Changer d'édition

Les vaccins efficaces contre les variants selon l'OMS
International 2 min. 20.05.2021

Les vaccins efficaces contre les variants selon l'OMS

Selon l'OMS, le nombre de nouvelles infections aurait diminué de 60% en un mois en Europe.

Les vaccins efficaces contre les variants selon l'OMS

Selon l'OMS, le nombre de nouvelles infections aurait diminué de 60% en un mois en Europe.
Photo:AFP
International 2 min. 20.05.2021

Les vaccins efficaces contre les variants selon l'OMS

L'Organisation mondiale de la santé a indiqué ce jeudi que les sérums homologués sont fiables malgré le fort taux de contagion de certaines souches. Mais elle appelle toutefois à la prudence.

(AFP) - L'Organisation mondiale de la santé (OMS) a confiance dans les dix vaccins qu'elle a homologués. Ce mercredi, l'instance internationale a en effet déclaré que «tous les vaccins» étaient efficaces contre «tous les variants du virus», confirmant ainsi les suppositions de scientifiques américains.


Pfizer et Moderna à l'essai contre le variant indien
Des scientifiques américains étudient l'efficacité des sérums américains et britannique contre la souche indienne du covid. Si les premiers résultats sont encourageants, leur essai n'a pas encore été validé par d'autres scientifiques.

Deux jours plus tôt, des chercheurs de la NYU Grossman School of Medicine et du NYU Langone Center ont indiqué que les vaccins de Pfizer et Moderna présentaient assez d'anticorps pour empêcher le variant indien de se développer. Il semblerait donc que les autres sérums présents sur le marché soient tout aussi efficaces.

Cependant, si l'OMS voit dans cette résistance «une lumière au bout du tunnel», elle appelle néanmoins «à la plus grande prudence», indiquant que la pandémie n'est pas terminée. La situation s'améliore sur le continent européen, qui enregistre une chute de 60% des nouveaux cas en un mois. Mais l'assouplissement progressif des mesures sociales en Espagne, en Italie ou au Luxembourg pourrait avoir l'effet inverse. 

Pour Hans Kluge, le directeur de l'OMS Europe, ce retour à une vie «normale» doit «aller de pair avec la hausse des efforts en matière de dépistage, traçage, séquençage et de vaccination». Il recommande également d'éviter les voyages internationaux «face à une menace persistante et à de nouvelles incertitudes»

A noter qu'au Luxembourg, le gouvernement concentre sa lutte contre le covid sur le dépistage massif, et la vaccination. Un tiers des résidents du Grand-Duché ont d'ores et déjà été vaccinés, et 70% d'entre eux devraient l'être d'ici début juillet, selon les dernières estimations du ministère de la Santé.


Sur le même sujet

La ministre de la Santé s'est félicitée mercredi de l'amélioration de la situation sanitaire, due selon elle à la vaccination. Mais les retards de livraison d'AstraZeneca et Johnson & Johnson pourraient freiner ce progrès.
Politik, Covid-Situation, Paulette Lenert und Dr. Jean-Claude Schmit Foto: Luxemburger Wort/Anouk Antony
La souche tant redoutée n'a pas trouvé un terrain favorable pour se déployer au Luxembourg. A peine quatre nouveaux cas signalés en une semaine. Le variant britannique restant le plus à craindre à l'heure où les infections covid baissent significativement.
Im Labor müssen die Proben zunächst mehreren Verfahren unterzogen werden. Dabei kommen erprobte Labortechniken zum Einsatz.
Avec 204.869 personnes ayant reçu leur première dose sur les 291.503 utilisées depuis le début de la campagne de vaccination, c'est 32,7% de la population du Luxembourg qui est passée par l'un des centres de vaccination. Un chiffre dévoilé mardi soir, alors que la pandémie semble marquer le pas.
ARCHIV - 26.04.2021, Brandenburg, Potsdam: In einem Impfausweis ist der Eintrag einer Erstimpfung gegen das Coronavirus zu lesen (zu dpa: «Impfdrängler und gefälschte Impfausweise werden zunehmend zum Problem »). Foto: Patrick Pleul/dpa-Zentralbild/ZB +++ dpa-Bildfunk +++
Des scientifiques américains étudient l'efficacité des sérums américains et britannique contre la souche indienne du covid. Si les premiers résultats sont encourageants, leur essai n'a pas encore été validé par d'autres scientifiques.
Surveillées comme le lait sur le feu de crainte qu'elles ne débordent, les nouvelles souches du coronavirus ne semblent pas connaître de changement dans leur répartition au Luxembourg.
PRODUKTION - 22.04.2021, Nordrhein-Westfalen, Münster: Prof. Alexander Mellmann, EHEC-Experte, Facharzt für Mikrobiologe und Hygiene am Universitätsklinikum Münster untersucht Proben verschiedener Keime, die auf Petrischalen kultiviert werden. Mellmann leitet das Nationale Konsiliarlabor für das HUS-Syndrom, der schwersten Erkrankungsform des Darmskeims, und pflegt eine der weltweit größten Sammlungen an EHEC-Erregerstämmen. Am 1. Mai 2011 war der erste Patient an blutigem Durchfall erkrankt. Die Suche nach der Herkunft des Keims dauerte Monate. Am Ende galten Bockshornkleesamen aus Ägypten für die Anzucht von Sprossen als Auslöser. Forscher aus Münster entschlüsselten das Erbgut des Erregers. Welche Schlüsse haben die Behörden seitdem gezogen? Gibt es Langzeitfolgen für die Betroffenen? (zu dpa «Schlimmster Ehec-Ausbruch: Was den Darmkeim 2011 so tückisch machte») Foto: Guido Kirchner/dpa +++ dpa-Bildfunk +++