Changer d'édition

Les masques Avrox retirés du marché en Belgique
International 2 min. 25.02.2021

Les masques Avrox retirés du marché en Belgique

Les pharmacies belges ne sont plus autorisées à distribuer les masques Avrox dont elles avaient reçu livraison l'été dernier.

Les masques Avrox retirés du marché en Belgique

Les pharmacies belges ne sont plus autorisées à distribuer les masques Avrox dont elles avaient reçu livraison l'été dernier.
Photo: Shutterstock
International 2 min. 25.02.2021

Les masques Avrox retirés du marché en Belgique

Patrick JACQUEMOT
Patrick JACQUEMOT
Le ministre belge de la Santé, Frank Vandenbroucke, recommande que les protections fournies par la firme "luxembourgeoise" Avrox ne soient plus distribuées, ni portées.

Après les révélations publiées en début de semaine sur une potentielle nocivité des masques Avrox, voilà le Conseil supérieur de la santé (CSS) belge qui intervient. Et sa sentence est claire : en raison de la suspicion de toxicité des nanoparticules d'argent et de titane dioxyde de carbone, les masques doivent être retirés du marché. Une déclaration aussitôt suivie d'une réaction du ministre belge de la Santé.


14.02.2021, Niedersachsen, Steinhude: Ein Schild weist auf die Maskenpflicht zur Eindämmung der Corona-Pandemie hin, während Menschen bei Sonnenschein auf dem zugefrorenen Steinhuder Meer unterwegs sind. Foto: Moritz Frankenberg/dpa +++ dpa-Bildfunk +++
Les masques Avrox refont tousser en Belgique
Les protections fournies par la société luxembourgeoise à l'Etat belge contiendraient des particules nocives à la santé. Un chapitre de plus pour ce contrat décidément rocambolesque.

Ainsi, officiellement, Frank Vandenbroucke recommande à son tour que ces protections en tissu n'aient plus cours dans le pays. Énième rebondissement de ce qui ressemble désormais à un scandale sanitaire en plus d'un gâchis financier (37 millions d'euros dépensés par l'Etat pour la fourniture de ces masques).

Les pharmacies belges sont ainsi invitées à ne plus vendre ces protections; les citoyens à ne plus les utiliser et la Défense belge qui en conservait près de 3,5 millions d'unités dans ses stocks à ne pas les distribuer. Le gouvernement belge, au printemps dernier, en avait commandé près de 15 millions auprès de la firme basée au Luxembourg qui, pourtant, ne semblait pas exactement spécialisée dans ce type de produits, ni même d'avoir déjà assumé de marché de pareille ampleur.  Le ministre de la Défense de l'époque, Philippe Goffin, avait alors assuré que toutes les règles des marchés publics avaient été respectées. Sans pour autant vraiment convaincre.

Après moult rebondissements dans la livraison, un trouble était déjà apparu en 2020 sur la qualité des masques achetés et distribués en pleine première vague. En effet, les sachets proposés à la population faisaient état d'un label de qualité indûment indiqué


Avrox à nouveau sur le gril
Après avoir été la cible d'une information judiciaire en fin de semaine dernière, la société luxembourgeoise est accusée à présent d'avoir fourni un mauvais guide d'utilisation du matériel et d'afficher le mauvais logo sur les masques fournis à la Belgique. «Une erreur technique», se défend l'entreprise.

La présence de fines particules d'argent et de dioxyde de titane dans le tissu des masques pourrait, à terme, s'avérer nuisible à la santé des utilisateurs. Et plus particulièrement des personnes souffrant déjà de problèmes aux voies respiratoires, un comble.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

A travers un courrier envoyé mardi, le ministère de la Santé a averti tous les praticiens dentaires du pays que deux modèles de protections FFP2 ne remplissent pas certaines normes européennes. Ils ont aussitôt été retirés du marché.
L'Institut luxembourgeois de la normalisation, de l'accréditation, de la sécurité et qualité des produits et services délivre ce jeudi un avertissement de sécurité. Les masques «FFP2 Nanosilber antimikrobielle Mund-Nasenschutz» sont retirés du marché et rappelés auprès du consommateur.
La société luxembourgeoise a bien livré les 15 millions de masques attendus par l'Etat belge, mais à quel prix? Polémique sur la nature de la société, retards dans la remise des échantillons comme dans la livraison globale, doutes sur la qualité. Les dirigeants d'Avrox s'expliquent. Enfin.
Daniel Lev, Owner and CEO of the Sion Medical factory, the country's first production line of N95 masks, displays a mask made at his factory in the southern Israeli city of Sderot on, June 15 2020. - Israel said it had opened a factory to make millions of high-spec masks as it prepares for a possible "second wave" of coronavirus cases. "We are preparing for a second wave of the virus," said Defence Minister Benny Gantz, announcing the country's first production line of N95 masks. Gantz said the local production "removes our dependence on foreign factors and contributes to the Israeli economy during a difficult period." (Photo by MENAHEM KAHANA / AFP)