Changer d'édition

Les forces de l'ordre pointées du doigt à Paris
Le fameux restaurant Le Fouquet's a été incendié lors des émeutes samedi.

Les forces de l'ordre pointées du doigt à Paris

AFP
Le fameux restaurant Le Fouquet's a été incendié lors des émeutes samedi.
International 19 3 min. 18.03.2019

Les forces de l'ordre pointées du doigt à Paris

Le saccage des commerces sur les Champs-Elysées survenu samedi à l'occasion de l'acte 18 des «gilets jaunes» pose à nouveau des questions sur la stratégie de maintien de l'ordre dans la capitale. Les forces de l'ordre étaient-elles prêtes?

(AFP) - Trois manifestations importantes étaient prévues samedi dans la capitale: la «Marche du siècle» pour le climat, un cortège contre les violences policières et la mobilisation non déclarée des «gilets jaunes» qui a fait irruption dans le secteur de la place de l'Etoile et des Champs-Elysées. La préfecture avait mobilisé quelque 5.000 forces de l'ordre dont une quarantaine d'unités CRS et gendarmes mobiles. 51 détachements d'action rapide, les fameux «DAR» constitués depuis le fiasco du 1er décembre, étaient à pied d'oeuvre pour interpeller les fauteurs de troubles. 

Vaste périmètre de sécurisation autour des institutions, contrôles préventifs dans les gares et aux abords des lieux de rassemblement: les autorités avaient déployé la panoplie désormais classique de l'ordre public, les samedis dans la capitale. Elles avaient anticipé un regain de mobilisation avec la présence d'éléments présentés comme «radicaux» chez les «gilets jaunes». Selon Christophe Castaner, quelque 1.500 «ultra violents» étaient venus pour «casser». Sur les Champs, cela a duré toute la journée. Dimanche soir, le gouvernement a admis des «dysfonctionnements» dans le dispositif. 

Les black blocs déchaînés

«L'analyse des événements d'hier met en évidence qu'il s'est révélé insuffisant dans son exécution pour contenir ces violences et éviter les agissements des casseurs. Il faut tirer toutes les conséquences de ces dysfonctionnements», a déclaré Matignon à l'issue d'une réunion avec les ministres de l'Intérieur Christophe Castaner et de la Justice Nicole Belloubet ainsi que le secrétaire d'Etat Laurent Nunez. Que s'est-il passé? Rapidement en milieu de matinée, des éléments «radicaux» type black bloc sont venus très violemment au contact des forces de l'ordre qui avaient pour mission de sanctuariser le haut des Champs-Elysées et en particulier la place de l'Etoile. 

Repoussés vers le bas des Champs, lui aussi sanctuarisé, la manoeuvre a consisté à «figer» la manifestation sur l'avenue dont les accès perpendiculaires étaient également bloqués, observe un spécialiste du maintien de l'ordre. Elle a permis d'éviter que des cortèges de manifestants ne se disséminent dans Paris avec leur lot de désordres et dégradations. Inconvénient: cette stratégie d'«encagement», une vieille recette de l'ordre public à Paris, a laissé les «casseurs» aux prises avec les commerces des Champs-Elysées. Et les nuages de gaz lacrymogène qui ont été tirés durant toute la journée n'ont rien fait pour les en dissuader. 

Quelles solutions? 

Pour Frédéric Lagache, secrétaire général adjoint du syndicat policier Alliance, la solution passe par une réponse plus musclée: «Il faut assumer d'aller au contact et peut-être d'avoir des blessés. En face de nous, ce ne sont pas des enfants de choeur». Selon le syndicaliste, le contexte actuel avec des critiques croissantes sur l'action des forces de l'ordre, a joué sur les esprits et les décisions. «On a doté les collègues habilités à tirer aux lanceurs de balles de défense de cartouches à portée réduite de 6 à 7 mètres contre 40 précédemment», assure M. Lagache qui plaide également pour un durcissement des pratiques pénales contre les casseurs. 

Selon des sources syndicales, qui avancent le chiffre de 32, très peu de tirs de LDB ont été effectués samedi à Paris. La loi «anticasseurs» controversée mais poussée par l'exécutif a été adoptée par le Parlement mais doit encore passer sous les fourches caudines du Conseil constitutionnel. Peut-elle constituer un rempart contre les débordements? «Beaucoup de choses ont été faites depuis novembre, mais (...) sur ces sujets-là nous n'y sommes pas», a convenu Emmanuel Macron, samedi soir à Beauvau. 

«Je veux qu'on prenne dans les meilleurs délais des décisions fortes pour que cela n'advienne plus». Le Premier ministre «fera ses propositions d'adaptation au président de la République demain à 11h30 pour renforcer la doctrine et s'assurer à tout moment de la fermeté de son exécution. Les annonces seront faites dans les heures suivantes», a annoncé dimanche Matignon. 

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

L'acte 18 des «Gilets jaunes» sous tension
La journée est présentée comme un «ultimatum» au président Macron: des milliers de «gilets jaunes» ont commencé à se rassembler samedi à Paris, avec de premiers heurts en fin de matinée.
A Yellow Vest protester wearing a mask depicting the French President on which is written 'psycho', gestures behind flames rising from barricades, in Paris on March 16, 2019, during the 18th consecutive Saturday of demonstrations called by the 'Yellow Vest' (gilets jaunes) movement. - Demonstrators hit French city streets again on March 16, for a 18th consecutive week of nationwide protest against the French President's policies and his top-down style of governing, high cost of living, government tax reforms and for more "social and economic justice." (Photo by Zakaria ABDELKAFI / AFP)
«Gilets jaunes», acte VI: mobilisation en forte baisse
Pour son «acte VI» à trois jours de Noël, la mobilisation des «gilets jaunes» a fortement baissé samedi, de près de moitié par rapport à la semaine précédente, avec près de 40.000 participants dans divers défilés, barrages routiers et blocages aux frontières, parfois avec des heurts.
La mobilisation des «gilets jaunes» s'essouffle
Une mobilisation en net recul, des échauffourées dans quelques villes mais pas de casse: le mouvement des «gilets jaunes» s'est essoufflé samedi en France, contrastant avec les violents heurts des semaines précédentes pour réclamer à Emmanuel Macron plus de pouvoir d'achat.
TOPSHOT - A protester wearing a yellow vest (gilet jaune) waves the French national flag during a demonstration against rising costs of living blamed on high taxes on the Champs-Elysees in Paris, on December 15, 2018. - The "Yellow Vests" (Gilets Jaunes) movement in France originally started as a protest about planned fuel hikes but has morphed into a mass protest against President's policies and top-down style of governing. (Photo by Valery HACHE / AFP)
Gilets jaunes: Macron dit sa «honte» des violences à Paris
Un «acte 2» moins mobilisateur au niveau national, mais avec des incidents violents à Paris: la manifestation des «gilets jaunes» samedi sur les Champs-Elysées a donné lieu à des échauffourées et des interpellations, violences condamnées par Emmanuel Macron.
TOPSHOT - Yellow vests (Gilets jaunes) protestors stand behind a burning barricade during a protest against rising oil prices and living costs as night falls on the Champs Elysees in Paris, on November 24, 2018. - Security forces in Paris fired tear gas and water cannon on November 24 to disperse protesters. Several thousand demonstrators, wearing high-visibility yellow jackets, had gathered on the avenue as part of protests which began on November 17, 2018. (Photo by Bertrand GUAY / AFP)