Changer d'édition

Les masques chirurgicaux lavables, donc réutilisables
International 2 min. 11.11.2020

Les masques chirurgicaux lavables, donc réutilisables

Jeter un masque dans la nature peut donner lieu à un avertissement taxé.

Les masques chirurgicaux lavables, donc réutilisables

Jeter un masque dans la nature peut donner lieu à un avertissement taxé.
Chris Karaba
International 2 min. 11.11.2020

Les masques chirurgicaux lavables, donc réutilisables

Anne-Sophie de Nanteuil
Anne-Sophie de Nanteuil
Les protections buccales jetables peuvent en réalité être nettoyées et réutilisées jusqu'à dix fois. Cela tout en conservant leurs capacités de filtration, assure l'UFC-Que Choisir, association française de défense du consommateur.

Une «bonne nouvelle pour le porte-monnaie et la planète», s'enthousiasme l'UFC-Que Choisir. Selon une étude de l'association de consommateurs française, si les masques chirurgicaux sont théoriquement destinés à être jetés après quatre heures d'utilisation ou dès qu'ils sont humides, ils peuvent en réalité être lavés et réutilisés. «Ils conservent de très bonnes capacités de filtration après 10 lavages en machine à 60°C», soulignent Anne-Sophie Stamane et Gabrielle Théry, les auteurs de l'enquête.

Après plusieurs passages en machine, les masques jetables restent en effet «bien au-dessus des exigences minimales des masques en tissu» certifiés Afnor, constate l'UFC-Que Choisir. Autrement dit, ils conservent leurs facultés à faire barrière aux particules et aux virus.


Politik, Presskonferenz, Covid-19, Claude Meisch und Paulette Lenert. Foto: Chris Karaba/Luxemburger Wort
Les quatre vérités de Paulette Lenert sur le masque
A l'occasion d'une réponse parlementaire, la ministre de la Santé a fait le point sur le rôle de la protection buccale, son bon usage et ses limites mais aussi ses risques.

Quant au critère de respirabilité, les masques jetables passés en machine s'approchent suffisamment du confort des modèles en tissu, du moins lors «d'activités calmes». Néanmoins, ce constat n'est en rien une vérité générale. Parmi les modèles testés, deux modèles sur trois «se situent très au-delà du minimum requis», prévient ainsi l'UFC-Que Choisir. 

Mais les avantages ne s'arrêtent pas là. Le lavage des masques chirurgicaux permet en effet aussi de faire des économies. «Même si le prix des masques a tendance à diminuer depuis le début de la crise», le budget des protections buccales représente un «budget considérable», rappelle Franck Attia, rédacteur en chef d'UFC-Que Choisir, sur les ondes de Franceinfo ce mercredi. «On peut faire de substantielles économies en utilisant à peu près dix fois son masque.», assure-t-il ainsi. 


Pour les malentendants, les expressions du visage et la lecture sur les lèvres viennent compléter l'écoute.
Les malentendants face à l'épreuve des masques
S'il permet de lutter contre la propagation du covid-19, le port d'une protection buccale pénalise une frange de la population, notamment les personnes sourdes et malentendantes. Car cette protection les empêche de lire sur les lèvres, les isolant un peu plus du monde extérieur.

Sans oublier l'impact sur l'environnement. Les masques chirurgicaux sont en effet constitués de «plastiques non recyclables», rappellent les auteurs de l'enquête avant d'ajouter que la réutilisation des protections buccales jetables s'avère donc «salutaire» pour la planète.

Pour rappel, le port d'une protection buccale est obligatoire au Luxembourg depuis le 20 avril dernier, notamment dans les transports en commun, les commerces ou dès lors qu'une distanciation sociale est impossible. 

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Des masques non conformes distribués aux dentistes
A travers un courrier envoyé mardi, le ministère de la Santé a averti tous les praticiens dentaires du pays que deux modèles de protections FFP2 ne remplissent pas certaines normes européennes. Ils ont aussitôt été retirés du marché.
Les malentendants face à l'épreuve des masques
S'il permet de lutter contre la propagation du covid-19, le port d'une protection buccale pénalise une frange de la population, notamment les personnes sourdes et malentendantes. Car cette protection les empêche de lire sur les lèvres, les isolant un peu plus du monde extérieur.
Pour les malentendants, les expressions du visage et la lecture sur les lèvres viennent compléter l'écoute.
Un masque jeté, une amende dressée
Abandonnée dans les rues ou dans la nature, la protection buccale constitue une pollution bien délicate à éliminer. Face au nombre croissant de masques chirurgicaux trainant au sol, le ministère de l'Environnement envisage de sanctionner les fautifs.