Changer d'édition

Les discussions post-Brexit dans l'impasse
International 3 min. 25.05.2020

Les discussions post-Brexit dans l'impasse

Christophe Hansen ne désespère pas qu'Européens et Britanniques trouvent un accord pour leurs futures relations.

Les discussions post-Brexit dans l'impasse

Christophe Hansen ne désespère pas qu'Européens et Britanniques trouvent un accord pour leurs futures relations.
Photo: Gerry Huberty
International 3 min. 25.05.2020

Les discussions post-Brexit dans l'impasse

Eddy RENAULD
Eddy RENAULD
A quelques jours de la reprise des négociations entre les représentants de l'Union européenne et du Royaume-Uni, le projet d'accord sur les futures relations entre les deux parties est au point mort. Mais pour l'eurodéputé luxembourgeois Christophe Hansen, «l'objectif reste de trouver un accord global».

«Les négociations entre l'Union européenne et le Royaume-Uni sur leurs futures relations sont dans une impasse. Il faudra désormais se préparer à un scénario de no deal», a déclaré ce lundi Christophe Hansen aux députés. 

Le rapporteur de la Commission INTA du Parlement européen a reconnu que «l'objectif reste de trouver un accord global» avant la fin juin qui est la date limite légale pour une prolongation de la période de transition. 


ARCHIV - 29.01.2016, Belgien, Brüssel: Eine Flagge Großbritanniens weht vor dem Gebäuder der Europäischen Kommission. (zu dpa: «Politik und Wirtschaft wollen Klarheit für Zeit nach Brexit») Foto: Laurent Dubrule/EPA/dpa +++ dpa-Bildfunk +++
Les divergences entre l'UE et Londres restent profondes
Des discussions sur le futur accord post-Brexit entre Londres et l'UE s'ouvrent ce lundi à Bruxelles dans un climat tendu et sous la pression du calendrier. D'autant que plusieurs points de friction sont susceptibles de bloquer les négociations.

«Le temps presse » a estimé Christophe Hansen qui espère que le prochain tour de négociations, prévu pour la semaine prochaine, sera «plus constructif». Jusqu'à présent, aucun progrès n'a été enregistré, ni concernant le caractère des prochaines relations ni concernant la forme qu'un futur traité puisse prendre. Alors que les Britanniques plaident pour une approche sectorielle, les négociateurs de l'UE préconisent un accord global. 

Menaces sur la Place

Si les discussions sont sur de bons rails notamment dans le domaine de la pêche, même si des positions divergentes persistent, de nombreux secteurs sont encore en souffrance comme le futur fonctionnement du commerce ou encore les droits des citoyens (trois millions d'Européens vivent au Royaume-Uni et un million de Britanniques dans les 27 pays de l'UE).

Les députés ont attiré l'attention sur l'importance de règles dans le domaine des services financiers. La place financière luxembourgeoise, qui compte tout de même quelque 50.000 salariés, a des relations importantes avec celle de Londres, elle craint notamment la concurrence d'un «Singapour-sur-Tamise» qui fonctionnerait comme une place financière offshore avec comme conséquence le possible départ de grandes entreprises vers le Royaume-Uni.  Dans ce contexte, les députés ont évoqué l'accès au passeport européen pour les fonds d'investissement britanniques. 

Reprise des négociations le 1er juin

Enfin pandémie de covid-19 oblige, les discussions ont également traité de l'impact potentiel de la crise sur les négociations. La crise actuelle pourrait-elle, servir à prolonger la phase de transition afin d'augmenter les chances d'aboutir à un accord d'ici la fin de l'année? «Le climat politique actuel au Royaume-Uni ne va pas dans le sens d'une prolongation des négociations», a reconnu l'eurodéputé luxembourgeois.


European Union chief Brexit negotiator Michel Barnier (R) and the British Prime Minister's Europe adviser David Frost speak at start of the first round of post-Brexit trade deal talks between the EU and the United Kingdom, in Brussels on March 2, 2020. (Photo by Olivier HOSLET / POOL / AFP)
Des dissensions dans la négociation post-Brexit
Le négociateur de l'UE sur le Brexit, Michel Barnier, s'est inquiété jeudi de «sérieuses divergences» avec les Britanniques sur la future relation avec le Royaume-Uni, à l'issue d'un premier round de négociations à Bruxelles.

Le rapporteur du Parlement européen craint plutôt que les «politiques britanniques profitent de l'excuse de la crise» pour continuer une approche de Brexit «coûte que coûte». Dans cette logique, les politiques britanniques pourraient dissimuler l’impact économique du Brexit comme un effet collatéral des effets économiques négatifs liés à la crise sanitaire.  

Le prochain cycle de discussions entre Européens et Britanniques est programmé à partir de ce lundi 1er juin en visioconférence. Pour rappel, le Royaume-Uni a officiellement quitté l'UE le 31 janvier, mais il continue d'appliquer les règles européennes jusqu'à la fin de l'année, date à laquelle les deux partenaires se sont promis de parvenir à un accord sur leur future relation.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Bruxelles monte le ton face à Londres
Le négociateur en chef de l'UE sur le Brexit, le très policé Michel Barnier, a accablé vendredi les Britanniques, à l'issue d'une semaine de discussions sur les futures relations post-Brexit.
EU Chief Negotiator - Task Force for the Preparation and Conduct of the Negotiations with the United Kingdom under Article 50 TEU. 2015-2016- Michel Barnier leave at the end of the press conference at  the European Commission in Brussels, on April 24, 2020. (Photo by Olivier Matthys / POOL / AFP)
La pandémie pèse même sur le Brexit
Les négociations entre l'Union européenne et le Royaume-Uni sur leur relation post-Brexit reprennent lundi. Mais la longue interruption pour cause d'épidémie de covid-19 rend incertaine la perspective d'un accord d'ici fin décembre.
Exterior cleaning contractor Robin Barclay from Flamingo Exterior Cleaning voluntarily disinfects public surfaces in Ayr town Centre on the west coast of Scotland on April 18, 2020 as life in Britain continues under lockdown to halt the spread of the coronavirus COVID-19 illness. - Malcolm Bennet and Robin Barclay, owners of Flamingo Exterior Cleaning, have been donating their time and materials to clean and disinfect public spaces in towns around Aryshire on the west coast of Scotland as a way of contributing to the fight against the spread of the new coronavirus amid a deadly global pandemic. (Photo by ANDY BUCHANAN / AFP)
La Place bénéficie des retombées du Brexit
Si Dublin reste en tête de la course à la relocalisation d'entreprises suite au départ du Royaume-Uni de l'UE, le Luxembourg tire son épingle du jeu selon une étude de la société britannique de services immobiliers Knight&Frank. La capitale du Grand-duché attire principalement des sociétés d'asset management et d'assurances.
Wirtschaft, Finanzplatz Boulevard Royal
Feu vert au négociateur Michel Barnier
Les représentants des 27 Etats membres de l'UE ont approuvé lundi le mandat de leur négociateur français, fixant leurs conditions sur la future relation commerciale avec le Royaume-Uni.
Après le feu vert des ambassadeurs, le mandat de Michel Barnier (à g.) devra encore être formellement adopté ce mardi lors d'une réunion ministérielle
Londres et Bruxelles s'opposent sur l'après-Brexit
Trois jours ont passé depuis la sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne, et la bataille de l'après a commencé ce lundi. Boris Johnson rejette l'alignement réclamé par Bruxelles sur les règles de l'UE comme «prix» à payer pour un accord de libre-échange.
Le ton s'est durci entre le négociateur européen, Michel Barnier, et le Premier ministre britannique, ce lundi