Changer d'édition

Les divergences entre l'UE et Londres restent profondes
International 3 min. 02.03.2020

Les divergences entre l'UE et Londres restent profondes

Le négociateur en chef de l'UE Michel Barnier rencontre ce lundi son homologue britannique David Frost.

Les divergences entre l'UE et Londres restent profondes

Le négociateur en chef de l'UE Michel Barnier rencontre ce lundi son homologue britannique David Frost.
Photo: AFP
International 3 min. 02.03.2020

Les divergences entre l'UE et Londres restent profondes

Des discussions sur le futur accord post-Brexit entre Londres et l'UE s'ouvrent ce lundi à Bruxelles dans un climat tendu et sous la pression du calendrier. D'autant que plusieurs points de friction sont susceptibles de bloquer les négociations.

(AFP) - Le négociateur de l'UE, le Français Michel Barnier, et son homologue britannique, David Frost, se retrouvent en début d'après-midi pour un entretien d'une heure. Puis est prévu un premier round de pourparlers de leurs équipes, jusqu'à jeudi. 

La semaine dernière, l'Union et le Royaume-Uni ont chacun publié leur mandat de négociation en vue de la conclusion d'un accord post-Brexit d'ici à la fin de l'année. Les points de friction restent nombreux et sont susceptibles de ralentir, voire bloquer les négociations

Règles du jeu 

C'est l'un des points les plus épineux des prochaines négociations. Craignant de voir Londres déréguler l'économie à son profit, l'UE juge indispensable que le futur accord comprenne des engagements fermes pour assurer des conditions de concurrence transparentes et équitables sur le long terme.      

L'accord doit assurer le respect de «normes communes élevées» en prenant celles de l'Union comme un point de référence. Sont concernées les aides d'État, les normes sociales et du travail, les normes environnementales, le changement climatique ou encore les questions fiscales. 


Les pourparlers entre l'UE et le Royaume-Uni sont censés s'achever à la fin de l'année, un délai relativement court étant donné la difficulté de la tâche.
Dans les starting-blocks pour d'âpres négociations
Un long chemin semé d'embûches: l'UE et Londres ont donné mardi le coup d'envoi des négociations sur leur future relation commerciale post-Brexit, qui doivent démarrer la semaine prochaine.

Mais le gouvernement britannique a dit qu'il ne négocierait «aucun arrangement où le Royaume-Uni n'a pas le contrôle de ses propres lois et de sa vie politique». Londres veut en particulier reprendre la main en matière d'aides d'Etat, alors que Bruxelles souhaiterait que ses règles anti-subsides continuent d'être appliquées par les Britanniques.

Pêche et finance dans le viseur

Michel Barnier, conditionne la conclusion d'un partenariat commercial avec le Royaume-Uni à un accord sur la pêche. Pour huit Etats membres, dont la France ou le Danemark, la poursuite de l'accès aux eaux territoriales britanniques est vitale pour leurs pêcheurs. Le mandat de négociation de l'UE souligne que l'accord devra «maintenir des conditions d'accès réciproques». Une position se heurtant à celle de Londres: «Le Royaume-Uni, qui veut devenir un État côtier indépendant à la fin de 2020».    

Les Britanniques entendent négocier chaque année avec l'UE l'accès à leurs eaux, comme le font aujourd'hui la Norvège, l'Islande et les îles Féroé, sur base des dernières données disponibles sur les stocks de poissons.


Pol, Conférence de presse avec Michel Barnier et Xavier Bettel, Premier Ministre au Château de Senningen, Foto: Chris Karaba/Luxemburger Wort
Barnier et une «coopération intelligente» pour la Place
Le monsieur Brexit de l'Union européenne a effectué une visite de travail au Luxembourg ce lundi. Il a pu entendre les doléances luxembourgeoises sur l'après-Brexit pour préparer les négociations d'un accord de libre-échange avec Londres.

La finance constitue un enjeu de taille important dans les discussions. L'accès au marché européen des services financiers britanniques est l'une des monnaies d'échange des Européens, en raison de l'importance clé de la City pour Londres. Les entreprises britanniques perdront le passeport européen qui leur permet d'être actives sur le continent. A la place, elles devront obtenir une équivalence. Le mandat européen précise que seule l'UE, et ce «de manière unilatérale», peut décider de l'octroyer ou non et ce sujet n'est pas couvert par les négociations.       

«Un panel indépendant»

Enfin la problématique des données pourrait coincer dans les négociations. Dans son mandat, l'UE réclame au Royaume-Uni «un niveau élevé de protection des données à caractère personnel» et par conséquent «le plein respect (des) règles de l'Union».   

«Travailler ensemble sur la sécurité intérieure avec les Britanniques exige des échanges de données et notamment de données personnelles, parfois très personnelles», a souligné Michel Barnier. La situation pourrait se compliquer si les Britanniques décidaient de s'écarter des règles européennes. Or la «protection des données» fait partie des domaines dans lesquels ils ont l'intention de développer «des politiques distinctes et indépendantes».      

Sur le plan commercial, Bruxelles entend mettre en place, comme pour chaque accord, un mécanisme de règlement des différends, au cas où l'une des deux parties ne respecterait pas ses engagements. Les disputes seraient réglées par «un panel indépendant» aux décisions contraignantes, pouvant aller jusqu'à des sanctions financières, voire la suspension de l'accord.


(FILES) In this file photo taken on January 05, 2020, the flags of the United Kingdom and the European Union are pictured. - Britain is set to leave the European Union at 2300 GMT on January 31, 2020, 43 months after Britons voted in the June 2016 referendum to leave the EU, ending more than four decades of economic, political and legal integration with its closest neighbours. (Photo by Kenzo TRIBOUILLARD / AFP)
Le Brexit, un trou béant dans les finances de l'UE
Douze milliards d'euros par an à partir de 2021, c'est le manque financier que laissera le départ du Royaume-Uni au budget européen. Ce qui complique encore les négociations entre les 27 sur le prochain budget à long terme de l'Union européenne.

Cependant, toute «question d'interprétation du droit de l'Union» devra, selon Bruxelles, être renvoyée à la Cour de justice de l'UE, qui rendra elle aussi une décision contraignante. Un chiffon rouge pour Londres qui réclame un mécanisme de règlement reflétant «une relation d'égal à égal».    


Sur le même sujet

Feu vert au négociateur Michel Barnier
Les représentants des 27 Etats membres de l'UE ont approuvé lundi le mandat de leur négociateur français, fixant leurs conditions sur la future relation commerciale avec le Royaume-Uni.
Après le feu vert des ambassadeurs, le mandat de Michel Barnier (à g.) devra encore être formellement adopté ce mardi lors d'une réunion ministérielle
Les douanes prêtes à passer en mode Brexit
Le 1er janvier 2021, le Royaume-Uni aura quitté l'UE. Mais bien malin celui qui sait déjà quels contrôles, formalités douanières et taxes devront appliquer les douaniers du Findel.
Wort.FR, Les Douanes s’adaptent au Brexit, Administration des Douanes et Accises, Customs and Excise , Zoll, Luxair, Cargocenter, foto: Chris Karaba/Luxemburger Wort
Londres refuse les règles imposées par l'UE
Le Royaume-Uni entend négocier avec Bruxelles un accord de libre-échange «d'égal à égal» et n'acceptera pas que l'Union européenne contrevienne à sa liberté de fixer ses propres règles, prévient le négociateur britannique sur le Brexit, David Frost.
Boris Johnson espère conclure un accord de libre-échange du même type que ceux récemment négociés par l'UE avec le Canada ou le Japon
Londres et Bruxelles s'opposent sur l'après-Brexit
Trois jours ont passé depuis la sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne, et la bataille de l'après a commencé ce lundi. Boris Johnson rejette l'alignement réclamé par Bruxelles sur les règles de l'UE comme «prix» à payer pour un accord de libre-échange.
Le ton s'est durci entre le négociateur européen, Michel Barnier, et le Premier ministre britannique, ce lundi
A la recherche de l'impossible accord commercial
L'Union européenne entrera samedi dans la seconde phase des négociations avec Londres, celle portant sur la relation future, en particulier au niveau économique. Etat des lieux avant ces discussions qui s'annoncent intenses.
ARCHIV - 10.04.2019, Großbritannien, London: Die Sterne einer EU-Fahne scheinen durch eine britische Fahne hindurch. Am 31.01.2020 soll Großbritannien die EU verlassen.  (zu dpa «"We will miss them"») Foto: Yui Mok/PA Wire/dpa +++ dpa-Bildfunk +++