Changer d'édition

Les péages des autoroutes vont augmenter en France
International 02.12.2022
Dès le 1er février 2023

Les péages des autoroutes vont augmenter en France

Le péage autoroutier de Saint-Arnoult-en-Yvelines, près de Paris.
Dès le 1er février 2023

Les péages des autoroutes vont augmenter en France

Le péage autoroutier de Saint-Arnoult-en-Yvelines, près de Paris.
AFP
International 02.12.2022
Dès le 1er février 2023

Les péages des autoroutes vont augmenter en France

Cette augmentation sera, en moyenne, de 4,75%. Elle entrera en vigueur le 1er février prochain.

(AFP) - Les tarifs des péages des principaux réseaux autoroutiers vont augmenter de 4,75% en moyenne le 1er février 2023, après +2% cette année et +0,44% en 2021, a annoncé vendredi le ministère des Transports. 


Trois chantiers se déroulant simultanément risquent de rendre la vie dure aux frontaliers et usagers de l'A31.
Et c'est reparti pour une concertation autour de l'A31bis
Rencontres de proximité, réunions publiques, visites et ateliers vont rythmer une nouvelle période de concertation sur le secteur nord du projet A31bis. Comme les précédentes, cette dernière s'annonce animée.

 Les prix des péages sont revalorisés tous les ans, selon un calcul qui prend en compte au minimum 70% de l'inflation (hors tabac) sur douze mois jusqu'en octobre, et d'éventuelles augmentations en fonction des travaux prévus par les différents concessionnaires.

L'augmentation est donc «sensiblement inférieure» aux 6,33% d'inflation mesurée par l'Insee à fin octobre, a souligné le ministère dans un communiqué.

Des ristournes accordées

Plusieurs sociétés d'autoroutes accompagnent cette évolution tarifaire de mesures commerciales.

La ristourne accordée depuis le début 2019 aux automobilistes faisant au moins dix allers-retours par mois sur le même itinéraire va passer de 30 à 40%.

En outre, les véhicules électriques bénéficieront d'une réduction de 5% pendant un an, sur tous leurs trajets, sur les réseaux Sanef/SAPN et APRR/AREA, toujours à partir du 1er février.

«Cette évolution est cohérente avec nos priorités: dans un contexte d'inflation, limiter les hausses de prix pour la vie quotidienne en protégeant ceux qui doivent utiliser la voiture pour aller travailler et en encourageant la transition écologique», a commenté le ministre délégué aux Transports Clément Beaune, cité dans le communiqué.