Changer d'édition

Les fonctionnaires belges sensibilisés à l’égalité des genres
International 3 min. 03.06.2022 Cet article est archivé
Recommandations

Les fonctionnaires belges sensibilisés à l’égalité des genres

Il est suggéré aux fonctionnaires de recourir à l’écriture inclusive de façon parcimonieuse afin de ne pas surcharger les textes.
Recommandations

Les fonctionnaires belges sensibilisés à l’égalité des genres

Il est suggéré aux fonctionnaires de recourir à l’écriture inclusive de façon parcimonieuse afin de ne pas surcharger les textes.
Photo: Shutterstock
International 3 min. 03.06.2022 Cet article est archivé
Recommandations

Les fonctionnaires belges sensibilisés à l’égalité des genres

Max HELLEFF
Max HELLEFF
Un guide leur conseille de recourir notamment à l’écriture inclusive, mais de façon parcimonieuse.

L’administration belge est invitée à se mettre à la page en matière d’égalité des genres. Les fonctionnaires viennent de recevoir une brochure dans laquelle on peut lire par exemple que «la forme féminine entre parenthèses suggère qu’elle est d’une importance secondaire».


Elles s'engagent pour plus d'égalité dans la Grande Région
Que ce soit au sein d'associations, de collectifs ou au travers de leur travail, de nombreuses femmes se battent quotidiennement pour leurs droits, et ceux de leurs pairs. Zoom sur cinq parcours inspirants.

Pour y remédier, il leur est conseillé d’écrire «agent/agente» et non pas «agent(e)» lorsqu’ils doivent qualifier une personne par sa profession. De la même manière, il leur est demandé de ne plus écrire «Monsieur» ou «Madame», mais de se limiter aux nom et prénom. «Cher Monsieur» ou «Chère Madame» sont idéalement remplacés par «Cher» ou «Cher Client».

Il ne leur est pas interdit par ailleurs de recourir à quelques trucs et astuces. Par exemple, le terme féminin sera de préférence placé en premier dans une phrase. «De cette manière, l’accord au masculin ne semblera pas étranger». On écrira donc: «Les voyageuses et les voyageurs seront informés».  Le conseil est également de féminiser les titres et les fonctions (autrice, professeure), de recourir à «la double forme» (les voyageurs et les voyageuses), de faire usage du point médian (les employé.e.s) et d’utiliser des mots qui ont la même forme au masculin et au féminin (termes épicènes).

Au final, l’objectif de la démarche est de «mieux représenter les genres» et de «visibiliser les femmes dans la langue» par le truchement de l’écriture administrative.

Mais le terrain est sensible et la brochure prend la précaution de préciser que son but «n’est bien évidemment pas d’imposer l’usage de l’écriture inclusive à l’ensemble de l’administration fédérale mais de s’accorder sur certains principes de base». Il est en outre suggéré aux fonctionnaires de recourir à l’écriture inclusive de façon parcimonieuse afin de ne pas surcharger les textes.

L’initiative est diversement appréciée. «Ce guide me semble être un premier pas important. D’autres mesures suivront sans aucun doute», indique à l’agence Belga Sofie Verhalle, formatrice chez RoSa, une association qui combat «le sexisme et le système qui l’entretient: le capitalisme».  Selon elle, il est important d’éviter les règles obligatoires. Pour Anne Dister, une linguiste de l’ULB citée par la chaîne publique francophone RTBF, on ne mesure pas l’exigence que demande cette écriture inclusive: il y a le point médian, utilisé un peu n’importe comment, et pas forcément facile à lire, mais il y a aussi le fait de se surveiller en permanence pour suivre les autres principes qui n’ont rien de spontané.

D’autres estiment au contraire que le guide proposé au fonctionnaire belge ne va pas assez loin. Dans les colonnes du Soir, l’experte en genre Alicia Novis affirme qu’on «pourrait utiliser de nouveaux mots comme le pronom 'iel' ou dire 'toustes' à la place de toutes et tous.»

«Je crois, ajoute-t-elle, que la Belgique est plus frileuse que d’autres pays francophones», dont le Québec. «Peut-être que les Belges n’osent pas sortir des rangs pour être bien vus par rapport à la France et le 'bien-parler' de la fameuse Académie française…»

En matière linguistique, Bruxelles lorgne de fait sur Paris. Et l’on se rappelle qu’en mai 2021, l’ex-ministre français de l’Education nationale Jean-Michel Blanquer avait été à l’initiative d’une circulaire proscrivant le recours en classe à l’écriture inclusive, particulièrement le point médian. Le texte préconisait en revanche la féminisation des métiers et des fonctions. Son successeur Pap Ndiaye pourrait revoir la copie...

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.