Changer d'édition

Les «TGV du futur» d'Alstom sur rails en 2023
International 1 2 min. 19.02.2019 Cet article est archivé

Les «TGV du futur» d'Alstom sur rails en 2023

Alstom a baptisé son TGV du futur, «Avelia Horizon».

Les «TGV du futur» d'Alstom sur rails en 2023

Alstom a baptisé son TGV du futur, «Avelia Horizon».
Photo: Alstom
International 1 2 min. 19.02.2019 Cet article est archivé

Les «TGV du futur» d'Alstom sur rails en 2023

Fournisseur historique de la SNCF depuis le début du TGV en 1981, Alstom planche désormais sur la prochaine génération de trains à grande vitesse. Il doit livrer la première rame en 2023, sur une première commande de 100 unités.

(AFP) – Le nom donné à ce «TGV du futur» par la SNCF, «TGV 2020» (prononcer vingt-vingt), résumait certains points clefs du cahier des charges: il devait être 20% moins cher à l'achat et à exploiter, et consommer 20% d'énergie en moins, et être livré à l'horizon 2020.

Le groupe, qui avait remporté un appel d'offres de la SNCF en 2016 sur la définition du train du futur, a encore dû négocier pendant deux ans avant de signer en juillet 2018 pour une commande ferme de 100 rames: un contrat de 2,7 milliards d'euros avec les options et les services.

La première rame doit être livrée en 2023 et la dernière en 2031, sachant que 100 options sont également prévues. S'il est aussi long qu'une rame actuelle, le «TGV du futur» aura des motrices plus courtes, permettant de caser neuf voitures au lieu de huit actuellement. Il transportera jusqu'à 740 passagers, contre 556 actuellement. On pourra au besoin enlever deux voitures pour faire rouler des trains moins longs, de sept voitures.

Alstom promet une grande modularité: on pourra selon le constructeur transformer assez facilement l'intérieur des trains -par exemple en faisant évoluer un wagon de 1ère en 2e classe- sans travaux lourds, aménager des espaces ludiques ou calmes... et le coût de maintenance doit baisser de 30%.

Alstom a baptisé son TGV du futur, «Avelia Horizon»:

Les vidéo 360 ne sont pas supportées. Voir la vidéo 360 dans l'app Youtube.

Le groupe annonce aussi de plus grandes baies vitrées, une meilleure climatisation, une meilleure accessibilité avec notamment des portes plus larges et même un «bar cathédrale» sur les deux niveaux. Sur un concept assez similaire, mais avec des rames à un seul niveau, Alstom a vendu des TGV aux Etats-Unis baptisés «Avelia Liberty».

Le groupe français estime qu'un quart des trains à grande vitesse en circulation dans le monde ont été construits par lui, ou en utilisant ses technologies. Il dit avoir vendu 1.096 trains à grande vitesse, dont 728 TGV à la SNCF et à ses affiliés.

Selon Laurent Jarsalé, responsable de la plateforme grande vitesse chez Alstom, le marché «accessible» des trains à grande vitesse -c'est-à-dire sans la Chine et le Japon, marchés fermés- pèse de 5 à 6 milliards d'euros. Ce segment, «plutôt en croissance», représente environ 18% du marché global du matériel roulant, dit-il.


Sur le même sujet

Au 14e jour de la grève illimitée contre la réforme des retraites, la SNCF a annoncé une «légère amélioration» des conditions de circulation. Ces mercredi 18 et jeudi 19 décembre, 75 trains sur 187 assureront la ligne Nancy-Metz-Luxembourg en journée.
TER Bahnhof, gare de Luxembourg, Train, Zug, SNCF, foto: Chris Karaba/Luxemburger Wort
Les passagers des TGV pourront enfin surfer sur internet pendant leur voyage, d'abord entre Paris et Lyon, où du wifi gratuit est disponible dès cette semaine, puis progressivement sur l'ensemble des lignes TGV d'ici fin 2017.
«Internet à bord, les clients l'attendaient, c'est devenu un besoin fondamental», a commenté mardi Rachel Picard, directrice générale de Voyages SNCF.
Le 7h57 à Thionville cumule les handicaps: plein et en retard sept fois sur dix en septembre. Mais bien d'autres questions se posent sur ce train qui transporte près de 10.000 frontaliers aux heures de pointe vers le Luxembourg.
Les frontaliers ne sont pas prêts de retrouver un rythme "normal" de circulation.
Un incendie volontaire, apparemment une tentative de suicide, a fait deux morts et plusieurs blessés à bord d'un train à grande vitesse ce mardi matin près de Tokyo, un incident sans précédent au Japon, pays fier de la sécurité hors pair de son réseau ferré.