Changer d'édition

Les tensions persistent autour du Brexit
International 2 min. 18.09.2020

Les tensions persistent autour du Brexit

Le Britannique David Frost a rencontré son homologue européen Michel Barnier mais aucune information n'a filtré de leur entretien.

Les tensions persistent autour du Brexit

Le Britannique David Frost a rencontré son homologue européen Michel Barnier mais aucune information n'a filtré de leur entretien.
Photo: AFP
International 2 min. 18.09.2020

Les tensions persistent autour du Brexit

Les négociateurs en chef de l'UE et du Royaume-Uni se sont rencontrés jeudi à Bruxelles pour tenter d'éviter une rupture dans les discussions sur la future relation commerciale, malgré la volonté britannique de revenir sur les conditions du divorce.

(AFP) - Le Britannique David Frost et le Français Michel Barnier se sont rencontrés jeudi à Bruxelles alors que la crainte d'un «no deal» sur la relation post-Brexit semble plus forte que jamais. «L'équipe de négociation britannique a eu des discussions informelles utiles avec l'UE cette semaine, alors que nous cherchons à trouver un accord d'ici la mi-octobre sur notre future relation», a indiqué un porte-parole du gouvernement britannique dans un communiqué.

«Quelques progrès limités ont été faits mais des divergences importantes subsistent sur des questions clés, notamment la pêche et les aides publiques», a-t-il poursuivi. «Nous continuerons à travailler dur pour surmonter ces divergences dans nos discussions la semaine prochaine, sans compromettre notre position fondamentale: être un pays indépendant».


Britain's Prime Minister Boris Johnson waves as he leaves 10 Downing Street in central London on September 9, 2020, to attend Prime Minister's Questions (PMQs) at the House of Commons. - Britain readied on Wednesday to intentionally breach its EU divorce treaty with new legislation that critics warned would undermine its global standing and any hopes for an orderly exit out of the world's biggest single market. (Photo by Ben STANSALL / AFP)
Les négociations post-Brexit au bord de la rupture
Le gouvernement Johnson confirme ouvrir une brèche «limitée» dans l'accord de retrait. Les Européens sont tentés de rompre les négociations en cours.

Peu avant cette rencontre, le porte-parole de l'exécutif européen, Eric Mamer, avait rejeté les accusations du Premier ministre britannique. Boris Johnson soutient que Bruxelles ne négocie pas de bonne foi et menace de «blocus» alimentaire les échanges entre l'Irlande du Nord et la Grande-Bretagne si aucun accord n'est conclu au terme de la période de transition, fin 2020.

«Michel Barnier a montré (...) que même sur des questions extrêmement complexes et politiquement sensibles, la Commission et l'UE négocient en toute bonne foi», a-t-il protesté. «L'UE ne menace pas l'approvisionnement alimentaire de l'Irlande du Nord», a ensuite martelé un autre porte-parole. «Nous nous sommes engagés à mettre en oeuvre fidèlement le protocole» destiné à éviter le retour d'une frontière entre l'Irlande et l'Irlande du Nord, mais que le Royaume-Uni menace de remettre en cause, a-t-il ajouté.

Rendez-vous à Bruxelles dans une dizaine de jours

M. Johnson refuse de revenir sur un projet de loi controversé qui, de l'aveu même du gouvernement britannique, enfreint le droit international. Le texte revient sur certains engagements pris dans l'accord de retrait scellant le départ britannique, signé en janvier, dont le protocole irlandais. Cette menace complique un peu plus les négociations menées en parallèle sur la future relation, déjà dans l'impasse.

Le prochain cycle officiel de négociations, qui implique des centaines d'experts discutant des sujets les plus épineux, doit avoir lieu à Bruxelles la semaine du 28 septembre. Pour rappel, le Royaume-Uni, qui a officiellement quitté l'UE le 31 janvier, continue d'appliquer les règles européennes jusqu'au 31 décembre, une période de transition pendant laquelle Londres et Bruxelles espèrent s'entendre sur un accord commercial régissant leur future relation.    

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Tout oppose Londres et Bruxelles sur l'après-Brexit
Le Premier ministre britannique Boris Johnson a conditionné ce vendredi la poursuite des négociations commerciales à «un changement fondamental d'approche» de la part des Européens, malgré la menace d'un «no deal» le 1er janvier. Le fossé se creuse plus que jamais.
European and British flags.
Le ton monte entre Londres et Bruxelles
Il règne une certaine tension entre le Royaume-Uni et l'Union européenne à la veille de la reprise de négociations sur leur relation post-Brexit. Boris Johnson menace de claquer la porte mi-octobre et il pourrait, selon le Financial Times, revenir sur certains engagements passés.
ARCHIV - 17.05.2014, Belgien, Brüssel: Menschen spiegeln sich in einem Fenster mit einer europäischen Flagge im Europäischen Parlament. (Illustration zu dpa "EU-Einreisebeschränkungen sollen für viele Länder bestehen bleiben") Foto: Olivier Hoslet/EPA/dpa +++ dpa-Bildfunk +++
La pêche s'invite au cœur des négociations post-Brexit
Michel Barnier a averti mercredi qu'un accord commercial avec le Royaume-Uni ne serait possible qu'à condition qu'un compromis sur la pêche soit trouvé. Il accuse Londres d'utiliser ce sujet comme «monnaie d'échange» dans les négociations.
Les négociations au sujet du Brexit reprennent
Les négociations entre le Royaume-Uni et l'Europe pour parvenir à un accord commercial reprennent ce lundi dans la capitale britannique. Mais les chances d'arriver à un compromis s'amenuisent, alors que l'échéance fixée par Londres se rapproche.
European Union's Brexit negotiator, Britain's Brexit negotiator and the Britain's ambassador to the European Union attends post-Brexit negotiations at the EU headquarters in Brussels on June 29, 2020. - The EU and Britain launch an intense five weeks of negotiations on a deal to define their post-Brexit relations on June 29, 2020, with London keen to wrap things up quickly. The new round of talks in Brussels will be the first to be held face-to-face since the coronavirus shutdown combined with the two sides' entrenched positions to stall progress. (Photo by JOHN THYS / POOL / AFP)