Changer d'édition

Les négociations au sujet du Brexit reprennent
International 2 min. 06.07.2020

Les négociations au sujet du Brexit reprennent

Michel Barnier, le négociateur européen, est à Londres ce lundi pour tenter d'aplanir de «sérieuses divergences».

Les négociations au sujet du Brexit reprennent

Michel Barnier, le négociateur européen, est à Londres ce lundi pour tenter d'aplanir de «sérieuses divergences».
Photo: AFP
International 2 min. 06.07.2020

Les négociations au sujet du Brexit reprennent

Les négociations entre le Royaume-Uni et l'Europe pour parvenir à un accord commercial reprennent ce lundi dans la capitale britannique. Mais les chances d'arriver à un compromis s'amenuisent, alors que l'échéance fixée par Londres se rapproche.

(AFP) - Le Royaume-Uni accueille lundi le négociateur européen Michel Barnier, après une première série d'entrevues la semaine précédente à Bruxelles, auxquelles les deux parties avaient mis fin avec un jour d'avance en raison de «sérieuses divergences», avait annoncé M. Barnier. Son homologue britannique, David Frost, avait lui évoqué des «différences significatives».

Sorti de l'UE le 31 janvier après 47 ans d'un mariage houleux, le Royaume-Uni négocie désormais avec Bruxelles pour tenter d'établir une relation commerciale avantageuse avec le bloc européen à la fin de la période de transition, fixée au 31 décembre. Les discussions n'ont pour l'instant pas permis de réelles avancées alors que la date butoir approche à grands pas, et avec elle le risque d'un «no deal» dévastateur pour des économies déjà très fragilisées par la pandémie de nouveau coronavirus.


Wirtschaft, Finanzplatz Boulevard Royal
La Place bénéficie des retombées du Brexit
Si Dublin reste en tête de la course à la relocalisation d'entreprises suite au départ du Royaume-Uni de l'UE, le Luxembourg tire son épingle du jeu selon une étude de la société britannique de services immobiliers Knight&Frank. La capitale du Grand-duché attire principalement des sociétés d'asset management et d'assurances.

Le bloc des 27 nations «devrait se préparer à l'éventualité qu'un accord ne soit pas conclu», a averti la chancelière allemande Angela Merkel, en prenant mercredi la relève de la présidence européenne. Cette issue fait peur aux entreprises britanniques, qui souhaitent être informées le plus rapidement possible de la possibilité ou non d'un accord, afin de déclencher promptement un coûteux plan d'urgence en cas de «no deal».

Le Premier ministre britannique Boris Johnson souhaite être fixé dès juillet sur la possibilité de cet accord, tandis que les Européens visent le mois d'octobre, estimant que cela laisse suffisamment de temps aux Etats membres et au Royaume-Uni pour ratifier le traité sur leur nouvelle relation, qui entrerait en vigueur le 1er janvier 2021.

Litanie de disputes 

A quelques semaines de l'échéance fixée par le Premier ministre conservateur, les divergences entre les deux parties restent importantes. Londres refuse ainsi d'accepter que les futurs différends commerciaux tombent sous la juridiction de la Cour européenne de justice. Le Royaume-Uni souhaite aussi qu'une part beaucoup plus importante des zones de pêche qu'il partage actuellement avec le bloc des 27 lui soit réservée.

L'autre point d'achoppement des négociations porte sur la marge d'autonomie du Royaume-Uni par rapport aux normes européennes en matière d'aides étatiques à l'économie, d'environnement et de droit du travail. Les négociations qui s'ouvrent lundi à Londres tâcheront d'accélérer les choses, après une semaine difficile à Bruxelles et un premier volet de discussions qui avaient eu lieu au printemps par vidéoconférence, en raison de l'épidémie de nouveau coronavirus. Si les deux parties ne parviennent tout de même pas à se mettre d'accord, seules les règles de l'Organisation mondiale du commerce (OMC), avec leurs droits de douane élevés, s'appliqueraient à partir de janvier 2021 aux relations commerciales entre ces anciens partenaires.     

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Merkel envisage toujours un «no-deal» sur le Brexit
La chancelière allemande Angela Merkel a appelé, mercredi, l'Union européenne à se préparer à une éventuelle absence d'accord dans les négociations en cours sur la future relation commerciale avec le Royaume-Uni.
German Chancellor Angela Merkel speaks at the Bundestag, Germany's lower house of parliament, during a session to answer MPs questions on July 1, 2020 in Berlin. (Photo by John MACDOUGALL / AFP)
Londres et l'UE lancent une négociation marathon
Britanniques et Européens affichent un optimisme prudent au moment d'entamer ce lundi cinq semaines d'intenses discussions, destinées à progresser enfin sur la relation post-Brexit et éviter un «no deal» catastrophique en fin d'année.
ARCHIV - 29.01.2016, Belgien, Brüssel: Eine Flagge Großbritanniens weht vor dem Gebäuder der Europäischen Kommission. (zu dpa: «Politik und Wirtschaft wollen Klarheit für Zeit nach Brexit») Foto: Laurent Dubrule/EPA/dpa +++ dpa-Bildfunk +++
«Un nouvel élan» aux négociations post-Brexit
Alors que le fossé est béant entre leurs positions, les dirigeants de l'UE et le Britannique Boris Johnson appellent à trouver «rapidement un terrain d'entente sur les principes qui sous-tendent tout accord». Car pour le moment, «on n'est nulle part», résume un haut responsable européen.
European Council President Charles Michel (R) and European Commission President Ursula von der Leyen are sen on screen as they hold a videoconference  prior to EU-UK talks via videoconference, at the European Council building in Brussels on June 15, 2020. - EU chiefs held a videoconference with the British prime minister on June 15 to breathe new life into stalled post-Brexit trade talks, with both sides entrenched in long-held positions. Expectations are low for the long-planned meeting, with all sides agreeing last week that trade negotiations would be intensified over the coming months. (Photo by Francisco Seco / POOL / AFP)
Pas de transition prolongée avant le Brexit
Le Royaume-Uni «a confirmé formellement» vendredi à l'Union européenne ne pas souhaiter l'extension de la période de transition expirant fin décembre. Il s'agit du temps pendant lequel ils doivent s'accorder sur leur relation post-Brexit. Un mini-sommet consacré à ces négociations aura lieu lundi.
Anti-Brexit activist Steve Bray wearing PPE (personal protective equipment) of a face mask as a precautionary measure against COVID-19, holds placards as he demonstrates outside the Houses of Parliament, in central London on June 10, 2020 - �Britain on Friday said there had been little movement in the latest round of post-Brexit trade talks with the EU, calling for both sides to double down and speed up negotiations to secure a deal. (Photo by Tolga Akmen / AFP)
Londres imposera des contrôles moins rigoureux
Avant une rencontre virtuelle le 15 juin, l'UE et Londres vont intensifier leurs négociations pour tenter de trouver un accord sur leur relation post-Brexit. En attendant, le gouvernement britannique a décidé d'assouplir sa politique de contrôle aux frontières sur les biens.
Londres et l'UE loin d'un compromis autour du Brexit
Entravées par la pandémie, les négociations entre les représentants britanniques et européens Londres et Bruxelles reprennent mardi sans grand espoir de sortir de l'impasse, malgré la pression du calendrier et le risque d'un «no deal».
(FILES) In this file photo taken on March 2, 2020 European Union chief Brexit negotiator Michel Barnier (R) and the British Prime Minister's Europe adviser David Frost pose for a photograph at start of the first round of post-Brexit trade deal talks between the EU and the United Kingdom, in Brussels. - Incapable of the slightest advance for three past months, British and Europeans seem to be embarking on a dead end when approaching, with a certain tension, the fourth round of negotiations, yet crucial on their post-Brexit relationship, that will take place on June 2, 2020. (Photo by Olivier HOSLET / POOL / AFP)
Les discussions post-Brexit dans l'impasse
A quelques jours de la reprise des négociations entre les représentants de l'Union européenne et du Royaume-Uni, le projet d'accord sur les futures relations entre les deux parties est au point mort. Mais pour l'eurodéputé luxembourgeois Christophe Hansen, «l'objectif reste de trouver un accord global».
ARCHIV - 10.04.2019, Großbritannien, London: Die Sterne einer EU-Fahne scheinen durch eine britische Fahne hindurch. (zu dpa "Das vergessene Brexit-Drama: Es wird wieder einmal schwierig") Foto: Yui Mok/PA Wire/dpa +++ dpa-Bildfunk +++
Bruxelles monte le ton face à Londres
Le négociateur en chef de l'UE sur le Brexit, le très policé Michel Barnier, a accablé vendredi les Britanniques, à l'issue d'une semaine de discussions sur les futures relations post-Brexit.
EU Chief Negotiator - Task Force for the Preparation and Conduct of the Negotiations with the United Kingdom under Article 50 TEU. 2015-2016- Michel Barnier leave at the end of the press conference at  the European Commission in Brussels, on April 24, 2020. (Photo by Olivier Matthys / POOL / AFP)
La pandémie pèse même sur le Brexit
Les négociations entre l'Union européenne et le Royaume-Uni sur leur relation post-Brexit reprennent lundi. Mais la longue interruption pour cause d'épidémie de covid-19 rend incertaine la perspective d'un accord d'ici fin décembre.
Exterior cleaning contractor Robin Barclay from Flamingo Exterior Cleaning voluntarily disinfects public surfaces in Ayr town Centre on the west coast of Scotland on April 18, 2020 as life in Britain continues under lockdown to halt the spread of the coronavirus COVID-19 illness. - Malcolm Bennet and Robin Barclay, owners of Flamingo Exterior Cleaning, have been donating their time and materials to clean and disinfect public spaces in towns around Aryshire on the west coast of Scotland as a way of contributing to the fight against the spread of the new coronavirus amid a deadly global pandemic. (Photo by ANDY BUCHANAN / AFP)