Changer d'édition

Les propositions de l'UE pour réduire les factures
International 4 min. 14.09.2022
Crise énergétique

Les propositions de l'UE pour réduire les factures

La présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen s'est exprimée devant le Parlement européen de Strasbourg ce mercredi 14 septembre.
Crise énergétique

Les propositions de l'UE pour réduire les factures

La présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen s'est exprimée devant le Parlement européen de Strasbourg ce mercredi 14 septembre.
Photo : AFP
International 4 min. 14.09.2022
Crise énergétique

Les propositions de l'UE pour réduire les factures

Elles ont été présentées ce mercredi matin au Parlement européen à Strasbourg. Les ministres européens de l'Energie de l'UE se prononceront sur ces propositions lors d'une réunion extraordinaire le 30 septembre à Bruxelles.

(AFP) - La Commission européenne a détaillé mercredi ses propositions pour enrayer la flambée des prix du gaz et de l'électricité, notamment en restreignant les «superprofits» des groupes énergétiques et en réduisant la consommation de l'UE aux heures de pointe.


Le torchage de gaz naturel est «très mauvais pour l'environnement», rappelle Kadri Simson.
Taxe sur les superprofits, question inflammable
Les ministres européens de l'Energie se retrouvent ce vendredi 9 septembre à Bruxelles pour évoquer l'épineuse question de la taxation de ces gains exceptionnels réalisés par les géants du secteur.

Les ministres européens de l'Energie de l'UE se prononceront sur ces propositions lors d'une réunion extraordinaire le 30 septembre à Bruxelles.

Plafonner les revenus

Sur le marché européen de l'électricité, le prix de revient de la dernière source d'électricité mobilisée pour répondre à la demande -souvent une centrale au gaz- détermine le prix s'imposant à tous les opérateurs: le prix de gros de l'électricité a donc flambé de concert avec l'envolée des cours du gaz, à la suite de la guerre en Ukraine.

La Commission propose de plafonner les revenus des producteurs d'électricité à partir du nucléaire et des renouvelables (éolien, solaire, hydroélectrique), qui engrangent des bénéfices «exceptionnels» en vendant leur production à un prix très au-delà de leurs coûts de production.

Selon un projet de texte consulté par l'AFP, la Commission propose de fixer ce plafond à 180 euros/mégawhattheure. La différence entre ce niveau de revenus et le prix de gros du marché serait récupérée par les Etats pour être redistribuée aux ménages et entreprises. Charbon et méthane sont exclus du mécanisme.


Politik, PK , zesummen spueren ,  Turmes Claude Foto: Anouk Antony/Luxemburger Wort
L'économie d'énergie devient l'affaire de tous
Afin de suivre les objectifs fixés début août par l'Union européenne, l'exécutif luxembourgeois lance une campagne nationale de réduction de la demande d'énergie.

Ce plafonnement permettrait de lever «plus de 140 milliards d'euros», a assuré mercredi la présidente de la Commission Ursula von der Leyen. Au-delà de la crise énergétique actuelle, elle promet une réforme structurelle «en profondeur» du marché de l'électricité.

La manne pourrait varier beaucoup selon les pays, aux mix énergétiques extrêmement variés. En France, les bénéfices du nucléaire, via les dividendes d'EDF, et des énergies renouvelables, via les contrats de vente à prix fixe conclus par les opérateurs, reviennent déjà largement à l'Etat.

«Contribution» des groupes pétroliers et gaziers

Bruxelles veut réclamer «une contribution temporaire de solidarité» aux producteurs et distributeurs de gaz, charbon et pétrole, qui réalisent des bénéfices massifs grâce à la flambée des cours. «Ces grandes entreprises doivent donc payer une juste part, verser une contribution de crise», a expliqué Mme von der Leyen.


Le Luxembourg n'exclut pas une politique interventionniste
Plan national de réduction de la consommation d'énergie, achat commun de gaz au niveau européen ou encore intervention sur le marché, le gouvernement luxembourgeois multiplie les pistes pour limiter la flambée des prix de l'énergie.

Selon le projet consulté par l'AFP, celle-ci serait fixée à 33% des superprofits (bénéfices supérieurs de plus de 20% à la moyenne des années 2019-2021). En revanche, Bruxelles prend soin de ne pas parler de «taxe», car toute disposition fiscale requiert l'unanimité des Vingt-Sept, une procédure plus compliquée et risquée qu'une adoption à la majorité qualifiée.

Réduire la demande aux heures de pics

Selon son projet, la Commission veut fixer aux Etats un objectif contraignant pour réduire leur consommation d'électricité «d'au moins 5%» pendant un nombre déterminé d'heures de pointe pendant lesquelles l'électricité est la plus chère. Selon Bruxelles, cela permettrait de réduire de 3,8% la consommation de gaz pour produire de l'électricité.

L'exécutif européen appelle aussi les Vingt-Sept à réduire leur consommation mensuelle de 10%, un objectif indicatif.

Chaque pays choisirait la façon d'y arriver, par exemple via «des systèmes d'enchères» adjugeant aux industriels des compensations financières en échange d'une réduction de consommation.

Soutenir les fournisseurs en manque de liquidités

Bruxelles veut soutenir les fournisseurs d'énergie connaissant de graves manques de liquidités face à la volatilité des prix, en assouplissant le cadre réglementaire et en instituant des mécanismes antispéculation pour limiter les fluctuations des marchés.

«Nous modifierons l'encadrement temporaire des mesures d'aide d'État en octobre, afin de permettre la fourniture de garanties publiques», a annoncé Mme von der Leyen mercredi.

Plafonner le prix du gaz ?

Dans ses premières pistes, la Commission envisageait initialement de plafonner le prix payé à la Russie pour ses livraisons de gaz à l'UE, afin de réduire encore les revenus du Kremlin -une idée à laquelle s'opposent farouchement des Etats de l'Est, encore très dépendants des hydrocarbures russes.

En revanche, les ministres des Vingt-Sept ont demandé vendredi à Bruxelles d'étudier les possibilités de plafonner le prix de toutes les importations de gaz de l'UE, quelle qu'en soit la provenance -y compris le gaz naturel liquéfié (GNL), que l'Europe paye à un prix beaucoup plus élevé qu'en Asie.

Mais l'UE doit rester un marché suffisamment attractif pour les fournisseurs de GNL, qui peuvent facilement trouver d'autres clients ailleurs, a averti la Commission, prudente sur ce sujet qui divise fortement les Etats membres.


Sur le même sujet

L'exécutif européen a présenté plusieurs mesures visant à limiter la flambée des prix du gaz. Ces propositions doivent encore recevoir l'approbation des pays membres de l'Union européenne.
ARCHIV - 31.01.2020, Frankreich, Straßburg: Die Flaggen der europäischen Mitgliedsstaaten wehen vor dem Gebäude des Europäischen Parlaments in Strasbourg. Inmitten der Energiekrise sollen die meisten Mitarbeiterinnen und Mitarbeiter der EU - also auch Spitzenverdiener - eine merkbare Gehaltserhöhung bekommen. Die Meinungen darüber sind auch unter Europapolitikern gespalten. (zu dpa: «Gehaltsplus in der Krise - Sollten EU-Spitzenpolitiker verzichten?») Foto: Philipp von Ditfurth/dpa +++ dpa-Bildfunk +++
Plafonnement des revenus excessifs des producteurs d’électricité
Le ministre de l'Energie Claude Turmes (déi gréng) a salué l'accord politique trouvé à l'issue de la réunion extraordinaire du Conseil des ministres de l'Energie de l'UE. Des mesures d'urgence pour aider les ménages et les entreprises ont été validées.
Claude Turmes wirbt in Brüssel für ein geeintes Vorgehen der EU.
Le Grand-Duché, mais aussi l'Allemagne et sept autres pays de l'UE, ont signé une déclaration commune face à la réforme du marché de l'électricité européen, qui est réclamée par la France pour découpler prix de l'électricité et du gaz.
An electrician repairs damaged high-voltage transmission lines near Bad Tennstedt, eastern Germany, Friday, Jan. 19, 2007, after a storm hit Germany on Thursday leaving at least 10 people dead and injured scores of others.  (AP Photo/Jens Meyer)