Changer d'édition

Les élections britanniques en temps réel
International 12.12.2019 Cet article est archivé

Les élections britanniques en temps réel

Les électeurs britanniques se prononcent ce jeudi sur les suites à donner au référendum du 23 juin 2016 qui avait déclenché le Brexit.

Les élections britanniques en temps réel

Les électeurs britanniques se prononcent ce jeudi sur les suites à donner au référendum du 23 juin 2016 qui avait déclenché le Brexit.
Photo: AFP
International 12.12.2019 Cet article est archivé

Les élections britanniques en temps réel

Ce 12 décembre constitue une date importante dans l'histoire du Royaume-Uni puisque les quelque 45 millions d'électeurs devront déterminer s'ils désirent mettre en oeuvre le Brexit au 31 janvier, comme souhaité par Boris Johnson, avoir recours à un nouveau référendum ou trouver une autre voie.

(Jmh) - Quelque 45 millions d'électeurs se rendent ce jeudi aux urnes lors d'une élection qui déterminera le sort de Brexit et bouleversera les règles régissant la manière dont les citoyens britanniques travaillent, vivent et font des affaires dans l'Union européenne. 

Le parti conservateur se trouve actuellement en tête des sondages et  il pourrait l'emporter avec une faible majorité de 28 sièges seulement - bien que ces sondages aient été loin d'être à la hauteur dans les sondages récents.

Pour les quelque 6.500 ressortissants britanniques vivant au Luxembourg, dont près de 1.000 ont acquis la double nationalité depuis 2016, la mise en oeuvre du Brexit reste la question la plus controversée. 

En cas de victoire des conservateurs de Boris Johnson, le parti assure qu'il déposera le projet de loi sur l'accord de retrait au Parlement et quittera l'UE au 31 janvier. Son plan prévoit notamment de sortir le Royaume-Uni du marché unique et de l'union douanière et la négociation d'accords commerciaux en 2020, sans prolongation après décembre 2020. 

Les travaillistes, de leur côté, prévoient de renégocier l'accord de divorce avec l'UE en examinant de près le marché unique et les droits des travailleurs. Ils prévoient également l'organisation d'un référendum dans les six mois pour offrir aux citoyens le choix entre le nouvel accord, rester dans l'UE ou exclure un scénario sans accord. 

Enfin, le Parti libéral-démocrate déclare qu'il révoquera l'article 50 et restera dans l'UE, tandis que les écologistes veulent  un vote populaire et faire campagne pour rester dans l'UE.



Sur le même sujet

Le blues des Britanniques du Grand-Duché
Appelés aux urnes ce 12 décembre pour élire leurs nouveaux députés, les près de 7.000 ressortissants du royaume ne sont pas enthousiastes. La frustration règne après trois années de débat autour de la place du Royaume-Uni dans l'Union européenne.
Les expatriés britanniques semblent majoritairement anti-Brexit et attendent le scrutin de jeudi avec appréhension.
Ultime duel Johnson-Corbyn sur fond de Brexit
Le Premier ministre britannique et son rival travailliste s'affrontent ce vendredi lors d'un ultime duel télévisé, point culminant d'une journée marquée par des attaques mutuelles sur le Brexit, à moins d'une semaine des législatives.
27.11.2019, Großbritannien, London: Einer von vier Kleinlastern mit Plakaten der Liberaldemokraten, die in den Bezirken Werbung betreiben, in denen die Sitzverteilung zwischen Liberaldemokraten und Konservativen noch schwankt, fährt kurz nach der Enthüllung des Plakats mit der Aufschrift "Brexit is good for them. How is it for you? Stop Boris. Stop Brexit." ("Brexit ist gut für sie. Wie ist es für dich? Stopp Boris. Stopp Brexit.") und den lachenden Gesichtern von Farage (l-r), Johnson und Trump und am Smith Square. Am 12. Dezember 2019 finden in Großbritannien Neuwahlen statt. Foto: Aaron Chown/PA Wire/dpa +++ dpa-Bildfunk +++
La Place, ce véritable refuge face au Brexit
Des centaines de sociétés de financement britanniques ont introduit des demandes de dérogations pour pouvoir poursuivre leurs opérations depuis le Grand-Duché après le départ du Royaume-Uni de l'UE, a indiqué jeudi soir Claude Marx, directeur général de la CSSF.
Wirtschaft, Classement des Banques,Finanzplatz Luxemburg,Banken,Deutsche Bank, KPMG. Foto: Gerry Huberty/Luxemburger Wort
May une nouvelle fois «humiliée» par les députés
La presse britannique était sévère, mardi, après le vote lundi soir au Parlement d'un amendement permettant aux élus d'influer sur le processus du Brexit. Un vote qui complique encore un peu plus une affaire mal engagée.
A handout photograph released by the UK Parliament shows Britain's Minister for the Cabinet Office and Chancellor of the Duchy of Lancaster David Lidington (L), Britain's Prime Minister Theresa May (C) and Britain's Chancellor of the Exchequer Philip Hammond (R) listening to questions in the House of Commons in London on March 25, 2019 on the next steps that parliament will take in the Brexit process. - Prime Minister Theresa May admitted Monday she had still not secured the votes needed to get her Brexit deal through parliament, raising again the prospect that Britain could crash out of the European Union in two weeks' time. (Photo by Jessica TAYLOR / UK PARLIAMENT / AFP) / RESTRICTED TO EDITORIAL USE - NO USE FOR ENTERTAINMENT, SATIRICAL, ADVERTISING PURPOSES - MANDATORY CREDIT " AFP PHOTO /JESSICA TAYLOR/ UK Parliament"
Brexit: les principaux scénarios à l'issue du vote des députés britanniques
Les députés britanniques se prononcent mardi sur l'accord de Brexit négocié par Theresa May avec Bruxelles. Un texte qui ne satisfait ni les europhiles, partisans de liens plus étroits avec l'Union européenne, ni les eurosceptiques, désireux d'une rupture plus nette, ce qui est de mauvais augure pour la Première ministre conservatrice.
Theresa May devant le célèbre 10, Downing Street, l'adresse du Premier ministre britannique.