Changer d'édition

Brèves International 2 min. 07.12.2021

(AFP) Instauré il y a trois semaines en Autriche, le reconfinement prendra fin lundi prochain, comme prévu, sauf pour les personnes non vaccinées, a annoncé le gouvernement autrichien mardi. Les contaminations sont à la baisse, ce qui a permis à l'exécutif de se mettre «d'accord pour mettre fin au confinement», a déclaré le nouveau chancelier conservateur Karl Nehammer. Un peu plus de 4.200 cas de contamination ont ainsi été recensés en 24 heures selon les chiffres publiés ce mardi, contre 16.000 cas au plus fort de la vague mi-novembre.

La feuille de route pour cette réouverture progressive doit être détaillée mercredi. «Nous serons aussi prudents que possible», a assuré le dirigeant, alors que le secteur hospitalier reste sous tension. Plus de 3.000 personnes sont toujours hospitalisées, dont 670 en soins intensifs, le chiffre le plus haut jamais enregistré cette année. Confronté à un risque de saturation des hôpitaux et à un taux de vaccination qui s'élevait alors à seulement 66%, le pays avait décidé de restreindre à nouveau les libertés à compter du 22 novembre.

Un reconfinement coûteux

Depuis, les Autrichiens, même vaccinés, n'ont en théorie plus le droit de quitter leur domicile sauf pour faire leurs courses alimentaires, du sport ou pour des soins médicaux. L'Autriche, qui a subi plusieurs confinements depuis l'émergence de la pandémie en mars 2020, était le premier pays à prendre de telles mesures en Europe. Un confinement qui coûte 800 millions d'euros par semaine à l'économie nationale selon l'institut de statistiques Wifo.

Longtemps situé en deçà de la moyenne européenne, le taux de vaccination a augmenté ces dernières semaines et atteint désormais 71,2%, en perspective d'une obligation vaccinale qui doit rentrer en vigueur en février 2022. «Nous devons prendre acte du fait que le virus va faire partie de notre vie et que seule une couverture vaccinale suffisante nous permettra d'éviter d'autres confinements», a martelé le chancelier, alors que la mesure divise toujours. En effet, des dizaines de milliers de personnes manifestent chaque samedi depuis l'annonce du projet de loi.

Hier

Les Sages avaient été saisis par les élus de l'opposition pour trancher.
Brèves International 21.01.2022

(AFP) -  Le Conseil constitutionnel a validé la plupart des dispositions du projet de loi controversé instaurant le pass vaccinal en France, y compris les possibles vérifications d'identité par les cafetiers ou restaurateurs, au nom de l'objectif de «protection de la santé» face à l'épidémie de Covid-19. 

Les Sages, qui avaient été saisis par les oppositions, ont toutefois censuré la possibilité pour les organisateurs de meetings politiques de demander un pass sanitaire aux participants.

Les organisateurs pourront cependant prendre «toutes mesures de précaution sanitaire utiles, telles que la limitation du nombre de participants, la distribution de masques ou l'aération des salles», selon un communiqué.

Avant-hier

Le président indonésien Joko Widodo a appelé les puissances économiques du G20 à un cofinancement pour renforcer le système de santé mondial et espère un accord au cours de la présidence indonésienne.
Brèves International 2 min. 20.01.2022

(AFP) - Cette agence, que le président indonésien a comparée au Fonds monétaire international (FMI) pour la finance, servira à rendre le système de santé mondial plus inclusif et plus réactif en cas de crise, a-t-il expliqué devant le forum qui se tient entièrement en ligne.

«La présidence indonésienne se battra pour renforcer l'architecture de santé mondiale, qui sera gérée par une agence internationale (...) dont la tâche sera de mobiliser des ressources mondiales dans le secteur de la santé, notamment pour financer les situations d'urgence sanitaire, acheter des vaccins, des médicaments et de l'équipement médical», a-t-il détaillé.

Les organisations existantes, comme le système Covax, qui fournit des vaccins aux pays pauvres, sont une «solution temporaire», a-t-il estimé, tandis que l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) «n'a pas eu la capacité de couvrir de nombreux aspects stratégiques pour le monde» depuis le début de la pandémie.

De nouveaux protocoles pour faciliter les voyages pourraient voir le jour

L'agence pourrait ainsi contribuer à définir des standards et protocoles pour faciliter les voyages internationaux notamment, et promouvoir les capacités locales de production de vaccins, de médicaments et d'équipement médical.

Joko Widodo a appelé les puissances économiques du G20 à un cofinancement pour renforcer le système de santé mondial et espère un accord au cours de la présidence indonésienne.

«Les coûts (de cette initiative) sont clairement moins élevés que les pertes mondiales dues à la fragilité du système de santé international, comme lors de la pandémie de Covid-19», a-t-il relevé.

Trois priorités majeures pour la présidence du G20 par l'Indonésie

L'Indonésie a pris cette année la présidence du G20 pour la première fois avec trois priorités, l'architecture de santé mondiale, une transition énergétique durable et la transformation numérique.

Le pays d'Asie du Sud-Est a été frappé par une vague épidémique en juillet qui a débordé ses hôpitaux et poussé les habitants à rechercher des bouteilles d'oxygène pour leurs proches souvent contraints à se soigner chez eux.

L'archipel a enregistré plus de 144.000 décès du Covid-19 à ce jour et craint une nouvelle vague avec le variant Omicron.

Le quatrième pays le plus peuplé au monde, avec plus de 270 millions d'habitants, peine depuis le début de la pandémie à acquérir suffisamment de vaccins.

Brèves International 20.01.2022

(AFP) - Contrairement à ce qu'avait décrété le précédent gouvernement tchèque, la vaccination contre le covid-19 ne sera pas obligatoire dans ce pays, a annoncé mercredi le chef du nouvel exécutif Petr Fiala, à la sortie du conseil des ministres.

«Nous nous sommes mis d'accord sur le fait que personne ne sera obligé de se faire vacciner», a déclaré M. Fiala aux journalistes, tout en précisant que son gouvernement «ne voulait pas diviser davantage la société».

Le précédent gouvernement tchèque avait décidé en décembre de rendre la vaccination obligatoire à partir de mars pour toutes les personnes âgées de plus de 60 ans et pour certaines professions, dont le personnel médical, les policiers et les pompiers.

«Bien que la vaccination soit l'arme la plus efficace contre une forme grave de covid-19, nous ne contraindrons personne», a souligné le ministre de la santé Vlastimil Valek sur Twitter.

La République tchèque, un pays de 10 millions d'habitants, est actuellement confrontée à une nouvelle vague de l'épidémie, avec près de 30.000 nouveaux cas dépistés mardi. Selon le ministère de la santé, 63% de la population est vaccinée et environ 31% des Tchèques ont reçu une troisième dose de vaccin.