Liaison Metz - Luxembourg

Le cadencement, pas au point avant 2020?

Cela fait un peu plus d'une semaine que les nerfs des frontaliers sont mis à rude épreuve.
Cela fait un peu plus d'une semaine que les nerfs des frontaliers sont mis à rude épreuve.
Photo: Anouk Antony

Par Sophie Wiessler

Depuis plusieurs jours, de nombreux frontaliers se plaignent du nouveau cadencement des trains mis en place par la SNCF. Des retards constants, des changements d'horaires qui n'arrangent personne, des ralentissements inexpliqués... La liste est longue et le Luxembourg est pointé du doigt par la SNCF et les usagers des trains.

Depuis plus d'une semaine, le nouveau cadencement mis en place entre Metz et Luxembourg ne fait pas que des heureux. Nombreux retards, trains toujours bondés, la fluidité du trafic prévue n'est pas encore au programme. 

Et sur les réseaux sociaux, ce sont les CFL et François Bausch, ministre des Infrastructures, qui sont rendus responsables de ces problèmes.



Contacté par nos soins, le ministère des Infrastructures a indiqué que toutes ces remarques «vont être prises en considération». 

«Ça va bouger», insiste ainsi Danielle Frank, en charge de la communication du ministère. Mais aucun autre commentaire ne sera donné.

«Un temps d'adaptation» est nécessaire

Au niveau des CFL, le discours reste toujours le même. «L’introduction du cadencement le 3 avril est intervenue alors que les CFL profitaient de la période des vacances pour effectuer des travaux nécessaires sur les voies 1 à 5 en gare de Luxembourg. 

Ce n’est qu’à partir de cette semaine que les effets du cadencement peuvent être observés en situation normale», explique ainsi Mike Van Kauvenbergh, en charge de la communication des CFL.

Des travaux de grande envergure sur plusieurs voies en gare de Luxembourg expliqueraient donc les différents problèmes survenus durant cette semaine d'introduction du cadencement. 

Mais la gare est-elle tout de même prête à accueillir 6 trains par heure? Selon les CFL, oui, sans problème. «Avec le cadencement, c’est exactement 1 train par heure supplémentaire en heure de pointe, ce qui est tout à fait faisable selon nos simulations».

Un «goulot d'étranglement» en gare de Luxembourg

Les retards et complications survenus tout au long de la semaine passée seraient donc dus à des travaux en gare de Luxembourg, mais... pas que. En effet, lorsque l'on demande plus précisément aux CFL pourquoi des ralentissements ont lieu chaque jour à l'entrée de Luxembourg, une autre explication se dessine.

«Ceci n’est pas une problématique reliée au cadencement mais aux goulots d’étranglements de la gare de Luxembourg aux heures de pointe. C’est pourquoi le projet de construction d’un 5ième et 6ième quai est en élaboration pour obtenir cette augmentation de capacité nécessaire», explique Mike Van Kauvenbergh.

Il semblerait donc que la gare de Luxembourg ait besoin de construire de nouveaux quais afin de pouvoir recevoir convenablement les trains supplémentaires. «Avec le nombre de voies actuelles, c'est très complexe de gérer un tel cadencement. Ici, nous avons atteint nos extrêmes, et même si en principe, un cadencement sert à rendre le trafic plus fluide, pour l'instant, nous pouvons avoir quelques difficultés qui entraînent forcément des retards», explique Mike Van Kauvenbergh.

Les ralentissements et arrêts le long de la ligne - que connaissent bien les frontaliers - sont donc nécessaires pour permettre aux CFL de libérer des voies pour faire entrer les trains sur les quais.

Pas de changement avant 2020 ?

Deux nouveaux quais pourraient donc arranger le trafic. Mais c'est là que le bât blesse. En effet, la construction de ces 5ième et 6ième quais n'est pas prévue avant minimum 2020... «C'est un projet en cours d'élaboration. Un tel travail demande plusieurs années de mise en route», souligne ainsi les CFL.

Actuellement, les trains ont une capacité de 600 à 800 places maximum. Mais des trains avec des capacités de 1.000 places assises sont à l'ordre du jour au niveau des CFL, en plus d'une augmentation des voies à quai au Luxembourg. «Nos amis luxembourgeois prennent leurs responsabilités et investissent afin d'offrir de meilleurs services aux voyageurs frontaliers», souligne Jacques Weil, directeur régional SNCF mobilité Lorraine.

En 2022, le Luxembourg souhaite également mettre en place deux fois deux voies entre Bettembourg et Luxembourg afin de déboucher le trafic.

«Le cadencement est un changement profond, il faut lui laisser le temps de se mettre en place. Nous verrons au cours des semaines comment cela évolue avant de faire le point et de permettre des améliorations», conclut Mike Van Hauvenbergh. Autrement dit, les frontaliers vont devoir se montrer encore un peu patients.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.