Changer d'édition

Les vacances des Belges désormais balisées
International 3 min. 10.07.2020

Les vacances des Belges désormais balisées

La Belgique a élargi jeudi l'obligation du port du masque. La Première ministre, Sophie Wilmes donne l'exemple...

Les vacances des Belges désormais balisées

La Belgique a élargi jeudi l'obligation du port du masque. La Première ministre, Sophie Wilmes donne l'exemple...
Photo: AFP
International 3 min. 10.07.2020

Les vacances des Belges désormais balisées

Max HELLEFF
Max HELLEFF
Critères sanitaires et état des frontières ont inspiré aux autorités une classification de l'Europe du tourisme. La Belgique élargit par ailleurs l'obligation du port du masque.

De notre correspondant, Max Hellef (Bruxelles) - Un brin paumés, les touristes belges. C'est qu’il a fallu plus de 24 heures aux Affaires étrangères pour mettre à jour les informations relatives aux zones où ils pourront voyager cet été.  Destinations autorisées ou fermées, quarantaine et dépistage obligatoires ou non lors du retour au pays…: désormais, chacun sait à quoi s'en tenir.

Mais on a frôlé la cacophonie. Jusqu'à jeudi après-midi en effet, la Grèce était encore classée en «zone orange» par la Belgique. Il était déconseillé de s'y rendre. Un comble lorsque l'on sait qu'Athènes s'enorgueillit d'avoir limité au maximum la crise sanitaire avec 192 morts, alors que la Belgique affiche aujourd'hui un bilan approchant les 9.800 décès.

Zones vertes, oranges, rouges

Autre écueil: la Flandre, la Wallonie et Bruxelles qui ont opté mercredi pour ce système de zones (verte, orange et rouge) n'ont pu s'appuyer sur une base juridique existante pour prendre leur décision. Celle-ci reste à confectionner, preuve selon les médias que les autorités ont trop longtemps négligé le risque d'un rebond de l'épidémie.

Quoi qu'il en soit, la Belgique émet dès à présent une interdiction formelle de voyage vers les villes, communes, arrondissements, régions, voire pays reconfinés:  Lleida (en Catalogne), A Marina (en Galice) et Lisbonne au Portugal. Cette liste fera l'objet d’une évaluation constante. S'ajoutent la Finlande, l'Irlande, Malte et la Norvège – des pays qui ne veulent pas en fait des Belges.

L'Espagne reste pour l'essentiel accessible aux touristes belges, comme ici les plages de l'île de Majorque
L'Espagne reste pour l'essentiel accessible aux touristes belges, comme ici les plages de l'île de Majorque
Photo: AFP

La zone orange (quarantaine et dépistage fortement recommandés au retour) est constituée par les régions espagnoles et portugaises non classées «rouge», mais aussi par Chypre, le Danemark, le Royaume-Uni et l'Islande. Ce classement «orange» n'est toutefois pas justifié par des critères sanitaires mais en raison des conditions imposées par le pays hôte (quarantaine, test, formulaire). Les autres Etats européens sont classés «vert», dont la Grèce qui a subitement «verdi», bien que le voyageur doive se soumettre à un dépistage aléatoire à son arrivée à Athènes.

Les Belges se consoleront en pensant que l'Espagne et le Portugal dont ils sont friands restent pour l'essentiel accessibles, même si leur retour au pays passera éventuellement par un test et une quarantaine.

Au bout du compte, il reste le sentiment d'une valse-hésitation, une de plus dans la gestion gouvernementale des phases successives de confinement/déconfinement. Le Soir se plaît à comparer ce nouveau couac à «La septième compagnie», la saga comique de Robert Lamoureux. Il écrit que la Belgique «court surtout comme une poule sans tête entre, un jour le renvoi au sens des responsabilités des citoyens et, un autre jour, la prise de mesures obligatoires assorties de sanctions.»  


Les Belges vivront désormais masqués
Alors que la Belgique dénombre plus de 6.000 morts dues au coronavirus, le masque de protection est au cœur des étapes successives du déconfinement qui commencera le 4 mai. Il se portera dès l'âge de 12 ans.

Cette classification par zones s'ajoute aux différentes mesures d'hygiène et de distanciation sociale auxquelles doit s'astreindre la population. Le port du masque dans les commerces sera par ailleurs obligatoire dès ce samedi 11 juillet. Le Conseil supérieur de la Santé l'a recommandé chaudement jeudi, alors qu'épidémiologistes et virologues restent partagés sur la question.

Jusqu'ici, cette protection était obligatoire pour les métiers de contact (coiffeurs...),  dans les maisons de repos et les transports en commun pour tous les voyageurs, âgés de 12 ans ou plus. Le masque devient maintenant obligatoire dans les magasins et les centres commerciaux, mais aussi les bibliothèques, les salles de spectacle, les lieux de culte, les cinémas, les musées.

Sophie Wilmès a été malmenée par l'opposition à la Chambre jeudi
Sophie Wilmès a été malmenée par l'opposition à la Chambre jeudi
Photo: AFP

Jeudi, Sophie Wilmès a été malmenée par l'opposition à la Chambre. La députée humaniste Catherine Fonck a qualifié de «boxon» sa gestion de la crise sanitaire. La Première ministre a rétorqué vouloir «faire la part des choses». «J'en entends certains qui plaident pour faire attention à une deuxième vague et qui, en même temps, veulent retrouver toutes nos libertés», a-t-elle lancé. Les Belges n'en ont donc pas fini avec le covid-19.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Les Belges vivront désormais masqués
Alors que la Belgique dénombre plus de 6.000 morts dues au coronavirus, le masque de protection est au cœur des étapes successives du déconfinement qui commencera le 4 mai. Il se portera dès l'âge de 12 ans.