin 2020, le délai actuellement imparti.
European Commission President Ursula von der Leyen delivers a keynote speech at the London School of Economics in London on January 8, 2020. - The EU's top official on Wednesday predicted "tough talks" with Britain on the sides' future relations after Brexit enters force after years of delays at the end of the month. "There will be tough talks ahead and each side will do what is best for them," European Council president Ursula von der Leyen said ahead of her first official meeting with Prime Minister Boris Johnson. (Photo by Adrian DENNIS / AFP)
Johnson dévoile sa vision pour le Royaume-Uni
Réaliser le Brexit et augmenter les moyens du système de santé: le Premier ministre britannique donne corps à ses promesses de campagne. Son programme de politique nationale est présenté ce jeudi aux députés lors du traditionnel discours du trône de la reine Elizabeth II.
Britain's Houses of Parliament, incorporating the House of Lords and the House of Commons, is pictured in central London on December 16, 2019. - Prime Minister Boris Johnson vowed Saturday to repay the trust of former opposition voters who gave his Conservatives a mandate to take Britain out of the European Union next month. Johnson toured a leftist bastion once represented by former Labour leader Tony Blair in a bid to show his intent to unite the country after years of divisions over Brexit. (Photo by Tolga Akmen / AFP)