Changer d'édition

Les nouvelles mesures annoncées par François Hollande
International 3 min. 16.11.2015 Cet article est archivé

Les nouvelles mesures annoncées par François Hollande

Le président François Hollande et le Parlement réuni en congrès ont observé une minute de silence. A l'issue du discours présidentiel, le congrès a chanté la Marseillaise et acclamé le président de la République.

Les nouvelles mesures annoncées par François Hollande

Le président François Hollande et le Parlement réuni en congrès ont observé une minute de silence. A l'issue du discours présidentiel, le congrès a chanté la Marseillaise et acclamé le président de la République.
REUTERS
International 3 min. 16.11.2015 Cet article est archivé

Les nouvelles mesures annoncées par François Hollande

Des contrôles systématiques aux frontières, un fichier des passagers aériens, création de 2.500 emplois dans la justice et 5.000 dans la police et la gendarmerie font partie des premières mesures annoncées. Le président a aussi répondu à la question de l'accueil des réfugiés.

(AFP) - François Hollande a demandé lundi la "mise en place de contrôles coordonnés et systématiques aux frontières" de l'Union européenne lors de son discours devant le Congrès à Versailles.

Le chef de l'Etat a aussi demandé "l'approbation avant la fin de l'année 2015" du fichier européen des passagers aériens (PNR) pour "assurer la traçabilité du retour des jihadistes et les interpeller" et promis que la France porterait ces "exigences" lors de la réunion des ministres de l'Intérieur vendredi à Bruxelles, convoquée à la demande de Paris.

Accueil des réfugiés

"Il est vital que l'Europe accueille dans la dignité ceux qui relèvent du droit d'asile", a déclaré lundi François Hollande devant le Parlement réuni en Congrès à Versailles, trois jours après les attentats qui ont touché Paris.

"Les habitants de ces pays-là (Syrie, Irak), notamment ceux des territoires contrôlés par Daech sont martyrisés et fuient. Ils sont les victimes de ce même système terroriste. Voilà pourquoi il est vital que l'Europe accueille dans la dignité ceux qui relèvent du droit d'asile, mais renvoie dans leurs pays ceux qui n'en relèvent pas", a déclaré le chef de l'Etat.

Le président s'est dit aussi favorable à la destitution de la nationalité chez les binationaux, même nés sur le sol français. Cette déchéance ne doit "pas avoir pour résultat de rendre quelqu'un apatride", mais "nous devons pouvoir déchoir de sa nationalité française un individu condamné pour une atteinte aux intérêts fondamentaux de la Nation ou un acte de terrorisme, même s'il est né Français, dès lors qu'il bénéficie d'une autre nationalité", a-t-il dit.

Des attentats planifiés en Syrie

"Les actes de guerre de vendredi ont été décidés, planifiés en Syrie, ils ont été organisés en Belgique, perpétrés sur notre sol avec des complicités françaises. Ils poursuivent un objectif bien précis: semer la peur pour nous diviser ici et nous faire pression pour nous empêcher là-bas, au Moyen-Orient, de lutter contre le terrorisme", a déclaré le président de la République.

Créations d'emplois dans la justice et la police

Le président a par ailleurs annoncé la création de 2.500 emplois supplémentaires dans la justice, 5.000 emplois supplémentaires créés dans la police et la gendarmerie.

"Ces décisions budgétaires seront prises dans le cadre de la loi de finances pour 2016. Elles se traduiront par un surcroît de dépenses que j'assume. Car dans ces circonstances, je considère que le pacte de sécurité l'emporte sur le pacte de stabilité", a déclaré le président de la République devant le Parlement réuni en Congrès à Versailles.

Le président François Hollande envisage la création d'une "garde nationale" formée de "réservistes" de la Défense, qui représentent un "gisement" encore "insuffisamment exploité", a-t-il dit dans son allocution lundi devant le Parlement réuni en Congrès à Versailles.

Une garde nationale constituée de réservistes

"Je souhaite également que l'on tire mieux parti des possibilités des réserves de défense, encore insuffisamment exploitées dans notre pays, alors que nous avons justement ce gisement", a déclaré le président de la République. "Les réservistes sont un élément fort du lien entre l'armée et la Nation, ils constituent les éléments qui peuvent demain former une garde nationale encadrée et disponible", a-t-il ajouté.


Sur le même sujet