Changer d'édition

Les prorusses réclament l'annexion, Kiev veut des armes
International 5 min. 28.09.2022
Suite aux référendums

Les prorusses réclament l'annexion, Kiev veut des armes

Dans certaines localités, les résultats flirtent avec les 100% de «oui» en faveur de l'annexion.
Suite aux référendums

Les prorusses réclament l'annexion, Kiev veut des armes

Dans certaines localités, les résultats flirtent avec les 100% de «oui» en faveur de l'annexion.
Photo: AFP
International 5 min. 28.09.2022
Suite aux référendums

Les prorusses réclament l'annexion, Kiev veut des armes

Les réactions européennes et internationales se sont multipliées à l'annonce des résultats des quatre référendums d'annexion organisés par la Russie dans les régions qu'elle contrôle en Ukraine.

(AFP) - Les dirigeants prorusses de régions ukrainiennes occupées totalement ou partiellement par Moscou ont réclamé mercredi l'annexion à la Russie, au lendemain de votes qualifiés d'«illégaux» et de «manipulés» par Kiev et ses alliés occidentaux.


Die EU bereitet laut Jean Asselborn ein achtes Sanktionspaket gegen Russland vor.
«Le mythe selon lequel Poutine est un grand stratège est brisé»
Mobilisation partielle et référendums fictifs dans les territoires ukrainiens occupés: la politique de la Russie mène au chaos, a affirmé ce lundi le ministre des Affaires étrangères, en faisant le point sur la situation des réfugiés au Luxembourg.

L'Ukraine a de son côté réclamé de nouvelles livraisons d'armes occidentales pour combattre la Russie, balayant ses menaces répétées d'utiliser l'arme nucléaire pour protéger les nouveaux territoires qu'elle entend incorporer.

«Cher Vladimir Vladimirovitch (Poutine) (...) je vous demande d'examiner la question de l'adhésion de la République populaire de Lougansk à la Russie en tant que sujet de la Fédération de Russie», a déclaré Léonid Passetchnik, chef séparatiste de Lougansk, dans l'Est de l'Ukraine.

Il a indiqué son intention de se rendre à Moscou, tout comme son homologue de la région de Donetsk, Denis Pouchiline, pour formaliser l'annexion à la Russie.

Près de 100% de «oui»

Deux lettres similaires ont été envoyées à Vladimir Poutine par les deux chefs des administrations d'occupation de Kherson et Zaporijjia (sud), Vladimir Saldo et Evguéni Balitski. M. Saldo y invoque le droit d'autodétermination des peuples.


A woman walks along a bridge over the Moskva river near the Kremlin during a sunny winter day in Moscow on February 2, 2017. / AFP PHOTO / Kirill KUDRYAVTSEV
«La démocratie, mon ami, n'existe pas»
Depuis 1998, le correspondant du Luxemburger Wort Stefan Scholl vit en permanence en Russie. Mais presque personne n'a fait l'effort de le comprendre, lui, l'Occidental. Il nous livre son expérience.

Ces demandes viennent au lendemain de scrutins organisés par la Russie dans l'urgence, sur cinq jours, dans ces quatre régions qu'elle contrôle en Ukraine. L'Occident a dénoncé cette escalade russe et promis de nouvelles sanctions, alors que les résultats annoncé mardi soir des scrutins flirtent par endroit avec les 100% de «oui» à l'annexion.

Le scrutin a eu lieu bien souvent en présence de soldats en armes, avec des officiels qui faisaient du porte-à-porte pour récolter les bulletins.

Sur le terrain, Kharkiv, la deuxième ville d'Ukraine située près de la frontière russe, a encore été bombardée dans la nuit de mardi à mercredi, laissant 18.000 foyers sans électricité, sans pour autant faire de morts.

Ce n'est pas légitime ces votes. On croit en nos forces, on croit dans les forces armées ukrainiennes. Au final, la victoire sera à nous.

Denis Kotchkov, cheminot

Sur un site ferroviaire éventré par les frappes nocturnes, les employés déblayent les débris. Cette région russophone résiste et repousse les troupes russes depuis plus de sept mois et ici on affirme haut et fort que les votes d'annexion ne changeront rien à la détermination ukrainienne.


Russian President Vladimir Putin gives a speech during an event to mark the 1160th anniversary of Russia's statehood in Veliky Novgorod on September 21, 2022. (Photo by Ilya PITALEV / SPUTNIK / AFP)
«Brigand, nazi, il est pire qu'Hitler!»
Certains rescapés ukrainiens de la Seconde Guerre mondiale s'inquiètent de la détermination affichée par Vladimir Poutine. Témoignages.

«Ce n'est pas légitime ces votes. On croit en nos forces, on croit dans les forces armées ukrainiennes. Au final, la victoire sera à nous», martèle Denis Kotchkov, un cheminot de 30 ans.

«Ça fait peur d'être ici. Les sirènes d'alarme anti-bombardement sonnent constamment. Tu attends mais tu ne sais jamais où ça va tomber», admet Antonina Moussiïenko, ingénieure de 42 ans.

Malgré les menaces nucléaires de Moscou, l'Ukraine s'est refusée à déposer les armes, demandant au contraire aux Occidentaux d'augmenter leurs livraisons d'armes, essentielles à la contre-offensive qu'elle mène depuis début septembre et qui a permis de reprendre des milliers de kilomètres carrés aux Russes.

Restrictions aux frontières russes

Kiev veut «des chars, des avions de combat, de l'artillerie longue portée, des systèmes de défense anti-aérienne et antimissiles».

Dans la partie sous contrôle ukrainien de la région de Donetsk, cinq civils ont été tués et 10 blessés mardi, selon les autorités ukrainiennes.


Le monde paiera «le prix de la guerre» en 2023, selon l'OCDE
La guerre va continuer à coûter cher aux Etats du monde: l'OCDE a nettement dégradé sa prévision de croissance mondiale l'an prochain devant les effets plus durables qu'anticipé de la guerre en Ukraine, l'Europe payant la plus grande facture.

En Russie même, l'annonce d'une mobilisation «partielle» pour la guerre en Ukraine annoncée la semaine dernière par Vladimir Poutine continuait de provoquer un exode des hommes en âge de combattre vers les pays voisin, notamment la Géorgie, le Kazakhstan et la Mongolie.

À la frontière avec la Géorgie, que franchissent chaque jour près de 10.000 Russes selon Tbilissi et où des files d'attente géantes se sont formées, la situation est telle que les autorités russes locales ont annoncé restreindre l'entrée des véhicules.

Le gouvernement de la région russe frontalière d'Ossétie du Nord a aussi décrété l'état d'urgence. Les autorités fédérales ont elles annoncé qu'elles ne délivreraient plus de passeports aux personnes mobilisées par l'armée.

 «Comment va-t-on vivre?»  

La campagne de recrutement devant toucher des centaines de milliers de personnes se poursuivait, malgré les doutes pesant sur la qualité, l'expérience et l'équipement de ces troupes, et suscitant les critiques jusque parmi les propagandistes russes.

Rencontrée mardi devant un centre de l'armée à Saint-Petersbourg, Galina, 65 ans, et dont la fille est traitée pour un cancer, dit que la mobilisation de son gendre est «encore un coup du sort» pour sa famille. «Il travaille dans la construction. Dans l'armée, il était tireur à l'époque», raconte Galina, en tenant par la main son petit-fils Micha. «Comment va-t-on vivre maintenant, si c'est pour longtemps, je ne sais pas», soupire-t-elle.

La pression économique continuait parallèlement à se renforcer sur la Russie, avec le renoncement par trois banques publiques turques au système russe de paiement Mir, un moyen crucial pour les Russes à l'étranger depuis qu'ils ont été privés de Visa et Mastercard.


TOPSHOT - This handout picture released on September 27, 2022 by the Danish Defence Command shows the gas leak at the Nord Stream 2 gas pipeline as it is seen from the Danish Defence's F-16 rejection response off the Danish Baltic island of Bornholm, south of Dueodde. - The two Nord Stream gas pipelines linking Russia and Europe have been hit by unexplained leaks, Scandinavian authorities said on September 27, 2022, raising suspicions of sabotage. The pipelines have been at the centre of geopolitical tensions in recent months as Russia cut gas supplies to Europe in suspected retaliation against Western sanctions following its invasion of Ukraine. (Photo by Handout / DANISH DEFENCE / AFP) / RESTRICTED TO EDITORIAL USE - MANDATORY CREDIT "AFP PHOTO /  DANISH DEFENCE " - NO MARKETING - NO ADVERTISING CAMPAIGNS - DISTRIBUTED AS A SERVICE TO CLIENTS
Fuites spectaculaires sur les gazoducs Nord Stream
Les deux pipelines exploités par un consortium dépendant du géant russe Gazprom ne sont pas opérationnels à cause des conséquences de la guerre en Ukraine. Mais tous les deux étaient encore remplis de gaz.

Moscou a réclamé de son côté une réunion du Conseil de sécurité de l'ONU sur le «sabotage» des gazoducs Nord Stream reliant la Russie à l'Allemagne sous la mer Baltique qui ont été tous deux touchés par des fuites spectaculaires précédées d'explosions sous-marines.

L'UE a promis une réponse «ferme» à l'attaque de ces deux tubes, qui étaient déjà débranchés à cause de la guerre en Ukraine, alors que les interrogations allaient bon train sur le responsable de cette opération.


Sur le même sujet

Six mois se sont écoulés depuis le début de l'offensive russe sur le territoire ukrainien. L'occasion pour LUkraine asbl de revenir sur son action entre le Luxembourg et l'Ukraine, et de dévoiler ses futurs projets.
WO fr , PK Lukraine , Association des Ukrainiens du Luxembourg , vlnr Olena Klopta , Nicolas Zharov , Inna Yaremenko Foto:Guy Jallay/Luxemburger Wort