Changer d'édition

Les finances publiques belges se dégradent
International 3 min. 25.02.2020 Cet article est archivé

Les finances publiques belges se dégradent

Le socialiste Paul Magnette plaide en faveur de l’instauration d’un gouvernement provisoire qui pourrait s’atteler à la gestion des dossiers urgents, dont le budget.

Les finances publiques belges se dégradent

Le socialiste Paul Magnette plaide en faveur de l’instauration d’un gouvernement provisoire qui pourrait s’atteler à la gestion des dossiers urgents, dont le budget.
Photo: Shutterstock
International 3 min. 25.02.2020 Cet article est archivé

Les finances publiques belges se dégradent

Faute d'un gouvernement de plein droit, les corrections nécessaires ne peuvent être mises en vigueur. Le pays risque de perdre d'un côté ce qu'il a gagné de l'autre.

Par Max Helleff (Bruxelles) - Les nuages noirs s’accumulent sur les finances publiques belges. A la mi-février, la Banque nationale de Belgique (BNB) estimait que le pays résistait plutôt mieux au ralentissement économique mondial que ses voisins de la zone euro. En revanche,  les chiffres démontraient que son déficit public s’était creusé durant l’année précédente, passant de 0,7% du PIB en 2018 à 1,7% en 2019. Et pour cause: le gouvernement fédéral, en affaires courantes depuis décembre 2018, n’a pris aucune mesure pour contrôler le dérapage des finances publiques.

Comme si cela ne suffisait pas, la Belgique vient d’être rappelée à l’ordre par le Fonds monétaire international (FMI).  Il n'y a pas de temps à perdre pour relancer le moteur des réformes. Nous demandons au prochain gouvernement de s'y atteler»,  a lancé la cheffe de mission Delia Velculescu, en présentant son rapport d'analyse de l'économie belge.

Le FMI confirme l’analyse de la Banque nationale. L'économie belge a continué de fonctionner de façon «relativement satisfaisante», les 70.000 emplois créés faisant reculer le chômage de manière constante. La croissance du PIB a atteint 1,4% en 2019. En revanche, la Belgique est confrontée à une détérioration de ses finances publiques et le gouvernement étant en affaires courantes, la marge d'action est limitée, souligne le FMI. Le tax shift, soit la réforme fiscale mise en place par le gouvernement Michel, n’a pas eu de surcroît le succès escompté.

Dans le rouge

En 2020,  la croissance du PIB devrait atteindre 1,2%. Du moins, si elle ne paie pas les pots cassés des tensions commerciales entre les Etats-Unis et la Chine, mais aussi de l'épidémie de coronavirus désormais présente en force en Italie. 

«La Belgique doit pouvoir poursuivre les réformes entamées par le précédent gouvernement. La future formation doit mettre à profit son mandat pour mettre en œuvre des réformes visant à renforcer la résilience financière et budgétaire et doper la croissance», a souligné le FMI.  Selon sa cheffe de mission Delia Velculescu, les responsables politiques doivent «s'attacher à limiter les risques en renforçant notamment le contrôle des dépenses et en résistant aux pressions qui aggraveraient davantage le déficit».

Si l’on ajoute les Régions au fédéral, la Belgique serait aujourd’hui dans le rouge à hauteur d’une quinzaine de milliards d’euros. Et rien à l’horizon ne permet de dire quand elle aura enfin un gouvernement de plein droit pour corriger le tir.


La majorité des sondés disent se sentir en colère, inquiets, amers ou anxieux. De quoi inquiéter le Premier ministre, Sophie Wilmes.
Un sondage impitoyable pour les politiques belges
Près de la moitié des 4.000 personnes interrogées estiment que les hommes et femmes politiques sont corrompus.

C’est pourquoi certains – comme le socialiste Paul Magnette – plaident en faveur de l’instauration d’un gouvernement provisoire qui pourrait s’atteler à la gestion des dossiers urgents, dont le budget.

Pour compléter le tableau, on ajoutera le gouffre financier qui menace la Fédération Wallonie-Bruxelles (la «Communauté française»), le niveau de pouvoir qui gère essentiellement l’enseignement et la culture francophones. Si rien ne change, sa dette directe devrait augmenter de quelque 54% à politique constante d’ici la fin de la législature en 2024 et dépasser ainsi les 11 milliards d’euros.

En décembre dernier, le ministre communautaire chargé du Budget, le socialiste Frédéric Daerden, avait tenté de calmer les angoisses des uns et des autres en estimant que le seuil de la dette était soutenable pour la Fédération. Laquelle n’a pourtant pas un sou pour procéder à la formation de ses professeurs en herbe à un moment où elle prétend préparer la jeune génération aux défis du futur.


Sur le même sujet

Alors que le déficit public atteint un niveau abyssal, le royaume semble incapable de fixer le train de réformes de l’après-covid.
A picture shows the Manneken Pis wearing a mouth mask, in Brussels, on May 11, 2020 as Belgium goes into its ninth week of confinement due to the COVID-19 pandemic. (Photo by THIERRY ROGE / BELGA / AFP) / Belgium OUT
La francophone Sabine Laruelle est chargée par le roi Philippe de relancer les discussions politiques en panne. Elle sera flanquée de Patrick Dewael, son alter ego flamand.