Changer d'édition

Les partisans de Trump, entre déni et tristesse
International 3 min. 09.11.2020

Les partisans de Trump, entre déni et tristesse

Sur les quelque 30.000 électeurs du comté, près de 72% ont voté pour Donald Trump.

Les partisans de Trump, entre déni et tristesse

Sur les quelque 30.000 électeurs du comté, près de 72% ont voté pour Donald Trump.
Photo: AFP
International 3 min. 09.11.2020

Les partisans de Trump, entre déni et tristesse

En Pennsylvanie, beaucoup refusent pour l'instant d'entériner la victoire de Joe Biden, mais laissent néanmoins pointer de premiers signes de résignation.

(AFP) - Ils n'y croiront pas «tant que les résultats ne seront pas certifiés». Au lendemain de l'annonce de la victoire du candidat démocrate, ils étaient près d'une trentaine de «Trumpistes», dimanche, dans le comté rural de Bradford, dans le nord-est de la Pennsylvanie, à se retrouver devant le restaurant «Jones Diner», où ils s'étaient souvent rassemblés pendant la campagne électorale. Avec des grands drapeaux bleus Trump-Pence, drapeaux américains et casquettes MAGA, comme aux belles heures de la campagne électorale. Sur les quelque 30.000 électeurs du comté, près de 72% ont voté cette année pour Donald Trump - un point de plus qu'en 2016. 

Des résultats faisant dire à Doug McLinko, élu républicain local: «nous sommes ici au coeur du pays des 'pitoyables'», allusion à l'expression malheureuse d'Hillary Clinton, qui en 2016 avait qualifié de «panier de pitoyables» les électeurs trumpistes. Sans surprise, la déception est sur tous les visages. La propriétaire du restaurant, Blythe Jones, se dit «bouleversée»; une retraitée, Sue Wheeler, se déclare «dévastée» par la victoire annoncée d'un candidat acceptant qu'on «avorte des bébés»; et Doug McLinko, «en colère», laisse éclater son profond mépris pour Joe Biden. 


TOPSHOT - A supporter of US President Donald Trump wears a pin during a protest in front of the residence of Minnesota Governor Tim Walz in St Paul, Minnesota, on November 7, 2020. - Democrat Joe Biden has won the White House, US media said November 7, defeating Donald Trump and ending a presidency that convulsed American politics, shocked the world and left the United States more divided than at any time in decades. (Photo by Kerem Yucel / AFP)
Trump soutenu dans son refus de concéder la défaite
L'influent sénateur républicain Lindsey Graham a encouragé dimanche le 45e président américain à «se battre» en justice pour faire valoir ses droits.

Pour tous, concéder la défaite est prématuré: Donald Trump n'a toujours pas officiellement félicité Joe Biden, comme le veut la tradition. Et les républicains ont engagé des recours devant la justice - demandant soit un recomptage, soit l'annulation de certains bulletins dans les Etats-clés emportés par Joe Biden - qui demandent à être tranchés avant de pouvoir déterminer définitivement le vainqueur, disent-ils. Surtout, ils affirment ne vouloir présager de rien en attendant la certification du décompte des bulletins de vote - qui doit intervenir en Pennsylvanie avant le 23 novembre. 

Doug McLinko a ainsi refusé de regarder le grand discours de Joe Biden samedi soir: «Je ne l'ai pas écouté et je ne l'écouterai pas, la raison étant que je ne l'accepterai pas comme président tant que les résultats ne seront pas certifiés», martèle-t-il. En attendant cette certification, il ne veut même pas imaginer un monde où Donald Trump reconnaîtrait la défaite, et celle de ses quelque 70 millions de supporters (contre 75 millions pour Joe Biden). «Je suis fier de cet homme, il a 70 millions de gens derrière lui: je ne veux pas qu'il concède la défaite tant que tous les votes légaux n'auront pas été comptés, qu'on pourra être à l'aise avec le résultat et savoir qu'il n'y a pas eu corruption». 


U.S. President Donald Trump pauses after speaking during a news conference in the Brady Press Briefing Room of the White House in Washington, D.C., U.S., on Friday, May 22, 2020. Trump ordered states to allow churches to reopen from stay-at-home restrictions imposed to combat the coronavirus outbreak, saying he would override any governor who refuses. Photographer: Andrew Harrer/Bloomberg
Trump peu à peu lâché par les médias conservateurs
«Fox News» et le «New York Post», deux des principaux médias conservateurs américains contrôlés par le magnat Rupert Murdoch, ont pris, ces dernières heures, leurs distances avec le président américain, une première depuis 2016, et peut-être un tournant.

Blythe Jones a regardé le discours de Biden pendant quelques minutes à peine. «S'ils déclarent que c'est lui (Biden) qui a gagné et que tout s'est déroulé légalement, là, j'écouterai, mais en attendant, je me méfie», souffle-t-elle ajoutant qu'il faudra bien «lâcher l'affaire» si tout est jugé légal.

Main tendue? 

Pour eux qui se disent très croyants - ils finiront leur rassemblement par une prière, genou à terre - comment réagir à la main tendue de Joe Biden, qui a souligné samedi soir comprendre «la déception» des électeurs de Trump et vouloir «parler» avec eux pour «panser les plaies»? Doug McLinko n'y voit que des mots vides de sens, mais les autres sont moins catégoriques. «Si (Biden) est équitable et s'il nous écoute, nous qui travaillons dur, qui payons des impôts, au lieu de distribuer l'argent (à ceux qui ne travaillent pas, ndlr), je crois qu'on peut s'entendre», dit Blythe Jones, qui se dit opposée à toute opposition violente. 


TOPSHOT - People celebrate at Black Lives Matter Plaza across from the White House in Washington, DC on November 7, 2020, after Joe Biden was declared the winner of the 2020 presidential election. - Joyous celebrations erupted in Washington on Saturday after Joe Biden was declared winner of the US presidency, as several people poured into the streets of the US capital -- some of them chanting, cheering and singing in front of the White House. (Photo by ANDREW CABALLERO-REYNOLDS / AFP)
Le contrôle du Sénat, prochain enjeu majeur pour Biden
Le président élu des Etats-Unis devra livrer d'ici janvier une nouvelle bataille politique d'importance afin de reprendre la main sur la deuxième chambre du Congrès. Un organe qui pourrait bloquer sa capacité à mener des réformes ambitieuses.

Bien qu'«évidemment déçu» par la défaite annoncée de Donald Trump, Eamon Daley, 28 ans, qui gère une entreprise d'asphalte avec son frère, affirme vouloir aider à surmonter les divisions du pays. «Il faut commencer à le faire avant qu'il ne soit trop tard», dit-il. Il aimerait se montrer «plus ouvert d'esprit», «essayer de parler aux gens», et rêve même un jour d'«organiser un rassemblement comme celui-ci, mais avec des gens des deux bords».    

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Et pendant ce temps, Trump joue toujours au golf
Le président américain s'est rendu dimanche à Sterling (Virginie), près de Washington, pour le deuxième jour consécutif, après l'annonce de sa défaite contre Joe Biden à l'élection présidentielle américaine.
US President Donald Trump walks to his motorcade on the South Lawn of the White House on November 8, 2020. - World leaders rushed to congratulate US president-elect Joe Biden, with many expressing hopes of unity and cooperation following four years of explosive Donald Trump diplomacy. (Photo by ANDREW CABALLERO-REYNOLDS / AFP)
Le contrôle du Sénat, prochain enjeu majeur pour Biden
Le président élu des Etats-Unis devra livrer d'ici janvier une nouvelle bataille politique d'importance afin de reprendre la main sur la deuxième chambre du Congrès. Un organe qui pourrait bloquer sa capacité à mener des réformes ambitieuses.
TOPSHOT - People celebrate at Black Lives Matter Plaza across from the White House in Washington, DC on November 7, 2020, after Joe Biden was declared the winner of the 2020 presidential election. - Joyous celebrations erupted in Washington on Saturday after Joe Biden was declared winner of the US presidency, as several people poured into the streets of the US capital -- some of them chanting, cheering and singing in front of the White House. (Photo by ANDREW CABALLERO-REYNOLDS / AFP)
Victorieux de Trump, Biden se tourne vers la transition
Après avoir célébré samedi son élection, le futur locataire de la Maison Blanche se plonge dimanche dans les préparatifs de son accession à la Maison Blanche avec deux priorités affichées: la lutte contre la pandémie et la réconciliation d'une Amérique divisée.
TOPSHOT - US President-elect Joe Biden with his wife Jill Biden, alongside family members, salute the crowd on stage after delivering remarks in Wilmington, Delaware, on November 7, 2020, and being declared the winner of the US presidential election. (Photo by Roberto SCHMIDT / AFP)
Trump peu à peu lâché par les médias conservateurs
«Fox News» et le «New York Post», deux des principaux médias conservateurs américains contrôlés par le magnat Rupert Murdoch, ont pris, ces dernières heures, leurs distances avec le président américain, une première depuis 2016, et peut-être un tournant.
U.S. President Donald Trump pauses after speaking during a news conference in the Brady Press Briefing Room of the White House in Washington, D.C., U.S., on Friday, May 22, 2020. Trump ordered states to allow churches to reopen from stay-at-home restrictions imposed to combat the coronavirus outbreak, saying he would override any governor who refuses. Photographer: Andrew Harrer/Bloomberg