Changer d'édition

Les jets privés vers Ibiza et Paris se multiplient
International 4 min. 28.08.2022
Les riches échappent au chaos des voyages

Les jets privés vers Ibiza et Paris se multiplient

Un vol privé de Paris à Mykonos coûte désormais environ 25.000 euros, soit près de deux fois plus qu'il y a un an.
Les riches échappent au chaos des voyages

Les jets privés vers Ibiza et Paris se multiplient

Un vol privé de Paris à Mykonos coûte désormais environ 25.000 euros, soit près de deux fois plus qu'il y a un an.
Photo : Shutterstock
International 4 min. 28.08.2022
Les riches échappent au chaos des voyages

Les jets privés vers Ibiza et Paris se multiplient

Plus de 12.000 jets privés ont décollé de Londres rien qu'en juillet, alors que des milliers de vols ont été annulés dans un contexte de pénurie de main-d'œuvre.

(Bloomberg) - Alors que l'Europe est aux prises avec un été de chaos en matière de trafic aérien, les plus riches prennent de plus en plus leurs propres dispositions.


ARCHIV - 11.10.2021, Italien, Rom: Ein Airbus A320 EasyJet (A320-214) hebt am Leonardo da Vinci International Airport ab. (zu dpa: �Easyjet will weitere 56 Airbus-Jets kaufen�) Foto: Massimo Insabato/Mondadori Portfolio via ZUMA/dpa +++ dpa-Bildfunk +++
Des vols Easyjet annulés ce weekend vers le Portugal
Luxairport annonce l'annulation de plusieurs vols à destination du Portugal ce vendredi, samedi et dimanche.

L'utilisation des jets privés a augmenté de près d'un tiers ces derniers mois par rapport aux niveaux antérieurs à la pandémie, ce qui a mis à rude épreuve la capacité des aéroports d'Ibiza à Mykonos et a provoqué une réaction politique en France.

Londres a enregistré le plus grand nombre de vols privés - plus de 12.000 en juillet - tandis que Naples, Amsterdam et Berlin ont connu les plus fortes augmentations du trafic privé parmi les aéroports les plus populaires par rapport aux niveaux de 2019, selon les données compilées par l'association européenne de l'aviation d'affaires.

Des dizaines de milliers de vols réguliers annulés

Cette hausse s'explique par le fait que les Européens, impatients de voyager après la levée des restrictions imposées par le Covid, ont afflué vers les compagnies aériennes qui ont eu du mal à recruter le personnel qu'elles ont licencié pendant la pandémie. British Airways, Lufthansa et d'autres grandes compagnies ont annulé des dizaines de milliers de vols intra-européens cet été en raison de la pénurie de travailleurs.

«Le niveau de commodité est tout simplement incomparable lorsque l'on s'en remet à des compagnies aériennes régulières qui ne se sont pas remises en selle», a déclaré Richard Koe, directeur général de la société de conseil en aviation WingX. Le nombre de personnes qui prennent un vol privé pour la première fois a augmenté de 40 %, a-t-il ajouté.


Remboursement d'un billet d'avion, un parcours du combattant
Pendant la pandémie, et encore aujourd'hui, de nombreux vols ont été ou sont annulés. Mais les passagers ne sont pas tous remboursés dans les sept jours.

Certains PDG européens ont opté pour ce mode de transport afin d'éviter les perturbations, tout comme de nombreux voyageurs américains fortunés qui profitent des récents gains du dollar par rapport à l'euro. L'Amérique du Nord a représenté la plus grande partie des arrivées internationales en Europe.

Cette croissance rapide a déclenché une tempête politique en France sur les émissions de carbone des jets privés, alors que le pays tente d'atteindre ses objectifs climatiques. Dans une interview accordée le 20 août au Parisien, le ministre des transports, Clément Beaune, a déclaré qu'il souhaitait exiger que les jets privés rendent publics les détails de leurs vols et définir des lignes directrices pour leur utilisation lorsque des options ferroviaires ou aériennes commerciales sont disponibles.

Le jet privé, moyen de transport critiqué

Au Royaume-Uni, où les tabloïds dénoncent depuis longtemps l'utilisation de jets privés par des célébrités, des membres de la famille royale et d'autres personnes, cette évolution suscite également l'attention. Avec la montée en flèche de l'inflation et la crise du coût de la vie qui frappent les classes moyennes et inférieures, l'essor des jets privés est devenu un élément clé du contraste économique dans le pays.

Londres a signalé 37% de vols privés en plus en juillet par rapport à la même période en 2019, tandis que Paris a connu une augmentation de 43%, selon les données. Globalement en Europe, le trafic privé a augmenté de près de 30 % par rapport aux niveaux d'avant la pandémie, pour atteindre près de 179.000 vols.

Ces chiffres sont d'autant plus frappants que le trafic aérien en provenance de Russie a chuté à la suite de la guerre en Ukraine et des sanctions internationales sévères. En juillet, Moscou n'a signalé que 354 vols privés, soit une fraction des 1.862 vols enregistrés il y a trois ans.

L'aviation privée a connu son propre lot de perturbations. De nombreux jets, par exemple, sont hors service en raison de retards de maintenance dus à des problèmes de chaîne d'approvisionnement en Chine.

«Les gens avaient l'habitude d'appeler 24 ou 48 heures à l'avance pour obtenir un avion pour Ibiza», a déclaré Isabelle Clerc, responsable des ventes chez Aeroaffaires, un réseau d'opérateurs de jets privés en Europe. «Ce n'était pas un problème l'année dernière, mais cette année, si vous n'avez pas réservé une semaine avant, vous pouvez l'oublier».

Forte hausse des tarifs

Les prix ont augmenté en conséquence, sous l'effet non seulement du manque d'avions mais aussi d'une hausse de 73 % du prix du kérosène depuis l'été dernier. Un vol privé de Paris à Mykonos coûte désormais environ 25.000 euros, soit près de deux fois plus qu'il y a un an, selon Aeroaffaires.

Avec une possible récession mondiale à l'horizon, les perspectives ne sont pas claires. Koe, de WingX, a déclaré que la tension actuelle sur le marché des jets privés pourrait se poursuivre si les compagnies aériennes sont contraintes de continuer à réduire leurs vols pendant l'hiver.

Clerc se montre plus prudent. «Même si nous avons eu une très bonne année, cela ne signifie pas que cela va augmenter, augmenter et augmenter encore», a déclaré Clerc. «Il y aura une stabilisation, et cet automne et l'hiver prochain ne seront pas des périodes faciles».

Cet article est paru une première fois sur le site du Luxembourg Times.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.