Changer d'édition

Les Etats-Unis passent le cap des 100.000 cas positifs
International 4 min. 28.03.2020

Les Etats-Unis passent le cap des 100.000 cas positifs

Le président Donald Trump a été accusé de minimiser la gravité de l'épidémie

Les Etats-Unis passent le cap des 100.000 cas positifs

Le président Donald Trump a été accusé de minimiser la gravité de l'épidémie
èhoto: AFP
International 4 min. 28.03.2020

Les Etats-Unis passent le cap des 100.000 cas positifs

Depuis le premier malade détecté fin janvier sur le sol américain, à plus de 100.000 personnes touchées vendredi, le pays a gagné le triste titre de pays du monde comptant le plus de cas officiellement recensés de coronavirus.

(AFP) -  Environ 1.600 personnes avaient succombé vendredi soir à la maladie aux Etats-Unis, mais pour le moment le taux de mortalité y reste bien plus bas que dans plusieurs pays européens. Comment ce grand pays en est-il arrivé là? Et à quoi s'attendre pour la suite? Selon des experts en santé publique, le pic de l'épidémie n'est pas encore atteint aux Etats-Unis, mais plusieurs raisons expliquent que le nombre de cas de la maladie Covid-19 y ait d'ores et déjà explosé. Au tout début de l'épidémie, le président Donald Trump a été accusé d'en minimiser la gravité, affirmant qu'une propagation locale du virus n'était pas «inévitable», allant à l'encontre d'avis de responsables sanitaires.

Alors que la maladie s'installait, d'abord dans les Etats de Washington et de Californie dans l'Ouest, le pays s'est montré incapable de remonter de façon efficace aux personnes ayant été en contact avec les malades détectés, faute de tests disponibles à grande échelle. Le gouvernement a initialement refusé de lever certaines restrictions qui auraient permis aux Etats de développer leurs propres tests.

Les grands boulevards du centre de Los Angeles sont totalement déserts
Les grands boulevards du centre de Los Angeles sont totalement déserts
Photo: AFP

Les premiers disponibles ont été envoyés au siège des Centres de contrôle et de prévention des maladies (CDC) à Atlanta. Les CDC ont ensuite envoyé des tests défectueux aux Etats, ajoutant au retard. Ce n'est que le 29 février, date du premier mort aux Etats-Unis, et plus d'un mois après le premier cas rapporté, que le gouvernement a levé les restrictions. Le secteur privé est ensuite lui aussi entré dans la danse.

«Si on avait pu remonter les contacts qu'ont eus les personnes infectées, nous aurions peut-être pu trouver bien plus de cas rapidement, et isolé les lieux de forte propagation», explique le docteur Gabor Kelen, directeur du département de médecine d'urgence à l'université Johns Hopkins. Les responsables américains ont cherché à se défendre, répétant que les tests développés par la Corée du Sud - vue comme un exemple en termes de stratégie de détection massive - produisaient parfois de faux résultats positifs. Mais peu importe, selon Gabor Kelen. «Une chose que j'apprends à mes internes: quelque chose, c'est mieux que rien, le plus tôt est le mieux (...), le mieux est l'ennemi du bien».

L'Etat de New York a émergé comme l'épicentre de l'épidémie aux Etats-Unis, avec près de 45.000 cas et plus de 500 morts vendredi, des nombres qui évoluent rapidement. Suivent l'Etat voisin du New Jersey, la Californie, l'Etat de Washington, le Michigan et l'Illinois, avec des concentrations dans les grandes villes, comme à New York. Les Etats sans propagation accrue pour le moment ne devraient toutefois pas en tirer de conclusions trop hâtives, selon le docteur Thomas Tsai, professeur de santé publique à Harvard.

«Les Etats-Unis ne sont pas un monolithe, il y a 50 Etats avec différentes réponses apportées de la part des gouverneurs et des départements de santé publique locaux», a-t-il dit. «Je pense que ce dont on a besoin c'est vraiment d'un effort national coordonné», a-t-il ajouté, avertissant qu'en continuant avec «une réponse en patchwork», certaines régions pourraient à leur tour se trouver affectées. Vendredi après-midi, plus de 60% de la population américaine était appelée à rester strictement confinée - ce qui signifie qu'environ 30% des quelque 330 millions d'habitants du pays ne l'étaient pas.

Et maintenant?

Lueur d'espoir: le taux de mortalité national, basé sur le nombre de cas confirmés, est resté pour le moment relativement bas, à 1,5%, comparé aux 7,7% de l'Espagne et aux 10% de l'Italie. Cette tendance va-t-elle continuer? Les experts sont divisés sur la question. «Le taux de létalité n'est pas rassurant», explique David Fisman, épidémiologiste à l'université de Toronto. «Cela va augmenter car les gens mettent du temps à mourir. Ma prévision est que les Etats-Unis sont à l'aube d'une épidémie absolument désastreuse», dit-il.

Seul point d'accord: les mesures de distanciation sociale sont nécessaires, afin de continuer à «aplatir la courbe», c'est-à-dire à ralentir le nombre et la vitesse à laquelle de nouvelles personnes sont infectées, afin que les hôpitaux soient le moins débordés possible, ce qui est déjà le cas à New York. D'un point de vue scientifique, le virus pourrait muter vers une forme moins virulente avec le temps, selon Gabor Kelen, et la chaleur et l'humidité pourraient aussi ralentir la propagation.

Les prévisions de l'école de médecine de l'université de Washington tablent sur un pic d'épidémie autour de la mi-avril, avec un nombre de morts stagnant autour de 80.000 à partir de juin, en suivant la trajectoire actuelle. Selon leur modèle, ce nombre évolue de 38.000 morts au minimum, à 162.000 au maximum. En comparaison, la grippe a tué 34.000 personnes aux Etats-Unis lors de l'épidémie en 2018-2019.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Léger rebond des contaminations
Le Luxembourg a enregistré 76 nouveaux cas positifs au covid-19 ces dernières 24 heures, soit neuf de plus que jeudi. Indicateur réjouissant toutefois, les hospitalisations passent de 26 à 19, dont un seul cas dans un service de soins intensifs.
A laboratory staff wearing Personal Protective Equipments (PPE) checks details on samples collected for Covid-19 coronavirus testing as part of Project Ummeed, a public-private initiative dealing with large scale Covid-19 RT-PCR tests available for low-income households, at the Metropolis Healthcare Ltd. diagnostic centre in Mumbai on September 16, 2020. - Coronavirus infections in India soared past five million on September 16, as a WHO envoy warned the pandemic was "still at the beginning". (Photo by INDRANIL MUKHERJEE / AFP)
Le virus pourrait ne jamais disparaître
Le coronavirus pourrait devenir une maladie avec laquelle l'humanité devra apprendre à vivre, a averti l'Organisation mondiale de la santé, alors que le bilan mondial s'approche ce jeudi des 300.000 morts.
A medical worker takes a swab sample from a man to be tested for the COVID-19 novel coronavirus in Wuhan, in China�s central Hubei province on May 14, 2020. - China has largely brought the virus under control, but the emergence of new cases in Wuhan in recent days, after weeks without fresh infections, has prompted a campaign to test all 11 million residents in the city where COVID-19 first emerged late last year. (Photo by Hector RETAMAL / AFP)
Le monde confronté à sa pire crise depuis 1945
Donald Trump a demandé à ses concitoyens de se préparer, à l'instar de l'Europe, à des semaines «très, très douloureuses» face à la pandémie de coronavirus, qualifiée par l'ONU de pire crise à laquelle l'humanité ait été confrontée depuis 1945.
TOPSHOT - An employee wearing protective gear, working for environmental services company AMSA, sprays disinfectant on Piazza Duomo in Milan, on March 31, 2020 during the country's lockdown aimed at curbing the spread of the COVID-19 infection, caused by the novel coronavirus. (Photo by Piero Cruciatti / AFP)
Un tiers de l'humanité sommée de rester chez elle
Après la décision de l'Inde de confiner ses 1,3 milliard d'habitants face au coronavirus, ce sont pratiquement plus de 2,5 milliards de personnes qui sont confinées. Dans le même temps, les Etats-Unis et le Brésil s'efforcent au contraire de minimiser.
A policeman stands guard at a road checkpoint the day after Indian Prime Minister Narendra Modi announced a 21-day government-imposed nationwide lockdown as a preventive measure against the COVID-19 coronavirus in New Delhi on March 25, 2020. - India's 1.3 billion people will go under "total lockdown" from midnight on March 24 (1830 GMT) for 21 days to combat the spread of the coronavirus pandemic, Prime Minister Narendra Modi said. (Photo by Sajjad HUSSAIN / AFP)
Rien ne va plus... à Las Vegas
Machines à sous silencieuses, tables de poker désertées: frappés de plein fouet par l'épidémie de coronavirus, les grands casinos de "Sin City" et leurs hôtels géants ont fermé leurs portes pour plusieurs semaines.
LAS VEGAS, NEVADA - MARCH 14: An exterior view shows Luxor Hotel and Casino as the coronavirus continues to spread across the United States on March 14, 2020 in Las Vegas, Nevada. Several employees at MGM Resorts International hotel-casinos on the Las Vegas Strip, including at least one at Luxor, have tested presumptive positive for COVID-19. MGM Resorts International employees who can, will start working from home next week. On Monday, 150 food and beverage outlets at MGM properties will be closed, and furloughs and layoffs will begin. The World Health Organization declared the coronavirus (COVID-19) a global pandemic on March 11th.   Ethan Miller/Getty Images/AFP
== FOR NEWSPAPERS, INTERNET, TELCOS & TELEVISION USE ONLY ==
Les primaires perturbées par le coronavirus
Quelques heures à peine avant l'ouverture des bureaux de vote, le gouverneur de l'Ohio a annoncé le report de ses primaires présidentielles en citant l'«urgence sanitaire», une première dans la longue course à l'investiture démocrate dominée par Joe Biden face à Bernie Sanders.