Changer d'édition

Les géants de la tech sous le feu des projecteurs politiques
International 4 min. 29.07.2020

Les géants de la tech sous le feu des projecteurs politiques

Mark Zuckerberg (Facebook), Sundar Pichai (Google) Tim Cook (Amazon) et Jeff Bezos (Amazon) se défendront devant la commission judiciaire de la Chambre des représentants.

Les géants de la tech sous le feu des projecteurs politiques

Mark Zuckerberg (Facebook), Sundar Pichai (Google) Tim Cook (Amazon) et Jeff Bezos (Amazon) se défendront devant la commission judiciaire de la Chambre des représentants.
AFP
International 4 min. 29.07.2020

Les géants de la tech sous le feu des projecteurs politiques

Les patrons de Google, Facebook, Amazon et Apple, quatre entreprises qui dominent largement l'internet mondial, seront ce mercredi face à la Chambre des représentants. Les élus sont remontés contre cette toute puissance qui leur échappe.

(AFP) - Pandémie de coronavirus oblige, Sundar Pichai (Alphabet, maison-mère de Google), Tim Cook (Apple), Mark Zuckerberg (Facebook) et Jeff Bezos (Amazon) s'exprimeront par visioconférence face à la commission judiciaire de la Chambre des représentants ce mercredi après-midi à Washington.

Le thème a beau être indiqué en toutes lettres («examiner la domination d'Amazon, Apple, Facebook et Google»), rien ne dit que les parlementaires s'en tiennent à l'examen des pratiques concurrentielles des GAFA. A gauche comme à droite, et à moins de 100 jours des élections, ils pourraient se montrer particulièrement agressifs contre Facebook, dont les élus ne peuvent se passer pour faire campagne. 


(COMBO) This combination of pictures created on July 10, 2019 shows a Facebook logo on July 4, 2019 in Nantes, an Apple logo in San Francisco on September 7, 2016, a Google logo in China's Chongqing on August 23, 2018, and an Amazon logo in New York on September 28, 2011. - US President Donald Trump has ordered an investigation into France's planned tax on internet services that will hit American tech giants especially hard, officials said on July 10, 2019. The investigation into unfair trade practices could pave the way for Washington to impose punitive tariffs, something Trump has done repeatedly since taking office. (Photos by AFP) / - China OUT
La taxe française sur les «Gafa» adoptée
Le Parlement français a adopté définitivement jeudi, par un ultime vote à main levée du Sénat, l'instauration d'une taxe sur les géants du numérique, sur fond de tensions avec les Etats-unis qui menacent la France de représailles.

«J'ai peur que l'audience ne se transforme en discussion sur la régulation des contenus, avec la gauche qui veut forcer les plateformes à lutter contre les contenus qui promeuvent la haine et la désinformation, tandis que la droite veut les forcer à les autoriser», commente Mark Lemley, professeur de droit à l'université de Stanford. Facebook subit en ce moment un boycott publicitaire d'un millier d'annonceurs, orchestré par la société civile, qui trouve le groupe trop laxiste en termes de modération des contenus, notamment d'extrême droite. 

Les républicains, Donald Trump en tête, s'estiment quant à eux censurés par les plateformes. Ironiquement, les politiques, qui s'adressent avant tout à leur circonscription, chercheront à susciter une scène qui fera «une vidéo YouTube virale», remarque Eric Goldman, directeur du High-Tech Law Institute de la Santa Clara University. 

Rêve américain 

Google et Facebook accaparent l'essentiel des recettes publicitaires numériques mondiales grâce aux données personnelles de leurs milliards d'utilisateurs. Apple et Amazon, eux, sont accusés d'être juge et partie sur leurs plateformes, l'app store pour l'un et le site de e-commerce pour l'autre. Mardi, les quatre patrons ont pris les devants en publiant leurs discours d'ouverture. 

Mark Zuckerberg, le patron de Facebook soutient l'idée de promulguer de nouvelles lois pour mieux réguler les plateformes numériques.
Mark Zuckerberg, le patron de Facebook soutient l'idée de promulguer de nouvelles lois pour mieux réguler les plateformes numériques.
Photo: AFP

 Tous comptent jouer sur la fibre patriotique des élus américains. Leurs sociétés, «fièrement américaines», comme dit Mark Zuckerberg au sujet de Facebook, doivent leur succès aux valeurs et lois du pays - démocratie, liberté, inclusivité, innovation, compétition, etc. «Il n'y a pas de garanties que nos valeurs vont gagner. La Chine par exemple construit sa propre version d'internet sur des idées très différentes, et exporte cette vision dans d'autres pays», assène le jeune milliardaire. 

Ils mettent aussi en avant leurs investissements et leurs créations d'emplois aux Etats-Unis, ainsi que leur parcours personnels. Surtout, ils assurent favoriser la compétition et faire face à une concurrence féroce. «Apple n'est dominant sur aucun des marchés où nous faisons des affaires», pointe Tim Cook, le patron du fabricant de l'iPhone. 


Bruxelles veut mieux taxer les géants du numérique
L'Union européenne a lancé mercredi une offensive pour mieux taxer les géants du net, dont Facebook éclaboussé par un scandale sur la protection des données, sur fond de menace de guerre commerciale avec les Etats-Unis.

Des lois et des hommes 

La commission judiciaire enquête depuis des mois sur de possibles abus de position dominante, mais l'audition a peu de chance d'avoir des conséquences majeures. Contrairement aux autorités européennes, les Etats-Unis se sont montrés plutôt frileux sur la question jusqu'à présent. La loi américaine, telle qu'appliquée ces dernières années, exige, pour autoriser des mesures contre les entreprises, que leurs agissements fassent clairement du tort aux consommateurs, en conduisant à une hausse des prix par exemple. 

Les échanges pourraient cependant aider les élus à déterminer s'il faut promulguer de nouvelles lois pour mieux réguler les plateformes numériques. Une idée que soutient Mark Zuckerberg, du moins pour la modération des contenus: dans son discours, il rappelle qu'à son avis les gouvernements devraient «jouer un rôle plus actif» pour «mettre à jour les règles de l'internet».


Sur le même sujet

Facebook, 15 ans, en pleine crise d'adolescent
Quinze ans après sa naissance dans un dortoir de Harvard, Facebook est devenu le premier réseau social du monde, avec plus de 2 milliards d'usagers. Un succès qui vient avec son cortège d'ombres.
(FILES) In this file photo taken on January 15, 2019 a man shows the logo of social network Facebook displayed on a smartphone in Nantes, western France. - Facebook said January 31, 2019 it took down hundreds of accounts from Iran that were part of a vast manipulation campaign operating in more than 20 countries. The world's biggest social network said it removed 783 pages, groups and accounts "for engaging in coordinated inauthentic behavior tied to Iran." (Photo by LOIC VENANCE / AFP)
Nouveau scandale autour de Facebook et des données des utilisateurs
Facebook s'efforçait mercredi de minimiser la portée des nouvelles accusations dont il fait l'objet après une enquête du New York Times révélant que le réseau social a partagé les données de ses utilisateurs au bénéfice de géants du Web comme Amazon, Spotify, Microsoft et Netflix.
Facebook: les plaintes seraient transmises à l'Irlande
Des Luxembourgeois sont-ils concernés par la transmission de données par Facebook à Cambridge Analytica? Si c'était le cas, les plaintes à la Commission nationale de protection des données iraient... en Irlande, explique le Premier ministre et ministre des Communications, Xavier Bettel.
ILLUSTRATION - 25.03.2018, Großbritannien, London: Das Logo von Facebook ist auf dem Display eines Smartphones zu sehen. (zu dpa "Facebook entschuldigt sich in Zeitungsanzeige für Vertrauensbruch" vom 27.03.2018) Foto: Dominic Lipinski/PA Wire/dpa +++ dpa-Bildfunk +++
Modification: Facebook va mettre en avant les infos locales
Facebook va rendre plus visibles les informations locales sur le fil d'actualités de ses utilisateurs, d'abord aux Etats-Unis puis dans d'autres pays, nouvelle déclinaison de ses actions censées limiter la désinformation et les divisions au sein de la société.
"Des informations locales contribuent à créer une communauté, sur internet comme dans la vie", écrit le patron de Facebook Mark Zuckerberg.