Changer d'édition

Les parents de la petite Maddie déboutés par la CEDH
International 2 min. 20.09.2022
Après une requête contre le Portugal

Les parents de la petite Maddie déboutés par la CEDH

Kate et Gerry McCann lors d'une conférence de presse le 6 juin 2007.
Après une requête contre le Portugal

Les parents de la petite Maddie déboutés par la CEDH

Kate et Gerry McCann lors d'une conférence de presse le 6 juin 2007.
Photo: dpa
International 2 min. 20.09.2022
Après une requête contre le Portugal

Les parents de la petite Maddie déboutés par la CEDH

La Cour européenne des droits de l'homme a estimé que le droit à la protection de la vie privée des McCann n'avait pas été violé.

(AFP) - Les parents de la fillette britannique Madeleine McCann, dont la disparition avait suscité un émoi international il y a 15 ans, ont été déboutés mardi par la Cour européenne des droits de l'homme (CEDH), à propos d'un livre écrit par un policier portugais les concernant.

Gerald Patrick McCann et Kate Marie Healy avaient déposé un recours en 2017 devant l'instance judiciaire du Conseil de l'Europe à l'encontre du Portugal. Ils estimaient que les affirmations d'un ancien inspecteur de police judiciaire dans un livre, au sujet de leur implication alléguée dans la disparition de leur fille de trois ans, avaient atteint leur réputation et leur présomption d'innocence.

Déception des parents

A l'instar de la justice portugaise, la CEDH a estimé qu'«à supposer même que la réputation des requérants ait été atteinte, ce n'est pas à cause de la thèse défendue par l'auteur du livre mais à cause des soupçons qui avaient été émis à leur égard» lors d'une enquête très médiatisée.

«Il s'agissait d'informations dont le public avait pris amplement connaissance, avant même (...) la publication du livre litigieux», insiste la cour, qui considère donc que la Convention européenne des droits de l'homme n'a pas été violée par le Portugal.

Les parents de Maddie se sont dits «naturellement déçus» de cette décision, expliquant dans un communiqué ne pas avoir voulu défendre leur réputation mais protéger l'avancée de l'enquête.

Ils disent ainsi n'avoir agi «que pour une seule et même raison»: les allégations exposées dans le livre «avaient un impact préjudiciable sur la recherche de Madeleine».

 14 mois d'investigations controversées  

Ils affirment aussi avoir le soutien «du public» qui, selon eux, ne doute pas de leur innocence, et réaffirment espérer que le ou les responsables de la disparition de leur fille seront vite retrouvés.

Madeleine McCann, dite Maddie, avait disparu le 3 mai 2007 peu avant son quatrième anniversaire à Praia da Luz, une station balnéaire du sud du Portugal, où elle se trouvait en vacances avec ses parents et un groupe d'amis.

Sa disparition a donné lieu à une campagne internationale exceptionnelle pour essayer de la retrouver. Les photos de Maddie, avec ses cheveux châtains clairs au carré et ses grand yeux clairs, ont fait le tour du monde.

Après 14 mois d'investigations controversées, marquées notamment par la mise en examen des parents avant qu'ils ne soient blanchis, la police portugaise avait classé l'affaire en 2008, avant de rouvrir le dossier cinq ans plus tard.

Il a fallu attendre juin 2020 pour que l'affaire s'accélère soudainement, quand le parquet de Brunswick (Allemagne) a annoncé avoir acquis la certitude que la fillette était morte et que ses soupçons portaient sur un homme de 43 ans, alors en détention à Kiel, dans le nord de l'Allemagne, pour une autre affaire. Ce suspect a été mis en examen en avril en Allemagne à la demande de la justice portugaise.