Changer d'édition

La moitié des pays de l'UE vent debout contre Orbán
International 2 min. 24.06.2021
Loi anti-LGBTI

La moitié des pays de l'UE vent debout contre Orbán

Le gouvernement hongrois essuie les critiques suite au vote d'une loi interdisant «la promotion» de l'homosexualité auprès des mineurs adolescents.
Loi anti-LGBTI

La moitié des pays de l'UE vent debout contre Orbán

Le gouvernement hongrois essuie les critiques suite au vote d'une loi interdisant «la promotion» de l'homosexualité auprès des mineurs adolescents.
Photo:AFP
International 2 min. 24.06.2021
Loi anti-LGBTI

La moitié des pays de l'UE vent debout contre Orbán

Marie DEDEBAN
Marie DEDEBAN
Suite au vote d'une loi homophobe en Hongrie, 16 chefs d'Etat européens et la présidente de la Commission ont renouvelé ce jeudi leur attachement à la défense des droits de la communauté LGBTIQ+.

Il pourrait s'agir d'un simple discours politique, en marge de l'ouverture du Conseil européen. Mais en signant ce mercredi une lettre défendant les droits des personnes LGBTIQ+, 16 chefs d'Etat de l'UE s'opposent en réalité au Premier ministre hongrois Viktor Orbán et aux discriminations envers la communauté LGBTIQ+ en Hongrie.

Adressée à Charles Michel, président du Conseil européen, Ursula von der Leyen, présidente de la Commission européenne, et António Guterres, secrétaire général des Nations Unies, la missive évoque «des menaces contre les droits fondamentaux» des personnes gays, lesbiennes, bisexuelles ou encore transgenres. Référence directe au vote d'une loi interdisant «la promotion» de l'homosexualité auprès des mineurs adolescents, contre laquelle les pays du Benelux s'étaient insurgés deux jours plus tôt

«La haine, l'intolérance et la discrimination n'ont pas leur place dans notre Union», tweete le Premier ministre luxembourgeois Xavier Bettel en diffusant ladite lettre, cosignée par les chefs d'Etat du Benelux, mais également ceux de l'Allemagne, du Danemark, de l'Estonie, de l'Irlande, de la Grèce, de l'Espagne, de la France, de l'Italie, de Chypre, de Malte, de Finlande et de Suède.


Le Benelux s'oppose frontalement à Viktor Orbán
Pour la première fois depuis l'arrivée du Premier ministre hongrois au pouvoir, plusieurs Etats membres de l'UE affichent officiellement leur opposition. En cause, le vote d'une loi opposée aux droits de la communauté LGBTI.

Votée le 15 juin dernier à Budapest, cette loi doit entrer en vigueur en juillet, soit quelques jours après le 28 juin, Journée internationale de la fierté pour la communauté LGBTIQ+. Laquelle devrait être pour les signataires de la lettre l'occasion de rappeler que les 27 Etats membres sont «des sociétés diverses et tolérantes, attachées au libre développement de la personnalité de chacun». «Nous devons continuer à lutter contre les discriminations envers la communauté LGBTI, en réaffirmant notre défense de leurs droits fondamentaux», intiment les 16 aux représentants de l'UE. 

La présidente de la Commission a d'ores et déjà annoncé qu'elle utiliserait «tous les pouvoirs juridiques» de l'organe exécutif de l'UE, contre ce texte qui «s'oppose aux valeurs fondamentales de l'Union». «Il n'y aura pas de compromis», a fermement affirmé Ursula von der Leyen mercredi soir.

Ces condamnations sans détour pourraient continuer de fragiliser le Premier ministre hongrois sur la scène politique européenne, qui malgré ses critiques ouvertes de la Commission ou du Parlement, se retrouve à ce jour seul contre plus de la moitié des Etats membres.

 

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Pour la première fois depuis l'arrivée du Premier ministre hongrois au pouvoir, plusieurs Etats membres de l'UE affichent officiellement leur opposition. En cause, le vote d'une loi opposée aux droits de la communauté LGBTI.
Si la plupart des Etats membres protègent efficacement l'indépendance de leurs systèmes institutionnels, des défis restent néanmoins à relever, souligne la Commission européenne dans son premier rapport sur le sujet, publié mercredi.
05.12.08 cour de justice europeenne, europaeischer gerichtshof luxembourg,  nouveaux batiments ,photo: Marc Wilwert
La Semaine des fiertés s'est achevée pour la communauté LGBT. Mais restent encore bien des batailles à mener pour les droits des personnes lesbiennes, gay, trans ou bisexuelles. À commencer par le droit pour les gays de donner leur sang.
Le Gaymat luxembourgeois a fêté son 20ème anniversaire ce week-end.