Changer d'édition

Les écoles francophones belges dans un flou total
International 3 min. 21.04.2020 Cet article est archivé

Les écoles francophones belges dans un flou total

Pour l'heure, 900.000 écoliers francophones sont dans l'attente de reprendre le chemin des classes.

Les écoles francophones belges dans un flou total

Pour l'heure, 900.000 écoliers francophones sont dans l'attente de reprendre le chemin des classes.
Photo : AFP
International 3 min. 21.04.2020 Cet article est archivé

Les écoles francophones belges dans un flou total

Max HELLEFF
Max HELLEFF
Nul ne sait quand le système scolaire reprendra et quels élèves pourront retourner en classe en Wallonie comme dans le reste du pays. Différentes options sont sur la table.

De notre correspondant Max HELLEFF (Bruxelles) - Le Conseil national de sécurité se réunit à nouveau ce vendredi. La Première ministre Sophie Wilmès y tracera, comme à chaque fois, les grandes lignes du confinement qui doit permettre à la Belgique de freiner la propagation du coronavirus. Elle esquissera également les premières étapes du déconfinement. Concrètement, les Belges en sauront-ils davantage sur la rentrée des classes? Ce n’est pas sûr. L'école obligatoire est à l’arrêt jusqu’au 3 mai. Mais après? 

Lundi, la ministre francophone de l’Education, la socialiste Caroline Désir, a rencontré avec plusieurs de ses collègues les acteurs de l’enseignement bruxellois et wallons pour un premier tour de table. Une inquiétude domine : le risque que la pandémie ne flambe à nouveau à la faveur des retrouvailles scolaires.

D’où une série d’interrogations sur la nécessité ou non pour les enseignants et/ou les élèves de porter un masque en classe, sur le nombre d'enfants maximal par local en fonction des règles de distanciation sociale, sur la mise à disposition de solutions hydroalcooliques et d'éventuels testings, etc. Autant de questions qui se posent depuis la mi-mars et n’ont toujours pas trouvé de réponse. Une nouvelle réunion doit avoir lieu ce mercredi pour tenter d’y voir plus clair.

L’école en Belgique francophone représente 100.000 enseignants et 900.000 élèves. Face à une telle ampleur, il est impossible de l’avis des experts d’imaginer une rentrée massive et simultanée. C'est donc graduellement que celle-ci devrait se faire.


Luxtimes - Interview Claude Meisch, Foto: Chris Karaba / Luxemburger Wort
Claude Meisch veut rassurer les parents d'élèves
Le 4 mai, après sept semaines d '«assignation à résidence», les premiers écoliers luxembourgeois retourneront en classe. Mais rien ne sera plus comme avant. Entretien avec le ministre de l'Éducation, Claude Meisch (DP).

Une première rentrée partielle pourrait être fixée au plus tôt le 4 mai. Tiens, comme au Grand-Duché. Mais à nouveau, rien n’est confirmé. Ni pour la date, ni pour la catégorie d’élèves qui serait admise d'abord à l’école.

Un syndicat fait par exemple valoir qu’il faut réintégrer en premier lieu les élèves confrontés à des problèmes scolaires, afin de les remettre à niveau tout en leur montrant que la société ne les oublie pas – en Belgique francophone, une forte corrélation existe entre échec scolaire et conditions sociales. Leurs lacunes peuvent en outre être aggravées par la fracture numérique, soit une absence de matériel informatique à la maison rendant pratiquement impossible l’enseignement à distance.

Tester les enfants avant la reprise

Une autre catégorie prioritaire pourrait être celle des élèves du secondaire (12-18 ans), car ils sont capables a priori de comprendre et d’appliquer les règles de la distanciation sociale (pas de contacts, distance de 1,5 mètre entre deux personnes, etc.). Mais ceux-ci changent en permanence de professeurs et de classes en fonction des matières, ce qui pourrait doper la pandémie.

Alternative évoquée : soumettre d’abord les élèves à un test, et éviter que des porteurs asymptomatiques du virus ne propagent la contagion dans les écoles. Encore faut-il que ces tests soient disponibles en nombre suffisant.


Belgian Prime Minister Sophie Wilmes (R) speaks during a press conference following a meeting of the National Safety Council, gathering politicians and intelligence services, to discuss how to tackle the spread of the COVID-19, the novel coronavirus, in Brussels on April 15, 2020. (Photo by Benoit DOPPAGNE / BELGA / AFP) / Belgium OUT
Haro sur les pouvoirs spéciaux en Belgique
La N-VA mène la fronde contre les dispositions particulières confiées au gouvernement Wilmès dans la lutte contre le coronavirus. Les pouvoirs spéciaux pourraient ne pas être renouvelés en juin.

La santé de tous est le maître-mot du moment. Le cabinet de la ministre Caroline Désir précise que la rentrée n’aura lieu «que lorsque toutes les mesures de sécurité seront garanties pour les enfants, les parents et le personnel. L’école ne sera pas juste un parking garderie pour relancer l’économie. Et deux certitudes : on ne remettra pas 900.000 élèves dans les classes d’un coup et on ne refera pas l’école comme on l’a quittée».

Le 15 avril dernier, l’annulation de toutes les épreuves certificatives externes en sixième primaire, deuxième secondaire et sixième secondaire, avait été annoncée officiellement. La ministre Désir avait demandé aux écoles de ne pas organiser d’examen à la fin juin.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Que les cours des terminales deviennent facultatifs
Le retour annoncé des élèves de dernière année de secondaire le 4 mai prochain ne plaît pas à l'UNEL et au SEW/OGBL qui demandent vendredi la mise en place d'une dispense de présence physique jusqu'à la fin de l'année. Tout en demandant la possibilité de rencontrer les enseignants.
Lokales, Escher Lyzeum, Lycée de garçons, Examen, Abi Abschluss Foto: Anouk Antony/Luxemburger Wort
Au chevet de la société
Ils veulent réparer ou réinventer le monde: en Belgique, consultants et ONG n’ont pas attendu le déconfinement pour faire des propositions.
A picture taken on April 13, 2020 shows a flag reading "Thank you" on top of the Atomium monument in Brussels, as a strict lockdown has been in place for the past four weeks to stop the spread of COVID-19, the disease caused by the novel coronavirus. (Photo by LAURIE DIEFFEMBACQ / Belga / AFP) / Belgium OUT / RESTRICTED TO EDITORIAL USE - MANDATORY MENTION OF THE ARTIST UPON PUBLICATION - TO ILLUSTRATE THE EVENT AS SPECIFIED IN THE CAPTION == THE ATOMIUM IS PROTECTED BY SABAM COPYRIGHT - RESTRICTED TO EDITORIAL USE - NO MAG - NO SALES =
Un plan pour ne pas perdre une année scolaire
Après la décision du gouvernement de maintenir les écoles fermées jusqu'au 3 mai, le ministre de l'Education annonce une nouvelle vague d'adaptations. Claude Meisch veut tout mettre en oeuvre pour que l'année scolaire soit bouclée tant bien que mal.
Claude Meisch, ministre de l'Éducation nationale, de l'Enfance et de la Jeunesse, ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche