Changer d'édition

Les négociations post-Brexit au bord de la rupture
International 4 min. 09.09.2020

Les négociations post-Brexit au bord de la rupture

Arrivé à Londres, le négociateur de l'UE Michel Barnier (à g.) cherche à obtenir des clarifications sur ces derniers rebondissements

Les négociations post-Brexit au bord de la rupture

Arrivé à Londres, le négociateur de l'UE Michel Barnier (à g.) cherche à obtenir des clarifications sur ces derniers rebondissements
Photo: AFP
International 4 min. 09.09.2020

Les négociations post-Brexit au bord de la rupture

Le gouvernement Johnson confirme ouvrir une brèche «limitée» dans l'accord de retrait. Les Européens sont tentés de rompre les négociations en cours.

(AFP) -  Le gouvernement britannique a défendu mercredi sa décision de revenir sur certains engagements pris dans le cadre du Brexit, en violation assumée du droit international, qui plombe des négociations déjà difficiles avec l'Union européenne sur leur future relation. Publiées mercredi à la mi-journée, ces modifications visent à «garantir la fluidité et la sécurité de notre marché intérieur britannique», a justifié le Premier ministre Boris Johnson devant les députés.

Concernant en particulier les arrangements douaniers en Irlande du Nord, elles sont destinées à faciliter les échanges commerciaux au sein du Royaume-Uni après la fin de la période de transition post-Brexit qui s'achèvera fin décembre. Mais en retoquant un document ayant statut de traité international, ce texte «viole le droit international d'une manière très spécifique et limitée», du propre aveu du ministre chargé de l'Irlande du Nord, Brandon Lewis.


ARCHIV - 17.05.2014, Belgien, Brüssel: Menschen spiegeln sich in einem Fenster mit einer europäischen Flagge im Europäischen Parlament. (Illustration zu dpa "EU-Einreisebeschränkungen sollen für viele Länder bestehen bleiben") Foto: Olivier Hoslet/EPA/dpa +++ dpa-Bildfunk +++
Le ton monte entre Londres et Bruxelles
Il règne une certaine tension entre le Royaume-Uni et l'Union européenne à la veille de la reprise de négociations sur leur relation post-Brexit. Boris Johnson menace de claquer la porte mi-octobre et il pourrait, selon le Financial Times, revenir sur certains engagements passés.

Le projet de loi britannique «violerait le droit international et saperait la confiance» entre les deux partenaires, a affirmé de son côté la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen. Ce revirement surprise de Londres met de l'huile sur le feu dans les négociations déjà pénibles avec l'Union européenne sur un accord commercial post-Brexit. Il expose Londres à de «graves conséquences» de la part de Bruxelles, a averti le président du Parlement européen, David Sassoli.

Le vice-Premier ministre irlandais, Leo Varadkar, a comparé la manœuvre du gouvernement britannique à un acte «kamikaze», qui s'est «retourné» contre lui en suscitant une vague de réactions négatives. Critiqué jusque dans son propre camp, y compris par l'ancienne cheffe du gouvernement Theresa May, Boris Johnson a défendu son projet devant les députés lors de la séance hebdomadaire des questions au Premier ministre. Le leader des indépendantistes écossais du SNP à la Chambre des communes, Ian Blackford, l'a accusé de vouloir créer un «Etat voyou» et de se considérer «au-dessus de la loi».

Barnier veut des explications

Tout en défendant sa manœuvre, le gouvernement pilote une huitième session de négociations hautement délicate avec l'UE qui s'est ouverte mardi, et doit durer jusqu'à jeudi. Arrivé à Londres, le négociateur de l'UE Michel Barnier cherchera des clarifications sur ces derniers rebondissements. «Nous sommes dans un esprit constructif, mais fermes sur le fond», a déclaré le secrétaire d'Etat français aux affaires européennes Clément Beaune, dans un entretien commun avec son homologue allemand Michael Roth à Berlin.

Le texte initial, le protocole nord-irlandais, vise à garantir l'absence de frontière physique entre l'Irlande du Nord et la République d'Irlande, membre de l'UE, et à éviter la résurgence de tensions dans cette région, ensanglantée par trois décennies de «troubles» jusqu'à la signature de l'accord de paix du Vendredi saint en 1998. Le retour de contrôles douaniers fait craindre un regain de tensions dans la province britannique. Il s'agit de «protéger notre pays contre l'interprétation extrême ou irrationnelle du protocole, qui pourrait conduire à une frontière dans la mer d'Irlande d'une manière qui, à mon avis serait préjudiciable à l'intérêt de l'accord du Vendredi saint et préjudiciable aux intérêts de la paix dans notre pays», a plaidé M. Johnson.


La pêche s'invite au cœur des négociations post-Brexit
Michel Barnier a averti mercredi qu'un accord commercial avec le Royaume-Uni ne serait possible qu'à condition qu'un compromis sur la pêche soit trouvé. Il accuse Londres d'utiliser ce sujet comme «monnaie d'échange» dans les négociations.

Le Royaume-Uni a formellement quitté l'UE le 31 janvier, près de quatre ans après un référendum historique marquant la fin de 46 ans d'un mariage houleux. Mais il reste régi par la réglementation européenne jusqu'à fin décembre, période de transition pendant laquelle les deux parties tentent de conclure un accord de libre-échange. L'issue de ces pourparlers reste incertaine. Avant le démarrage de la huitième session de discussions, le négociateur britannique David Frost avait appelé l'UE à «faire preuve de plus de réalisme sur le statut de pays indépendant» du Royaume-Uni.

Les négociations butent notamment sur la pêche et les conditions de concurrence équitable. Le temps presse, Bruxelles voulant un accord d'ici à la fin octobre pour permettre une ratification dans les temps. Le Premier ministre Boris Johnson a averti de son côté que faute de compromis d'ici au sommet européen du 15 octobre, il se satisferait d'un «no deal» malgré les risques de dégâts économiques en période de crise historique provoquée par la pandémie de coronavirus.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

La tension grandit aux portes de l'UE
Les conflits aux frontières de l'Europe et les relations post-Brexit étaien, mardi, au centre des discussions de la Commission des Affaires étrangères et européennes. «Nous devons éviter le retour d'une frontière physique en Irlande», a commenté Jean Asselborn.
Belarus opposition supporters attend a rally to protest against the disputed August 9 presidential elections results in Minsk on September 6, 2020. - Tens of thousands of Belarusians staged a peaceful new march on September 6, keeping the pressure on strongman Alexander Lukashenko who has refused to quit after his disputed re-election and turned to Russia for help to stay in power. (Photo by - / TUT.BY / AFP)
Le ton monte entre Londres et Bruxelles
Il règne une certaine tension entre le Royaume-Uni et l'Union européenne à la veille de la reprise de négociations sur leur relation post-Brexit. Boris Johnson menace de claquer la porte mi-octobre et il pourrait, selon le Financial Times, revenir sur certains engagements passés.
ARCHIV - 17.05.2014, Belgien, Brüssel: Menschen spiegeln sich in einem Fenster mit einer europäischen Flagge im Europäischen Parlament. (Illustration zu dpa "EU-Einreisebeschränkungen sollen für viele Länder bestehen bleiben") Foto: Olivier Hoslet/EPA/dpa +++ dpa-Bildfunk +++
La pêche s'invite au cœur des négociations post-Brexit
Michel Barnier a averti mercredi qu'un accord commercial avec le Royaume-Uni ne serait possible qu'à condition qu'un compromis sur la pêche soit trouvé. Il accuse Londres d'utiliser ce sujet comme «monnaie d'échange» dans les négociations.
Londres et l'UE lancent une négociation marathon
Britanniques et Européens affichent un optimisme prudent au moment d'entamer ce lundi cinq semaines d'intenses discussions, destinées à progresser enfin sur la relation post-Brexit et éviter un «no deal» catastrophique en fin d'année.
ARCHIV - 29.01.2016, Belgien, Brüssel: Eine Flagge Großbritanniens weht vor dem Gebäuder der Europäischen Kommission. (zu dpa: «Politik und Wirtschaft wollen Klarheit für Zeit nach Brexit») Foto: Laurent Dubrule/EPA/dpa +++ dpa-Bildfunk +++
«Un nouvel élan» aux négociations post-Brexit
Alors que le fossé est béant entre leurs positions, les dirigeants de l'UE et le Britannique Boris Johnson appellent à trouver «rapidement un terrain d'entente sur les principes qui sous-tendent tout accord». Car pour le moment, «on n'est nulle part», résume un haut responsable européen.
European Council President Charles Michel (R) and European Commission President Ursula von der Leyen are sen on screen as they hold a videoconference  prior to EU-UK talks via videoconference, at the European Council building in Brussels on June 15, 2020. - EU chiefs held a videoconference with the British prime minister on June 15 to breathe new life into stalled post-Brexit trade talks, with both sides entrenched in long-held positions. Expectations are low for the long-planned meeting, with all sides agreeing last week that trade negotiations would be intensified over the coming months. (Photo by Francisco Seco / POOL / AFP)
Pas de transition prolongée avant le Brexit
Le Royaume-Uni «a confirmé formellement» vendredi à l'Union européenne ne pas souhaiter l'extension de la période de transition expirant fin décembre. Il s'agit du temps pendant lequel ils doivent s'accorder sur leur relation post-Brexit. Un mini-sommet consacré à ces négociations aura lieu lundi.
Anti-Brexit activist Steve Bray wearing PPE (personal protective equipment) of a face mask as a precautionary measure against COVID-19, holds placards as he demonstrates outside the Houses of Parliament, in central London on June 10, 2020 - �Britain on Friday said there had been little movement in the latest round of post-Brexit trade talks with the EU, calling for both sides to double down and speed up negotiations to secure a deal. (Photo by Tolga Akmen / AFP)
Londres et l'UE loin d'un compromis autour du Brexit
Entravées par la pandémie, les négociations entre les représentants britanniques et européens Londres et Bruxelles reprennent mardi sans grand espoir de sortir de l'impasse, malgré la pression du calendrier et le risque d'un «no deal».
(FILES) In this file photo taken on March 2, 2020 European Union chief Brexit negotiator Michel Barnier (R) and the British Prime Minister's Europe adviser David Frost pose for a photograph at start of the first round of post-Brexit trade deal talks between the EU and the United Kingdom, in Brussels. - Incapable of the slightest advance for three past months, British and Europeans seem to be embarking on a dead end when approaching, with a certain tension, the fourth round of negotiations, yet crucial on their post-Brexit relationship, that will take place on June 2, 2020. (Photo by Olivier HOSLET / POOL / AFP)